Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vendredi 12 août 2011

  

BENIN: la Rb dans les bras d'un époux qui ne l'aime pas

 

 

 

Eric TCHIAKPE

 

La renaissance du Bénin aurait elle perdu la boussole ? Voilà la question qui divise les foyers des admirateurs de ce grand parti politique. Aujourd’hui, après le départ de fait de leur leader charismatique Nicéphore Dieudonné Soglo et de la dame de fer, Rosine Soglo, il apparait que le navire Houézéhouè vogue en eaux troubles et court vers les récifs. Certains lui prédisent le destin du Titanic, nom d’un célèbre navire disparu en pleine mer englouti par l’Océan au début du 20ème siècle. Il faut dire que les derniers revirements de ce parti, le style adopté et les perspectives ne prédisent guère mieux. Voilà un parti dont l’actuel président, Léhady Vinagnon Soglo avait en son temps œuvré à la mise en place d’une coalition forte, l’Union fait la Nation, dans laquelle il avait un rôle prépondérant, mais qui après avoir perdu les élections se sépare du reste des membres pour faire bande avec son principal adversaire. Une chose curieuse à laquelle les réponses qui fusent paraissent toutes goguenardes et parfois insensées. Morceau choisi quand on interroge quelques proches de Léhady, « on ne peut pas faire 20 ans dans l’opposition », « il fallait y aller avant les autres », bref, quelques conneries dignes des meilleurs bêtisiers politiques au monde. Mais qu’à cela ne tienne, on peut concéder à la Renaissance du Bénin, nouvelle gouvernance d’aller vers la rivière s’abreuver, c’est logique voire naturel, personne ne veut mourir de soif. Seulement, que dire de ce choix quand il se fait dans la précipitation et met en évidence la mauvaise foi. On se souvient du deal public qui avait scellé le pacte de l’Union fait la Nation, il était alors entendu que pour la Présidentielle 2011, le candidat serait Houngbédji, en 2016 Léhady Soglo, l’actuel capitaine du navire Rb, et plus tard, le tour d’autres candidats comme Sévérin Adjovi. Un programme clairement établi qui au lendemain de la présidentielle et des législatives a été déchiré de façon unilatérale par le prochain candidat de l’Union. Un geste qui s’assimilerait volontiers à un suicide, d’autant que ce n’est certainement pas Boni Yayi qui irait demander aux siens de soutenir après lui un Léhady Soglo. En tout cas il s’agirait d’une véritable surprise, ce d’autant que le principal intéressé a déjà du mal à contenir ses propres ambitions et celles de certains de ses lieutenants. En gros, contrairement à l’accord qui avait été conclu avec les membres de l’Union, ici le terrain n’est pas propice à la négociation pour un positionnement au sommet de l’Etat, de ce point de vue c’est donc une mauvaise affaire. S’agissant de la mairie de Cotonou, l’affaire n’est pas mieux emballée de ce coté là. Il y a d’ailleurs quelques années, en 2008 avec en figure de proue, un certain Hubert Balè, Yayi organisa une charge en règle pour arracher la mairie de Cotonou en vain. Les appétits existent toujours, les prétendants plus nombreux n’attendent que le moment pour mettre Yayi devant le fait accompli. Or tout le monde sait que le vieux projet de Yayi de garder la mairie de Cotonou pour sa mouvance originelle n’a pas changé. Pire aux dernières nouvelles, le chef de l’Etat s’est rendu compte que d’autres partis hier dans l’opposition se sentiraient bien à ses cotés. Du coup, c’est toute la question de l’opportunité du revirement de la Rb qui se pose. Son capitaine a-t-il évalué les risques avant de se lancer dans l’aventure. Visiblement non, puisque ce faisant il s’est coupé d’une base qui lui en veut de l’avoir trahi en rejoignant son pire ennemi.

La suite mardi…

Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :