Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Pétros Adler ZINZINDOHOUÉ

PEACEFUL DEMOCRACY WATCH

 

Réseau international de Veille

  

BENIN : LA LISTE ÉLECTORALE PERMANENTE INFORMATISÉE EN QUESTION !

 

 

Proposition soft en vue de mobiliser tous les partenaires et acteurs pour une correction rapide et transparente de la LEPI sur le terrain par les populations, en moins de cinq semaines.

 

En mai 2010, à propos de la LEPI, dans BENIN DEBOUT MAGAZINE, j’avais écrit « la LEPI doit être un outil moderne de gestion des populations (Recensement – Identification - État civil et Carte d’identité - Recouvrement des impôts...) et un puissant instrument de transparence électorale (Liste électorale informatisée et Carte d’électeur sécurisée – Exercice effectif du droit de vote - Scrutins crédibles – Gestion transparente des consultations électorales...)... La LEPI doit être actualisée en permanence pour y intégrer les jeunes majeurs et supprimer les disparus. Refuser la LEPI est un comportement irresponsable caractérisé à proscrire. Le Recensement est un Acte citoyen et se faire recenser est un Devoir civique… ».

 

 

La LEPI satisfait-elle les attentes et objectifs assignés ? Dans sa version actuelle, elle constitue plutôt un instrument de reniement et de déni même au regard de la Loi N° 2009-10 du 13 mai 2009.

 

 

Une LEPI invisible, méconnue du corps électoral et qui avait permis les KO présidentiel et législatifs de 2011, est-elle conçue et réalisée - pour dépouiller le peuple béninois de sa souveraineté et sa majesté ? – pour le mépriser et l’asservir durablement à travers une classe politique et des élites qui se cherchent ?

 

Objet de division, la LEPI a montré la fragilité de la démocratie béninoise et a mis en évidence la fracture sociale et la crise identitaire sans précédent sur fond de division et d’incapacité de la classe politique à agir pour sortir le pays du marasme éthique, économique et social.

 

  

La maturité du peuple béninois avait permis de maintenir la paix, la cohésion sociale et l’unité nationale en 2011 ; son intelligence et sa patience légendaire les préservent quotidiennement malgré la dérive autocratique mettant en péril la démocratie conquise dans la lutte en 1990.

 

 

En 2011 plusieurs initiatives et actions citoyennes concertées avaient contribué au maintien de cette Paix ; le Symposium international « LA PAIX DANS LA JUSTICE ET L’ELECTION PRESIDENTIELLE 2011 APAISEE AU BENIN »organisé par la diaspora à Paris, le 19 février 2011.

 

 

 

Tous les Béninois de l’intérieur et de la diaspora devront se préoccuper de la correction de cette LEPI pour empêcher des KO électoraux lors des communales de 2013 ; ces KO sont annonciateurs potentiels de troubles préjudiciables à la Paix et de guerre civile menaçant l’Unité nationale.

 

 

 

Gardons-nous d’utiliser des propos xénophobes et régionalistes porteurs de haines car la charité bien ordonnée commence d’abord par la sauvegarde de la paix et de l’unité nationale au Bénin.

 

Pourquoi en République du Bénin ex Dahomey « quartier latin de l’Afrique francophone », la classe politique et les élites se complaisent-elles à entretenir du rêve pour maintenir le peuple souffrant et meurtri dans l’ignorance et la résignation durables ?

 

 

Ensemble, osons sonner la fin des mascarades et désinformations qui perdurent depuis 1960 pour refonder la nation béninoise et construire une société où les seules valeurs partagées et les priorités nationales devront être - la Vérité -la Paix dans la Liberté et la Justice - le Patriotisme - le Respect mutuel -l’Excellence - l’Audace - le Travail bien fait - la Charité...

 

 

Ensemble, osons sortir des polémiques stériles et des diversions pour aller à l’ESSENTIEL.

 

 

L’ESSENTIEL pour corriger cette LEPI, en moins de cinq semaines, c’est :

 

 

1- Publier la LEPI par tous les moyens disponibles de large diffusion y compris didactiques ;

 

  

2- Afficher la LEPI dans les villes, les villages, les arrondissements, les communes, les bureaux de vote, les ambassades, les consulats, etc. pour permettre aux populations (corps électoral) de s’en approprier ;

 

3- L’amour du Bénin et le courage politique du Président Thomas Boni YAYI et sa majorité qui devront s’engager, sans équivoque, à favoriser et même accélérer un processus transparent de correction de la LEPI sur le terrain, à travers l’affichage de proximité et l’incitation populaire ;

 

4- L’amour du Bénin des acteurs patriotes de l’opposition politique et leur volonté manifeste à sortir le pays du marasme en investissant le terrain et en participant activement à la réussite totale du processus de correction de la LEPI transparente et crédible ;

 

5- La détermination des acteurs de la société civile qui doivent investir le Bénin profond pour accompagner le processus de correction et éclairer les populations dans la droiture ;

 

6- L’engouementdes populations pour ce processus de correction de la LEPI dont elles doivent être les principaux acteurs assistés et éclairés par des Conseils assermentés. Tous les jeunes majeurs doivent s’inscrire sur la LEPI pour voter et exercer ainsi leur droit constitutionnel. Chacun doit connaître son bureau de vote qui ne doit pas changer d’une élection à l’autre.

 

7- Le mea culpa des représentants locaux des partenaires au développement et financeurs de la LEPI (UE, PNUD…) qui avaient failli à leurs engagements et obligations, en infraction avec les lois des pays et des institutions qui les avaient mandatés. Sinon ils devront répondre devant les juridictions compétentes.

 

 

Nous suggérons la création urgente d’une commission paritaire composée de professionnels, d’acteurs de la société civile, de députés, etc. pour superviser, sur le terrain, le processus de correction car les tergiversations autour de la création d’une commission parlementaire de supervision du processus de correction ne sont plus supportables par les exclus et les patriotes soucieux de redonner la voix au peuple et de sauvegarder notre démocratie apaisée issue de la conférence nationale de 1990 et rudement mise à mal, entre autres, par cette LEPI tronquée.

 

 

Notre proposition de commission paritaire, rapide à mettre en place, sera soumise au Président de la République Thomas Boni YAYI et aux acteurs politiques, civils et militaires du Bénin. Les organisations internationales, les partenaires au développement, les financeurs de la LEPI, les ONG… seront associés à la mise en oeuvre urgente et la conduite du processus de correction transparente.

 

 

Avant les communales de 2013, le Président Boni YAYI et consorts auront intérêt à procéder à la correction transparente de cette LEPI s’ils veulent recevoir la reconnaissance de la nation pour réparation de leur faute «LEPI décriée» et ne pas être inquiétés pour celle-ci après 2016.

 

Tout le monde (gouvernement, majorité, opposition, institutions républicaines, société civile, partenaires au développement …) doit être mobilisé sur le terrain pour la réussite totale du processus de correction.

 

 

Les élites devraient être la démocratie citoyenne réelle permettant naturellement aux citoyens de prendre le contrôle de leur propre vie.

 

Invitation à méditer «des populations maltraitées et humiliées sont victimes d’un système mondial qui, dans son intérêt, tout en criant haut et fort les droits universels de l’homme, ne cherche qu’à perpétuer la domination du plus grand nombre par quelques-uns qui disposent de la prépondérance du pouvoir politique, économique, militaire et médiatique» SEM. Thabo MBÉKI, ancien Président sud-africain (3 mai 2011) à propos de la crise en Côte d’Ivoire.

 

 

Aujourd’hui, les populations béninoises sont-elles victimes, plus que naguère, d’un pouvoir politique, économique, militaire et médiatique arrogant, dominateur et oppressif ?

 

Un pouvoir coopté par ce système mondial dont parle SEM. Thabo MBEKI ?

 

Ce système laissera-t-il la LEPI tronquée en l’état pour services rendus ?

 

Ce système permettra-t-il la révision de la constitution de 1990 par cette LEPI (KO législatif de 2011 ou référendum) ?

 

 

Paris, le 12 décembre 2012

 

 

Ce papier sera publié dans le magazine DIASPORAS NEWS n°37 de janvier 2013 (Paris).

 

Auteur : Pétros Adler ZINZINDOHOUÉ

 

 
Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :