Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le roi Boni 1er nous a vraiment amené loin !!!

 

Jusqu’à l’Onu. Longtemps repoussé, çà y est enfin, l’interventionnisme de Baï Ki Moon dans la crise politique au Bénin. Avec deux ans de différé. Le diplomate onusien était sur le point d’entamer ses bons offices entre les protagonistes béninois lorsque le coup d’Etat du général Abdul Aziz en Mauritanie lui a fait modifier son agenda. La propagande émergente s’était alors empressée de pérorer sur tous les toits n’avoir jamais eu connaissance d’un projet quelconque de médiation dévolu à Saïd Djinnit, représentant permanent du Secrétaire général de l’Onu en Afrique de l’Ouest. Mais le béguin de la Marina pour les œuvres attentatoires à la démocratie n’a pu faire éloigner les extincteurs de crise politique. Grâce à la passion obsessionnelle du docteur-président pour cette maudite Lépi (on peut le dire après tous les dégâts causés à la paix et la cohésion sociale).

 

A New York, on ne pouvait se permettre de rajouter le Bénin à la très très longue liste des destinations sous tourbillon surtout dans un contexte de rareté des contributions des Etats.

Les émergents avaient promis à leur arrivée que le chemin serait long, exaltant et passionnant. On nous avait parlé de Taiwan, de Singapour, de Doubaï, de Shanghai, des Dragons d’Asie en somme. Usines, boulevards futuristes, étales qui débordent de victuailles, aéroports surdimensionnés, communication à la pointe, cales de bateau remplis de coton et de dérivés du palmier à huile. On nous parlait de faire le ménage avant d’installer le nouvel ordre vertueux. A travers une terrifiante politique de la terre brûlée qui consiste à détruire tout l’existant jugé impur. Les hommes d’affaires ont été alors priés de raccrocher ; leur argent était trop sale ; des pilleurs de l’économie nationale qui ne méritent que l’humiliation, la vindicte populaire et l’embastillement. Avec eux la vieille classe politique apatride à la casse. Le petit peuple se mettait à rêver. Jusqu’au jour où il découvre l’arrogance de la fortune des nouveaux princes, des fonctionnaires pour la plupart nommés, maniant les espèces sonnantes et trébuchantes à chaque meeting, marche, carnaval ou création de partis satellites.

 

Chaque week-end, le régime a toujours quelque chose à célébrer. On reconnaît facilement les nouveaux riches par leur propension à la fête, à rassembler des foules, à faire danser, boire et manger la populace. Très souvent en présence du chef de l’Etat. Or il faut toujours plus d’argent pour faire perdurer ces plaisirs du pouvoir. Le secteur privé étant réduit à sa plus simple expression il ne reste qu’à puiser abondamment dans les caisses de l’Etat. Il n’y a que les commis de l’Etat, les directeurs généraux de société, d’offices d’Etat ou de projets, les ministres qui puissent le faire. Bien entendu chaque courtisan privilégié pense à se constituer son propre butin. Tout l’argent volé à l’Etat ne sert pas uniquement à magnifier le grand prêtre de la Marina. Il faut en réserver une partie pour ses propres buildings, les études de sa progéniture, les caprices de ses maîtresses. C’est cette gouvernance jouissive que unionistes et autres chanéistes osent ambitionner d’arrêter.

 

Tout le drame du Bénin réside dans la perspective que la roue tourne en 2011. Cela équivaut à l’avènement de nouveaux maîtres, le devoir de rendre compte de la gestion passée, de rendre gorge pour ceux dont la corruptibilité serait formellement établie. Rien que de devoir quitter le pouvoir, justifie ce pourrissement objet des appréhensions de Baï Ki Moon. La Lépi devient alors le prétexte idéal pour rapprocher le pays encore plus du cataclysme. Il parait que personne ne perd rien à l’occasion des médiations internationales. Le jargon est partout le même en Côte d’Ivoire, au Soudan, au Kenya, au Zimbawé, au Congo : partage du pouvoir, immunité, transitions interminables, aides, souffrances, réfugiés, trafics…

 

On y est presque…

 

arimi choubadé

Rédigé le 23 avril 2010



Tag(s) : #EDITORIAL
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :