Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BENIN: Le silence qui vaut 6 milliards…

 

 

Des milliards, beaucoup de milliards pour dégonfler la bulle du placement d’argent illégal. Ironie, ce sont des députés de la mouvance qui se sont essayés à décompter ces milliards jusqu’à 6. Cagnotte de sauvetage pour la nébuleuse Icc-Services dirigés par des hôtes privilégiés du chef de l’Etat, des amis politiques de la Première Dame et du ministre de l’Intérieur, des prédicateurs très influents. Cocktail spécial sous couvert d’Ong curieusement dans la haute finance, les spéculations en bourse, les placements à taux mirifiques et le sponsoring politique. Ong receleuse des épargnes de milliers de Béninois que le gouvernement du Changement supplée en décidant de saigner le trésor public. Le plus pauvre de Tchoumi-Tchoumi, de Savalou, de Zè ou de Dangbo paie le ciment, l’eau, l’électricité, les produits pétroliers plus cher afin de permettre à des placeurs d’argent illégaux de jouir de leurs rapines en toute impunité.

 

L’Etat béninois dont l’intégrité territoriale, les institutions, les engagements internationaux et le fonctionnement régulier étaient menacés quelques jours avant à cause de quelques milliards refusés au programme de micro-finances aux plus pauvres, ce même Etat devient subitement capable de débourser 6 milliards pour apurer des dettes consenties par une Ong. Cela rappelle une pareille hérésie intervenue en début de mandat de Yayi où le contribuable a été appelé à la rescousse pour endosser des dettes d’un opérateur privé à savoir Martin Rodriguez à travers la société Marlans Coton Industries vis-à-vis de producteurs de coton. La trouvaille a fonctionné exactement comme un éteignoir très efficace dont les vestiges sont encore perceptibles près de 4 années après. De cette affaire, plus personne n’en parle. Toujours cette hantise du silence et du mystère qui refait surface à la Marina par la gestion de l’affaire Icc-Services.

Illustration de la culture du camouflage à travers les reportages sur la réunion de crise à la présidence de la République. Le ministre de l’Intérieur très en verve et avec une conviction déconcertante promet le paiement de toutes les victimes de Icc-Services en l’absence des responsables de la structure en question. En guise de solidarité du gouvernement envers ces « amis », l’annonce du déboursement de plusieurs milliards du trésor public pour la circonstance. Pendant ce temps, impossible pour le commun des Béninois y compris ceux délestés de leurs fortunes d’entendre les véritables responsables de la gigantesque arnaque. Au ministre de l’Intérieur seul l’exclusivité de promettre de payer les gens, proclamer que la situation est sous contrôle, régenter les autres acteurs du phénomène, et de s’ériger en porte-parole du comité gouvernemental de crise. Une exclusivité qui ne se partage avec personne y compris le juge. La rumeur savamment distillée dans les médias soutient que la justice béninoise se serait déclarée incompétente de connaître d’un cas d’exercice illégal du placement d’argent, d’escroquerie, de fraude en tout genre sur les mécanismes financiers internationaux, d’enrichissement sans cause etc…

 

Les milliards à déverser dans cette bulle insondable offre deux avantages considérables. Le silence des victimes en premier. Il suffit de déverser dans les rues quelques-uns remboursés sous forme de marches de remerciement au chef de l’Etat pour les avoir sorti du gouffre dans lequel il les a pourtant plongé en cautionnant l’activité par les audiences présidentielles accordées aux barons de Icc-Services. En second lieu, le silence très appréciable des principaux auteurs de l’arnaque surtout qu’ils n’auront plus à se casser les méninges en ce qui concerne la rogne désormais endossée par le pouvoir.

Rideau ! Il n’y a plus rien à voir !

 

arimi choubadé

05 juillet 2010



Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :