Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vendredi 9 juillet 2010

 

 

La refondation selon Yayi : Où en est-on avec ceux qui ont vendu Onigbolo ?

 

 

Par Lydia Touré

 

La question vient à point nommé quand on lit les derniers actes posés par le chef du gouvernement s’agissant de l’affaire Icc-Services. Même s’il est vrai que cette affaire n’a pas forcément la même envergure que celle de la signature floue du contrat de vente de ce fleuron de l’économie béninoise, il y a qu’elle a quelque chose de similaire, la collusion des cadres de la République avec des milieux d’affaires. On se rappelle très bien que pour hâter la vente, une commission de 3 milliards assortis de deux appartements sur une des avenues les plus chères au monde. Un confrère éminent de la place parisienne ayant relaté l’affaire, serait en passe d’être traduit devant la justice par le gouvernement béninois pour se blanchir. Une tentative qui selon des sources crédibles sera menée à grand frais pour sauvegarder l’image de notre pays déjà entachée à cause des pratiques malsaines y ayant cours en matière du monde des affaires. Une opération de lifting politique qui ne peut seule suffire, si au nom de la probité, de la refondation, il n’y a pas retour sur les conditions de signature du contrat de cession de la Société des Ciments d’Onigbolo au groupe Scb-Lafarge.

Aujourd’hui l’évidence est établie que la commission qui a présidé à la vente de ce complexe, a été souillée par la corruption. Le chef de l’Etat a été informé de ce fait. Ainsi puisque sous le sceau de la refondation et de la nécessité de reddition de compte, il s’est défait de son ministre de l’intérieur dans l’affaire Icc-Services, il ne devrait en principe pas reculer à l’idée de se débarrasser des corrompus qui ont ficelé le dossier de Onigbolo. C’est encore un autre défi auquel la refondation selon Yayi est confrontée.

 

Source: Le béninois libéré



Tag(s) : #Politique Béninoise