Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BENIN: Le monde des travailleurs a été choqué d’entendre de la part de Boni Yayi des propos aux allures liberticides

 

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE


Peuple Béninois,


Camarades Travailleurs de tous secteurs d’activités,


Le mardi 12 juillet 2011, nous avons suivi à travers les chaines de Télévision la séance de travail tenue par le Chef de l’Etat avec le haut commandement militaire et para militaire. Au cours de cette séance, le monde des travailleurs a été choqué d’entendre de la part du 1er magistrat des propos aux allures liberticides à l’égard des travailleurs en lutte. En effet, le chef de l’Etat a pu traiter dans un ton fortement menaçant les travailleurs en lutte de "voleurs" parce que selon lui ceux-ci voudraient s’accaparer la richesse qu’ils n’ont pas produite. Il poursuit en estimant qu’il ne se laissera jamais faire, et qu’il opérera d’une part des défalcations sur nos maigres salaires pour fait de grève et d’autre part procédera avec l’appui des militaires à la radiation de tous les travailleurs en lutte à partir du lundi 18 juillet 2011.

Ces propos, qui ne sont rien d’autre qu’une déclaration de guerre au peuple béninois en général et en particulier au monde des travailleurs, révèlent aux grands jours le plan secret de liquidation du peuple savamment orchestré par un régime en déroute face aux problèmes sociaux découlant de la malgouvernance organisée et entretenue comme système de gestion au Bénin.


Qu’il vous souvienne, qu’au sortir des dernières élections présidentielles, le pouvoir de BONI YAYI a promis au peuple, une certaine refondation dont nous nous interrogeons encore sur le contenu. Les dernières sorties médiatiques du Chef de l’Etat viennent donc lever un coin de voile sur ce fameux projet de refondation qui vise simplement à réduire le peuple au silence et à ranger aux placards les libertés démocratiques chèrement acquises lors des assises de la Conférence Nationale des Forces Vives de février 1990 et en particulier la liberté syndicale et le droit de grève. Pourtant, ce sont ces mêmes acquis qui ont permis à ceux qui tentent par les moyens les plus sordides de les assassiner aujourd’hui, de se hisser au sommet de l’Etat au moment même où certains concurrents avaient trouvé la recette de l’exclusion pour les mettre en marge de la course au pouvoir en 2006.


Camarade Travailleur,


L’heure est suffisamment grave et plus grave qu’on ne le croyait. Tu n’es pas un voleur ! Les voleurs se connaissent et la République les connaît. Entre ceux qui réclament 1,25 point d’indexation et ceux qui dilapident les fonds de ton pays c’est-à-dire les fruits de ta sueur à travers tout ce que nous savons et voyons, qui est le voleur ? Suivez mon regard.


Toutes ces menaces de licenciement ou de remplacement collectif des travailleurs en lutte après l’échec des négociations imputable au gouvernement du fait de son refus de faire des propositions concrètes pour une sortie de crise, ne sont que du "déjà entendu" et du "déjà vu". Dans un passé très récent, cette tentative de radiation collective a lamentablement échoué dans le secteur de la douane et de la santé. Que cela ne t’ébranle point. Les Agents de l’Etat, contrairement à ce que pensent les rêveurs, sont régis par des textes et leur exclusion de la famille des fonctionnaires, obéît à des procédures légales précises dont le mobile essentiel doit reposer sur la faute professionnelle. Or, la grève n’a jamais été reconnue comme une faute. C’est plutôt un droit fondamental dont il faut jouir.


La Coordination de la COSYNAP, à travers ce message tient à vous féliciter de votre courage, de votre détermination à faire aboutir contre vents et marrées et malgré toutes les intimidations du gouvernement vos justes, légales et légitimes revendications. Elle vous rappelle que le mot d’ordre de grève de 72 heures avec tacite reconduction qu’elle a lancé, est toujours en vigueur.


Quant à vous forces armées : dernier bastion de la résistance à la dictature, vous qui avez toujours montré le caractère républicain de vos prises de position, la COSYNAP vous demande de ne point céder à la manipulation d’un pouvoir en panne d’inspiration qui cherche à tout prix à faire taire les fils de la nation par la force.


Enfin, la COSYNAP appelle tous les travailleurs à rester sereins dans la mobilisation pour négocier le dernier virage de la lutte.


Seule la lutte paie !


Vive la démocratie !


Vive la liberté syndicale !


Vive le droit de grève !


Fait à Cotonou, le 14 juillet 2011
La COSYNAP



 
 
 
Tag(s) : #Politique Béninoise