Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PS: Selon les confidences du juge Angelo HOUSSOU exilé aux U.S.A. pour échapper aux sicaires du roi Boni 1er, Martin ASSOGBA serait le mari de sa tante. Ceci explique donc cela !!!

IB


26/12/2013

 

Bénin: le défenseur des droits de l’homme Martin Assogba veut rentrer au pays

 

 

Par RFI

 

Martin Assogba a été victime d’une tentative d’assassinat, dans la nuit du 9 au 10 décembre, à Cotonou. Ce militant anti-corruption est à Paris où il a été soigné. Président de l’ONG Alcrer, Martin Assogba a quitté l’hôpital de la Pitié-Salpétrière, le 20 décembre, et il a choisi RFI pour s’exprimer pour la première fois depuis son agression dans la capitale béninoise. Touché par huit plombs dont deux reçus dans le cou, il n'accuse personne alors qu'à Cotonou, d'autres militants n'hésitent pas à accuser le pouvoir de Boni Yayi de vouloir faire taire l'opposition.

Quelques heures après la tentative d’assassinat, huit suspects ont été arrêtés, puis très vite libérés et mis hors de cause par le procureur. Depuis, les coupables courent toujours. Alors que d'autres soupçonnent le pouvoir de Boni Yayi, Martin Assogba, lui, n'accuse personne et fait confiance en la justice de son pays pour retrouver les coupables.

« Tout le monde sait que je suis un défenseur des droits de l’homme, que je suis un promoteur de la bonne gouvernance, et que je dis : "Je veux que les textes de la République soient respectés". Donc, le coupable qui court, je ne peux pas savoir de quelle couleur il est, ni ce qui a pu le motiver », a constaté Martin Assogba.


« Rendre véritablement justice aux justiciables »


A la question de savoir si son engagement contre la corruption et contre la révision de la Constitution a pu motiver les agresseurs, le défenseur des droits de l’homme a répondu à RFI qu’il fait confiance en la justice de son pays.

« Je ne suis pas le seul qui parle de la non révision de la Constitution au Bénin. Et je ne vois pas pourquoi c’est à moi seul que l’on va s’attaquer. Je ne mets en cause personne. Je vous dis : la justice béninoise se bat, de mieux en mieux, pour être indépendante et pour rendre véritablement justice aux justiciables qui ont besoin de la justice », a ajouté Martin Assogba.


Poursuivre le combat au Bénin


Après avoir été blessé par balle, à Cotonou, le président de l'ONG Alcrer a bénéficié d'un rapatriement sanitaire en France, aux frais de la présidence béninoise. Malgré les risques, Martin Assogba veut rentrer au Bénin, dès la mi-janvier, pour reprendre son combat pour la défense des droits de l'homme et contre la corruption au Bénin.

« Je fais partie des neutres. Je n’appartiens à aucune mouvance ; je ne suis pas opposant mais je m’occupe de secteurs qui peuvent permettre à notre démocratie de s’enraciner. Alors, maintenant que j’ai été miraculé, j’ai un goût de non achevé. Il faut que je retourne continuer mon combat pour laisser la succession à d’autres personnes. »

« Je demande aux gens de ne pas avoir peur, car à chaque métier correspond ses risques. Il ne faut pas avoir peur des risques, parce que ce qui m’est arrivé me donne plus de force pour mieux faire mon travail ; parce que je veux laisser des empreintes », a spécifié le président de l’ONG Alcrer, Martin Assogba.


 

Source : RFI



 
Martin-Assogba.jpg
 
  
  
Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0