Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liste électorale permanente informatisée

LEPI: Le rêve brisé du roi Boni 1er ?


JPEG - 8.1 ko
Le Président Boni Yayi

La Liste électorale permanente informatisée (Lepi) est devenue depuis quelques mois un outil à polémique. Il est aujourd’hui au centre de tous les débats. De l’Assemblée nationale aux autres institutions de la République, tout le monde s’accorde pour la réalisation de cet outil électoral. Mais par contre, l’on s’accuse mutuellement pour sa crédibilité. Les uns veulent d’une Lépi consensuelle accusant les autres de vouloir une Lépi taillée sur mesure. Une situation qui a d’ailleurs conduit à la création d’un groupe de travail pour vérifier les faits allégués. Des corrections ont été proposées par ce groupe dans lequel sont représentées toutes les forces politiques et la société civile de notre pays, le Bénin. On se rappelle que certains politiciens avaient affirmé que le Bénin ne saurait aller aux élections de 2011 avec cet outil électoral. L’honorable Janvier Yahouédéou, tête de peloton n’a jamais cessé d’attirer l’attention de l’opinion publique nationale et internationale sur la question. Selon lui, on ne peut pas aller aux élections de 2011 avec la Lépi à moins qu’on veuille faire une Lépi bâclée. Voilà donc qui met en difficulté le rêve du Chef de l’Etat qui se bat pour la réalisation de cet instrument et avait même déclaré que l’organisation des joutes électorales de 2011 ne se fera pas sans la Lépi. Ce qui justifie l’engouement du gouvernement sur la réalisation de cet outil. Mais l’opposition ne voyait pas de cet œil la chose puisqu’elle s’est battue pour l’abrogation de la loi et a proposé une autre loi en remplacement de la première. Les recours des députés de la mouvance ont porté puisque la Cour constitutionnelle a cassé. Tout le monde était bloqué. Entre-temps à la Cps Lepi, la coordination a changé de main. Pour certains le gouvernement a capitulé puisque Epiphane Quenum, son homme de main, (selon les opposants) a été déchu. Une situation qui a un tant soit peu calmé les ardeurs. Le G13 a vite fait de rassurer les populations. Et la confiance est née. Malgré la volonté affichée du Coordonnateur de la Cps-Lepi Arifari Bako pour rendre crédible cet outil, la Lépi a toujours du plomb dans l’aile. Les opérations de recensement ont cafouillé sur le terrain avec des agents qui n’entendent pas faire du bénévolat. Dans sa logique de voir la Lepi prête pour les élections de 2011, le gouvernement a sorti la grande artillerie. Au regard des plaintes des populations et des propositions de l’institution en charge de la réalisation de cet instrument, le gouvernement a accepté de proroger le délai de dix jours. La journée du vendredi a été chômée pour la réussite de la mission. Après la clôture de ce délai, trois jours ont été encore accordés aux Béninois pour se faire recenser. De prolongation en prolongation, le gouvernement est en train d’afficher sa volonté de voir la Lépi réalisée. Mais une question demeure. Pourrons-nous aller aux élections de 2011 avec la Lépi ? Hier sur les antennes de la télévision Canal 3, le coordonnateur de la Cps-Lepi a affirmé que le travail qu’abat la structure dont il a la charge n’est pas nécessairement pour les élections de 2011. Il rejoint du coup les honorables Janvier Yahouédéou et André Dassoundo qui avaient déclaré que la Lépi ne pourra pas être prête pour 2011. Ce qui risque de mettre le gouvernement en porte à faux avec les déclarations de son chef qui avait affirmé qu’il n’ira pas aux présidentielles de 2011 sans la Lépi. Boni Yayi voit ainsi son rêve brisé.


Quelques réactions sur les difficultés par rapport au recensement porte-à-porte dans la commune d’Abomey-Calavi

 

Placide Azandé, premier adjoint au maire d’Abomey-Calavi

Dans tout Calavi, cahin-caha, ça va dans les autres arrondissements mais en ce qui concerne Togoudo, nous avons constaté qu’il y a une sous-estimation au niveau des binômes déployés sur le terrain. Nous avons 136 binômes alors que d’après les constats, il nous fallait au moins 500. Nous avons besoin d’aide. Il s’agit de doubler voire de tripler le nombre de binômes sur le terrain.

 

Germain Cadja-Dodo, chef arrondissement Godomey " Nous sommes dans un dilemme "

Nous demandons aux autorités concernées de bien vouloir nous aider à Godomey...Le problème de Godomey n’est pas une affaire de ménages laissés pour compte à recenser, c’est une affaire de zones. Il y a des zones de 500 mètres qui n’ont pas été touchées. Godomey aujourd’hui fait 400 mille habitants et ce nombre pour 136 binômes, c’est peu. La zone d’Atropokodji par exemple est laissée pour compte... Nous sommes dans un dilemme. C’est pourquoi nous lançons un appel vibrant à la Mirena et à la Cps de bien vouloir nous aider.



17-05-2010, Angelo DOSSOUMOU S., Léandre ADOMOU



Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :