Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

19/03/2014


 

BENIN : La Grève se poursuit sur toute l’étendue du territoire national. Enfants du Bénin Debout ! Suffit la mauvaise gouvernance !


 

ème RENCONTRE DE CONCERTATION DES COMITES DEPARTEMENTAUX DE GREVE


 

Sur invitation du Comité des luttes des travailleurs de l’Ouémé-Plateau, les Comités départementaux de grève du Mono, du Couffo, du Plateau, du Zou, des  Collines, de l’Atlantique, du Littoral, du Borgou, de l’Alibori, de l’Atacora, de la Donga, de l’Ouémé se sont réunis le mercredi 19 mars 2014, au Lycée Béhanzin, en vue d’échanger les expériences de mobilisation et de conduite à la base du mouvement en cours depuis le 07 janvier 2014.


A la suite de cette concertation, tenue après la rencontre sans succès des Secrétaires Généraux de Confédérations et Centrales avec le Chef de l’Etat, l’autorité administrative suprême du pays, les Comités départementaux ont abouti aux conclusions ci-après qu’ils portent à la connaissance des travailleurs et du peuple.


1- Les Comités départementaux saluent et félicitent les Secrétaires Généraux des Confédérations et Centrales Syndicales (CSA-Bénin, CSTB, CGTB, COSI-Bénin, CSPIB et FESYNTRA-Finances) pour le courage et la fermeté dont ils ont fait preuve jusque-là dans la défense des revendications objet de la grève en cours. Ils les invitent également à poursuivre la lutte conformément aux exigences des travailleurs à la base exprimée sans équivoque à travers les AG tenues dans tous les départements.


2- Ils saluent le soutien et l’engagement des autres couches du peuple, notamment de la jeunesse scolaire et universitaire dont la générosité, la bravoure redonnent l’espoir que des citoyens de demain apprennent aujourd’hui à s’indigner et s’engager pour la liberté, la probité et l’essor de leur pays.


3- La longueur de la crise sociale en cours, et qui entraine des conséquences et risques dramatiques pour la production et la formation, ne provient ni d’une radicalisation des travailleurs ni de leurs responsables syndicaux, mais de la mauvaise gestion du conflit en cours et plus généralement de la mauvaise gouvernance du pays par le pouvoir du Changement-Refondation et notamment par son Chef, le Président Boni YAYI.


4- En effet, nier à la face du monde et traiter de simulacre le sang des Secrétaires Généraux et des manifestants pacifiques réprimés sauvagement par les forces de répression, et soignés dans le plus grand hôpital public du pays, n’est-ce pas de la mauvaise gouvernance ? Reconnaître enfin ces faits et présenter des excuses de la République (comme si c’est la République qui a fait tirer sur les travailleurs et leurs chefs) et se refuser malgré cela à sanctionner les auteurs de la répression, n’est-ce pas de la mauvaise gouvernance ? A-t-on besoin de tant de protestations, de grèves, pour reconnaître le caractère frauduleux d’un concours dont les résultats ont été publiés par deux listes à contenu différent, signées à la même date, sous un même numéro, par un même Ministre ? S’entêter depuis quinze mois (décembre 2012) et ce, après le rejet arrogant des propositions de transparence de la FESYNTRA-Finances, dans le refus d’annuler pareil concours, cela ne relève-t-il pas de la mauvaise gouvernance ?


5- Les revendications des enseignants relatives au bénéfice des 25% d’augmentation  des indices décidée en 2011 durent depuis trois ans. Elles ont fait l’objet de près de trois mois de grèves en 2012, grèves des enseignants réprimées avec des défalcations sur leurs salaires. Attendre trois ans et après, près de trois mois de grève en 2014 pour parler d’une commission, n’est-ce pas une incitation au conflit permanent, au gaspillage des ressources humaines, bref une mauvaise gouvernance ? Comment peut-on qualifier autrement l’abandon (?) de l’enseignement au secondaire général et technique à des vacataires, sans plan de carrière, lesquels constituent aujourd’hui plus de 75% du corps enseignant ? N’est-ce pas de la mauvaise gouvernance caractérisée dans le plus important secteur d’avenir du pays ?


6- Les hospitalo-praticiens et les magistrats ont dû recourir à la grève, après des années de vaines interpellations du gouvernement pour des engagements formels non tenus. Ils n’ont eu quelques satisfactions qu’après plus de 5 mois de grève ! La source de tous ces conflits ne se trouve-t-elle pas dans la mauvaise gouvernance de ce pays, où des prévenus sont arbitrairement maintenus en prison après et malgré  des décisions de justice de non-lieu en leur faveur et confirmées en appel ? Qu’en est-il des engagements pris par le pouvoir du Changement-Refondation après le forum de concertation pour le partenariat public-privé censé accélérer la croissance, la création d’emplois au profit de la Jeunesse ?


7- Cette mauvaise gouvernance au sommet de l’Etat détermine, encourage, couvre les sévices et abus de toutes sortes dans les ministères, administrations et entreprises publiques, dans les établissements scolaires et universitaires où des dirigeants n’hésitent pas à faire appel non pas seulement à la police, mais à des milices privées contre les travailleurs et les masses populaires en lutte. Au total, le conflit social actuel révèle au grand jour la mauvaise gouvernance du pays par le pouvoir du Dr Boni YAYI dans tous les domaines et dans tous les secteurs.


8- Les Comités départementaux notent que les travailleurs à la base estiment que l’essentiel de leurs revendications n’est pas satisfait et entendent poursuivre les mouvements de grève et de protestation.


Les Comités départementaux estiment, qu’après la rencontre infructueuse des syndicats avec le Président de la République, dernier recours administratif, il appartient au peuple dans toutes ses couches de se lever pour une issue rapide à la crise sociale dont le fondement et la cause résident dans la mauvaise gouvernance du pays par le pouvoir du Changement-Refondation.


9-Les Comités départementaux de grève demandent par conséquent aux Secrétaires Généraux, à tous les syndicats de base et à tous les travailleurs l’approfondissement du diagnostic de la mauvaise gouvernance du pays et la réflexion sur les mesures à prendre pour en sortir en vue de la garantie des libertés, de la lutte conséquente et efficace contre la corruption et la fraude, et pour le développement du pays et le bien-être des populations et notamment de la Jeunesse.


10- Les Comités départementaux s’engagent, dans tous les cas - à l’aboutissement heureux des revendications actuelles - à soutenir sous la direction des Confédérations Syndicales, des mesures de réaménagement du calendrier académique afin de ne pas sacrifier l’avenir des élèves et des étudiants ainsi que les efforts des parents et du peuple.


11- Les Comités départementaux de grève en appellent donc à toutes les forces populaires afin qu’elles se lèvent avec les travailleurs en grève pour le dénouement rapide et heureux de la crise sociale actuelle. La position traitresse que viennent de rendre publique certains responsables du Front des trois ordres d’Enseignement (à savoir Gbénou Paulin, connu pour ses basses besognes, l’intrigant et manœuvrier  Gniton Pierre connu aussi pour sa cupidité comme son associer Langanfin Glèlè Lucien,)  et qui n’est donc que la poursuite de l’esprit de Tchaourou, ne saurait entamer la détermination et l’engagement des travailleurs et de leurs comités, détermination et engagement fortement affirmés au cours des différentes assemblées générales organisées par les confédérations et centrales syndicales dans tous les départements du pays. 


-        Enfants du Bénin Debout !


-        Suffit la mauvaise gouvernance !


 Fait à Porto-Novo, Lycée Béhanzin le 19 mars 2014    


Ont signé



Pour le Comité du MONO

 

 

1-     SODJI Thomas

2-     AHOLOU Basile

 

Pour le Comité du COUFFO

 

 

1-     HOUNDJI S. Lazare Pierre

2-     DOSSOU TCHOUBA

Pour le Comité du PLATEAU

 

 

 

DAKONON D. Alexis

Pour le Comité du ZOU

 

 

 

KOUKPAKI Tiburce

 

Pour le Comité du LES COLLINES

 

 

 

GOUDJO Olivier

Pour le Comité de l’ATLANTIQUE

 

 

 

AMADJI E.

 

Pour le Comité du LITTORAL

 

 

 

AMADJI E.

Pour le Comité du BORGOU

 

 

 

KAKPO Florent K.

 

Pour le Comité de l’ALIBORI

 

 

 

KAKPO Florent K.

Pour le Comité de l’ATACORA

 

 

 

GAGNON M. Christophe

 

Pour le Comité de la DONGA

 

 

 

GAGNON M. Christophe

 

Pour le Comité de l’OUEME

 

 

                         AÏMASSE A. Joseph

 

 

 

   

  
 
  
  
Tag(s) : #Politique Béninoise