Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La saga des Chefs  » Shabè « 

8 juin 2010 

 

Les chefs coutumiers  » Shabè  » se mobilisent pour le Président Boni Yayi.  Les gardiens de la tradition ou de la culture  » Shabè  » ont choisi de faire irruption dans la politique.  Leur choix est démocratique. Il pose cependant des problèmes  d’ordre éthique et moral. D’où les questionnements suivants : En vertu de quelles normes culturelles, les chefs coutumiers peuvent-ils faire de la politique politicienne ?  Mesurent-ils les conséquences d’un choix aussi arbitraire dans un milieu où ils doivent se considérer comme les recours ultimes pour la résolution des conflits ? Toutes choses égales par ailleurs, imaginons l’issue malheureuse de leur choix, étant donné que c’est une épreuve de Bernoulli, c’est-à-dire que leur candidat peut être élu comme il peut ne pas être élu. Les chefs coutumiers  » Shabè  » sont sortis de leur rôle.  C’est une saga de trop car en proclamant publiquement leur soutien à Boni Yayi, ils ne rassurent  personne .  L’insistance est suspecte et cache une opération de charme qu’on ne saurait décrypter avec une loupe ordinaire.
Le soutien des chefs coutumiers  » Shabè  » cache un doute qu’on peut croire dissiper avec cette sortie médiatique. On doit à la vérité s’en méfier car le grand intérêt de communication qui accompagne  cette déclaration mérite une interprétation. L’action est-elle volontaire ? Est-ce qu’il s’agit d’un sursaut spontané des chefs coutumiers ou bien s’agit-il d’une énième manœuvre de cadres contestés à la base qui voudraient prouver à tout prix qu’ils ont la Côte dans cette région en principe acquise au Changement. Il n’est donc pas juste d’instrumentaliser les sages de la région  » Shabè  » pour faire plaisir au Président de la République. Il est évident que dans une  perspective présidentielle, cette sortie a un sens auprès de ceux qui voudraient se rassurer avant l’échéance.


L’exploitation de cette sortie est préoccupante.  L’élection présidentielle voudrait-elle prendre une allure de repli identitaire ? Les chefs coutumiers de la région  » Shabè  » ont renoncé publiquement à leurs prérogatives de sages. Ils  ont inauguré malgré eux, l’ère pernicieuse de soutien ethnique à un candidat qui a pour vocation d’être l’incarnation de toutes les ethnies et cultures du  pays. Il convient de ne pas donner une dimension exagérée à des conclaves qui n’ont de valeur que la paix et la tolérance qui s’en seront promues.


Ce qu’on attend des chefs coutumiers, c’est moins un soutien affiché au Président Boni Yayi que la résolution des conflits dans le royaume Shabè.  Que les chefs coutumiers de l’ère culturelle  » Shabè  » apportent un soutien à l’acquisition des machines agricoles, il y a un pas qu’il convient que la raison leur déconseille de franchir car dans un débat national purement technique, on ne doit pas mêler les sentiments.  A Savè, il y a des tendances politiques affichées et portées par des personnalités diverses et variées. Comment, dans de telles circonstances, il est possible de  solliciter la médiation ou la conciliation de ceux qui ont pris déjà  l’option du parti pris. C’est regrettable qu’il en soit ainsi.
La politique du changement vient de secouer un symbole de l’unité et de la cohésion des peuples.  Le dernier recours est mis à mal. Il n’est pas exclu que cette sortie débouche sur des heurts. Aux législatives prochaines l’unité apparente sera rompue au profit de l’émergence personnelle. Les Chefs coutumiers ont mis en berne la réflexion prospective.

 

 

Herbert Houngnibo

Tag(s) : #Les TCHABE : le dynamisme

Partager cet article

Repost 0