Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

01-07-2010

 

Écrit par Brice OGOUBIYI

 

BENIN: Le cynique Yayi Boni veut emprisonner plusieurs opposants béninois

 

Alain Adihou, le miraculé a pris le soin d’informer les députés de l’Assemblée nationale.L’ancien ministre Alain François Adihou est sérieusement menacé d’un retour en prison par le pouvoir. A moins qu’il ne réintègre les rangs de la coalition Boni Yayi, qui jadis l’avait incarcéré au nom de la moralisation de la vie publique.

 

Les autorités politico-administratives s’apprêtent à mettre cette menace à exécution dans un bref délai. Objectif : décimer les structures organisationnelles de la campagne du candidat Abdoulaye Bio-Tchané dans la perspective de l’élection présidentielle de 2011.

 

C’est depuis le 12 juin dernier que les menaces se font de plus en plus précises à l’encontre de Alain François Adihou, l’ancien ministre chargé des Relations avec les institutions. En effet tout juste à la fin du congrès consacré par l’installation de l’Alliance des partis politiques (APP-ABT), dont Adihou a été sacré président du Bureau exécutif et porte parole de l’alliance, l’ancien ministre a été confronté à deux réactions de la part du pouvoir en place.

Dans le but de décimer les structures organisationnelles de la campagne ABT, le pouvoir a tenté de le distraire entre le 13, le 17, et le 18 juin dernier. Au lendemain de la parution de son livre, M. Adihou reçut des propositions mirobolantes. « Puisque que tu dis que tu as pardonné, l’intermédiaire reprenant ironiquement le titre de son dernier ouvrage : Au nom de mon pays je pardonne, alors, on retient ton nom pour figurer sur la liste des nouveaux ministres à entrer dans le dernier gouvernement Yayi ». Fidèle à sa nouvelle ligne politique, Alain Adihou a décliné l’offre et a tenu bon jusqu’à la publication de la liste du dernier gouvernement.

Après ce premier échec, le pouvoir, très en colère, est passé à la deuxième phase qui est celle de l’intimidation, en se fondant cette fois sur les arguments de droit. Maniant à merveille le bâton et la carotte, l’intermédiaire rappelle gentiment au ministre qu’il venait de passer quatre années de séjour carcéral, et qu’il doit sa liberté, au bénéficie d’une liberté provisoire après payement d’une caution.

 

Une liste de 20 personnes à ennuyer connue de l’opposition

 

En conséquence pour les besoins de l’enquête, on pourra toujours le reprendre. Sauf si la sagesse lui indique, de surseoir à ses activités politiques en faveur de l’actuel président de la BOAD et de rejoindre le camp Yayi. Cet argument est développé à la fois par des juristes proches du pouvoir et par l’un des caciques de la police judiciaire et des agents de renseignements commis à cette tâche. Mais le ministre devant ces intimidations à peine voilées, est resté de marbre, préférant s’en remettre à Dieu et prenant l’opinion publique nationale et internationale à témoin.

 

Informé des complots qui s’ourdissent contre lui et des dispositifs mis en place pour l’anéantir, le miraculé a pris le soin d’informer les députés de l’Assemblée nationale sur les dérives du pouvoir et menaces qui planent sur lui ainsi que sur sa famille. Par ailleurs, outre le cas d’Alain François Adihou, l’opposition est au courant d’une liste de vingt personnalités en situation d’ennuis sérieux de la part du pouvoir. On avance pour les disqualifier des problèmes de droit commun, dans le pire des cas et on ne le souhaite pas, on les menace d’accidents provoqués de voitures. Tout ceci pour les rendre incapables d’aller au bout de la campagne.

 

Brice OGOUBIYI



 

Tag(s) : #Politique Béninoise