Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Situation sociale au Bénin

 


BENIN : La CGT et la CFDT apportent leur soutien aux syndicats béninois



 

Lettre Aux secrétaires généraux de la CSTB, COSI, CSA Bénin, CGT Bénin, UNST Bénin

 


24 janvier 2014, par IB


 

Chers camarades,


La CGT et la CFDT de France, attentives aux luttes unitaires que vous menez, vous apportent tout leur soutien, particulièrement dans cette période aux difficultés accrues pour les travailleuses et travailleurs béninois.


La CGT, la CFDT et leurs affiliés, se retrouvent pleinement dans votre combat contre un gouvernement qui, comme vous l’écrivez avec justesse et pertinence dans votre motion commune « s’acharne à noyer les travailleurs et les populations des villages et des quartiers de ville dans les effets meurtriers de cette crise pour sauver le capital financier dont il a la garde et la défense. En examinant les mesures que ce pouvoir du capital financier préconise, on se rend à l’évidence, une fois de plus, qu’il est loin de se préoccuper du sort des travailleurs et des peuples de notre patrie ».


Nous vous souhaitons plein succès dans vos revendications (augmentation des primes et salaires, défense des libertés syndicales, défense des services publics, lutte contre la vie chère,…).


Nous vous demandons de transmettre à tous vos affiliées (es) à toutes les travailleuses et travailleurs béninois l’expression de notre solidarité pleine et entière.


Nous vous adressons chers camarades secrétaires généraux, nos salutations les plus fraternelles.



PS: Une délégation de la CGT et la CFDT séjourne au Bénin depuis le vendredi 24 janvier 2014



 

Grogne sociale au Bénin : La grève des travailleurs s’internationalise « Déjà du soutien venu de la Belgique et annoncé de la France »

 

23 janvier 2014 par richard 

 

La situation sociopolitique dans laquelle se trouve aujourd’hui le Bénin préoccupe désormais la communauté internationale. A l’extérieur, le Bénin est aujourd’hui vu comme un Etat où les libertés syndicales son bafouées. La marche pacifique des travailleurs réprimée dans le sang le 27 décembre 2013, suscite de la part de certaines organisations syndicales internationales de vives indignations. Une situation qui n’arrange pas notre pays malheureusement.

 

Après la Fédération générale des travailleurs de Belgique qui, par la voix de sa Secrétaire générale adjointe honoraire Annick Thyré, s’est prononcée le lundi 20 janvier dernier, sur la situation sociopolitique tendue dans laquelle se trouve le Bénin et a apporté son soutien aux travailleurs Béninois, ce sera prochainement le tour de la Confédération générale du travail (CGT) et de la Confédération française démocratique du travail (CFDT) de prendre le relais de cette solidarité internationale. Selon les informations qui nous sont parvenues, une délégation conjointe de ces deux Confédérations françaises des travailleurs sera le 24 janvier 2014, à Cotonou. Cette délégation va échanger avec les Secrétaires généraux de la Csa-Bénin, de la Cosi-Bénin, de la Cgtb, de la Cstb, de la Cspib et de la Fésyntra-Bénin qui, depuis le 7 janvier 2014, ont lancé un vaste mouvement de paralysie de l’administration publique béninoise pour protester contre l’agression barbare dont leurs militants et eux ont été l’objet le 27 décembre 2013, de la part des éléments de la police nationale aux ordres du Commissaire central de Cotonou et du Préfet des départements de l’Atlantique et du Littoral.


Dans leur combat pour la sauvegarde des libertés chèrement acquises à la Conférence nationale de février 1990, les travailleurs béninois avaient déjà bénéficié du soutien de plusieurs partenaires étrangers dont la Fédération générale des travailleurs de la Belgique (FGTB). Par la voix de Mme Annick Thyré, Secrétaire générale adjointe honoraire, des membres de cette Fédération sœur de la Wallonie en séjour à Cotonou, ont apporté leur soutien franc et sincère aux travailleurs béninois.

 

«Ce qui s’est passé le 27 décembre 2013 dans votre pays et dont les échos nous sont parvenus sont franchement insoutenables. Nous saisissons l’occasion que vous nous offrez pour vous apporter notre soutien. Nous sommes certes à vos côtés de manière très modeste. Mais nous voulions marquer le pas parce qu’un pays qui ne respecte pas le dialogue social, un pays qui n’autorise pas la liberté de manifester et qui réprime le droit de grève est un pays où la démocratie est en danger. Vous aviez le soutien officiel de la Confédération syndicale internationale. Recevez maintenant le soutien entier de la délégation de la FGTB qui est ici. Il faudra bien sûr s’organiser pour faire savoir ce que vous vivez dans votre pays, surtout que votre combat est un combat de principe », a dit Mme Thyré.

 

Cette réaction apporte la preuve que les échos du  mouvement de grève déclenché par les responsables de la Cosi-Bénin, de la Cstb, de la Csa-Bénin, de la Cspib, de la Cgtb et de la Fésyntra-Finances ont dépassé les limites des frontières béninoises. Ce qui est grave, c’est le silence du gouvernement face à ce mouvement de grève qui paralyse les secteurs de la justice, de la santé, de l’éducation, des services…

 

 Grégoire Amangbégnon

 

 



 
  
  
Tag(s) : #Politique Béninoise