Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

22-04-2010

 

Le Docteur Fantodji Pascal, un grand patriote s’en est allé

 

L’UGEED et le Conseil Présidentiel.

 

Les élections présidentielles qui se dérouleraient par Département en Avril 1970 et qui devraient départager les trois leaders traditionnels qu’étaient Maga, Ahomadégbé et Apithy, ces élections ont entraîné les plus grandes violences électorales de l’histoire du Dahomey à l’étape de Parakou.

C’est ainsi que la formule du Conseil présidentiel fut imaginée et mise au point à Savè sous l’égide du Général Paul Emile De Souza pour éviter à notre pays une terrible guerre civile.
Le 10ème Congrès de l’Union Générale des Elèves et Etudiants du Dahomey avait caractérisé ce régime de «régime bâtard, hétéroclite, un échafaudage précaire et branlant ». C’est pourquoi, la Fédération des Etudiants d’Afrique Noire en France, section UGEED, salua la Révolution du 26 Octobre 1972 par une déclaration datée du 28 Octobre 1972


 

L’UGEED et la Révolution d’Octobre

 

Au lendemain de la proclamation historique du très sacré Discours-programme du 30 Novembre 1972, Discours élaboré par ceux qu’on pouvait appelé aussi à l’époque «Les Forces Vives de la Nation », l’UGEED fut convaincu que le Coup d’Etat du 26 Octobre 1972 n’était pas du tout commandité par l’impérialisme français avec son homme de main Jacques Foccart. Mais que c’était un Coup de vrais nationalistes et patriotes dahoméens. C’est ainsi qu’une délégation de la FEANF fut envoyée depuis Paris pour sillonner tous les principaux collèges du Dahomey pour supporter bien sûr avec vigilance le Mouvement
Révolutionnaire. Elle fut conduite par Fidèle Quenum. C’était en 1973. La verve et la force de conviction avec lesquelles il délivrait ses messages ne peuvent qu’épater nous les plus jeunes et nous préparer au patriotisme. Sa tournée marqua le début de mon entrée en politique et mon goût de plus en plus marqué pour l’histoire et la politique internationale.


 

Fantodi Pascal et les Autres

 

Il existait également à l’époque une kyrielle de références et de modèles. Je me souviens du sociologue Aguénou Jérôme, l’un des grands du landerneau intellectuel béninois de tous les temps.Je me souviens de Djêgui Narcisse, Président de l’Union Générale des Elèves et Etudiants du Dahomey, du jeune tribun Mêhou Gbêtondji Jean, Secrétaire Exécutif de l’Union Générale des Elèves et Etudiants du Dahomey. Je me rappelle également de
Agnandji Joseph, Hounyovi Cocou Innocent, Kagbanon Félicien, de Anselme Agbanhoundo, de Yabi Théodore, de Jules Agbodjèman de son vrai nom Adrien Ahodi, du Docteur Fagbémi, de Badou Benjamin, de Ahouanca Etienne. Pour rendre témoignage à l’histoire, je ne peux pas oublier Jonas Gnimagnon qui était ami de la plupart de tout ce beau monde, et qui mine de rien, apportait sa lumière au moment de certains grands embarras.


Peut-être que sans ces aînés qui le fascinaient, le fétiche de la politique ne serait pas tombé de si tôt sur la tête de Paul Gnimagnon au collège de Wankon à Abomey où en parlant devant la foule, les gens le prenaient déjà comme un petit sorcier, tellement il était éloquent dans l’adolescence.
Je ne fermerai pas en attendant cette facette émotive et heureuse de l’histoire du militantisme sans mettre l’accent sur Monsieur Bernard Affédjou du Lycée Technique Coulibaly de Cotonou, et qui se réfugiait souvent chez moi au quartier Adjahito à Abomey où nous rédigions ensemble des tracts les plus percutants. Au Bénin, il était à sa manière, de tous les combats de la jeunesse.
Il y avait-il encore quelqu’un qui était le premier de tous et qui supervisait tout dans l’ombre? Sincèrement au début, je ne le savais pas. C’est plus tard que j’ai su que celui qui peaufinait toutes les stratégies de lutte, c’est l’idéologue et Docteur en Mathématiques Pascal Fantodji, le grand Fantodji.

Fantodi Pascal et la longue marche du PCB

 

Avec l’usure du temps où beaucoup de ses disciples et compagnons de lutte ont pris d’autres voies, il n’a pas trébuché un seul instant. Comme le Chef d’une Armée, il envoyait ses soldats au front pour lutter contre les dérives dictatoriales du socialisme scientifique et du marxisme-léninisme. Beaucoup ont connu les maladies, les geôles, les tortures comme Baparapé. D’autres ont connu les prisons et l’exil comme Firmin Awadon, Sossouhounto Urbain. D’autres ont été célèbres comme l’Amazone de l’époque Thérèse Waounwa qui disparaissait et réapparaissait miraculeusement avec des tracts aux abords mêmes de nos Camps militaires. Certains ont vécu innocemment les dures réalités des prisons comme l’homme de justice Sacca Fikara, Paul Issè Iko, Nestor Agbo, Gangbè David, Luc Agnankpé, le super intelligent Tigri Allasane. D’autres ont connu le sacrifice suprême comme Luc Togbadja et Glèlè Akpokpo Rémy.
L’honnêteté intellectuelle et la vérité de l’histoire commandent qu’on affirme que c’est à cause des luttes implacables des disciples de Fantodji Pascal que la Conférence
Nationale des Forces Vivres de Février 1990 a eu lieu en débouchant sur le Renouveau.
Démocratique. Malheureusement, le Parti Communiste du Bénin a manqué à ce grand rendez-vous en concluant d’avance que ce serait un marché de dupes. De tous les Partis au Clubs électoraux, c’est le Parti le plus structuré et le plus organisé au Bénin, et gorgé de gens vraiment convaincus et dotés des idéaux, même si certains de ces idéaux ne font plus recette.

Le PCB a rejeté les Assises du 19 au 28 Février 1990, parce que pour ces animateurs, il fallait un changement violent capable de provoquer un choc psychologique positif pour réussir ce que Mao Tsé Toung appela en Chine « le grand bond en avant ».
Le Parti Communiste du Bénin est un parti formidable. Le Journal du Parti «La Flamme» était souvent le résultat des enquêtes de ce qu’ils appelaient «Le Comité d’Action » clandestinement présent dans toutes les entreprises publiques et semi-publiques.
Les révélations des Comités d’Action sont difficilement démontables exactement comme les travaux actuels de l’Organe de la Lutte contre la Corruption de Jean-Baptiste Elias.
Le Docteur Fantodji Pascal est mort sans avoir vu naître de ses mains au Bénin la République Démocratique, Indépendante et Moderne au quelle il avait une foi profonde.

J’ai eu la chance de discuter avec lui plusieurs fois sur le riche et volumineux livre qu’il avait édité à cet effet.
Je vous signale que ma mère analphabète était communiste. Car elle me raconta un jour que les politiciens dont le bulletin de vote porte le marteau rouge ne donnent pas d’argent au gens. Mais ceux-là doivent détenir la vérité, car ils expliquent bien leur programme et on les comprend vite et qu’elle voterait donc pour eux.
A la page 70 de mon ouvrage écrit sur le Président Yayi Boni et lancé le 12 Février dernier, j’invitais ce dernier à se rapprocher du Professeur Pascal Fantodji pour savoir un peu plus sur le point H de la page 8 du document de l’Institut International de Recherches et de Formation (INREF), document sorti le 29 Octobre 2005 et qui cadre avec son ambition de l’émergence.


 

Enfin, la même phrase prononcée en 2002 par Maître Adrien Houngbédji à propos du Président Ahomadégbé peut être collée à Pascal Fantodji, citations: « Il est entré en politique comme on entre en religion ». Le Docteur Pascal Fantodji a mené une vie simple et exemplaire, sans forfanterie ni fioritures. Il a rejeté la fortune malgré son haut niveau intellectuel. Il a rejeté toutes combines pour ne pas se faire souiller. Comme Karl Marx en permanence nourri par Friedrich Engels, il a accepté sa Croix, toujours confiant en un avenir radieux pour son pays. Si les Béatitudes du Sermon de Jésus sur la montagne se réaliseront inévitablement, je suis sûr et certains que Dieu a déjà accueilli son âme dans les cieux, l’âme d’un homme de très grande conviction.
En tout et pour tout, ni la chute du Mur de Berlin, ni l’effondrement de l’Union Soviétique, ni la mort d’Enver Hodja en Albanie, tout cela n’a altéré d’un seul iota ses convictions premières.

Docteur Pascal Fantodji,
Adieu grand patriote.


Par Gbèmassè Cyprien,

Ecrivain et Chercheur

  

Source: LNT

 



Tag(s) : #EDITORIAL
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :