Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LES AVERSES DU CHANGEMENT FONT ‘’ PISSER ’’ ONCLE ‘’JO’’

 

 

Disciple de dernière heure du ’’ messie ‘’de 2006, il a trouvé une occasion pour cracher dans son premier plat, celui dont il se délectait si bien. Rien n’était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que les beaux sourires qui voilaient, à première vue, des rancœurs vieilles de plusieurs décennies. Les regards, démarches, discours passionnés, ont montré toute la volonté, la bonne foi des uns et des autres à éviter qu’on ne leur fasse porter de force un chapeau, les jours et mois à venir. N’est-ce pas une noble ambition ! Tout était parti d’une seule et simple raison : circonscrire les dégâts du changement ; et, tel un dangereux reptile, le tuer, au besoin le découper et le pulvériser sans frayeur.

 

Et quand un danger permanent plane sur la maison commune, loin des querelles intestines et interpersonnelles, les frères ennemis, comme un seul homme, se donnent la main pour ramener de l’ordre dans la maison. Qu’il nous souvienne que, le silencieux reptile, à l’image de celui de la tentation dans la Sainte Bible, dans son allure de diviseur invétéré, a tôt fait de tendre des fruits, (que dis-je ?) des postes (directions et/ou ministères) de la passion à des fidèles d’hier , naturellement fumistes, profiteurs, versatiles, besaciers et surtout animés d’un esprit de Judas, prêt à vendre les siens pour des postes éphémères ; contre une conviction et une couleur politique très ancienne qui les a vu faire les premiers pas politiques .

Ils encouragent et participent, dès lors, consciemment ou non, à des maux ou plaies incurables et puantes qui ont nom : l’indiscipline budgétaire, le non-respect de la parole donnée, l’achat et la démobilisation de ‘’militants’’ à coups de millions, la dilapidation de fonds, bref, une saignée politique sans limite. Qui n’a pu éviter de garder sa bouche ouverte, rien qu’à entendre ‘’Oncle Jo’’ traiter ses patrons d’hier, valeureux membres unifiés, de pilleurs ? Le ‘’patron de Topka’’, contre toute attente, croyait ainsi jouer ‘’maladroitement’’ le vilain jeu du changement qui, comme on y est habitué depuis un moment, consiste à déshabiller les siens en public, proférer des menaces sur les chaînes de télévision et demander en aparté des excuses. Des menaces proférées avec un ton injonctif et régionaliste, comme on en a eu à Dassa et un peu partout ; sans que les auteurs cessent de bomber le torse et sans être inquiétés.

 

C’est très facile de se retourner contre les siens, mais très difficile de revenir au bercail quand on aura perdu un jour la boussole. A ‘’Oncle Jo’’ et bien d’autres, nous conseillons de se taire s’ils n’ont rien de plus fort que le silence, car, la pluie cessera très bientôt.

 

Source: Le canard de la semaine



 

Tag(s) : #Politique Béninoise
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :