Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Note de lecture: Les béninois de France ne se laisseront pas manipuler même si certains oisifs associatifs jouent les sapeurs pompiers et les porteurs de valise du roi Boni 1er. Un jour viendra où il faudra que la diaspora béninoise sâche qui elle a mandaté pour négocier en son nom. Des associations qui ne comptent guère plus d'une vingtaine d'individus peuvent-elles légitimement parler au nom de leurs concitoyens qui ignorent même leur existence ?

 

Il serait temps que nos représentations diplomatiques demandent la liste des adhérents de toute association avant d'en faire un interlocuteur privilégié.

 

Il faut mettre définitivement un terme aux égos des individus qui ne font rien pour la communauté qu'ils prétendent représenter. S'ils cherchent un marche-pied, qu'ils se lancent vertement dans la poltique. Dans les tous prochains jours, nous publierons les tares et la liste de ceux dont l'intérêt pour la communauté béninoise de France se résume à aller siroter le champagne à l'Ambassade et faroter.

 

I.B.

 

27-07-2010

 

Les raisons de l’échec d’une mission de la Cps/Lépi en France et au Nigéria

 

Tentative de recensement des Béninois de la diaspora

 

Écrit par Victor NONGNI DABANI

 

La Commission politique de supervision de la Lépi (Cps/Lépi) est actuellement confrontée à de sérieuses difficultés en ce qui concerne surtout le recensement des Béninois de l’extérieur, vu qu’une première mission en France et au Nigeria s’est soldée par un échec.

 

Le revers connu par la mission de la Commission politique de supervision de la LEPI (CPS/LEPI) en France et au Nigeria dans le cadre du recensement des Béninois de la diaspora a principalement son fondement dans la composition de l’équipe envoyée à cet effet. Cette mission composée notamment des députés de la mouvance et d’un représentant du gouvernement, en l’occurrence le ministre des affaires étrangères Jean-Marie Ehouzou n’a pas pu gagner la confiance de leurs compatriotes en France et au Nigeria. Si dans l’hexagone, les difficultés rencontrées peuvent être considérées de mineures, au Nigeria à côté, les écueils sont de taille et méritent plus d’à propos.

 

En effet, la mission fut surprise par le désordre qui caractérise les archives au niveau de l’ambassade et surtout du consulat du Bénin au Nigeria, puisque de deux à trois millions de Béninois annoncés au départ, seulement 200.000 compatriotes sont en règle et possèdent leur carte consulaire. En dehors de cette situation, il y a l’hostilité et la résistance des Béninois résidents sur le territoire du géant voisin de l’est à cause de la configuration de la délégation qui les laisse perplexe.

 

Ce fiasco a notamment obligé les autorités en charge de cette lourde mission qu’est la réalisation de la Lépi à parer au plus pressé en prenant sur elles la décision d’envoyer pour la deuxième fois une autre mission pour les mêmes causes. Mais à voir le temps trop court qui nous sépare de mars 2011, il est fort à craindre que celle-ci ne ramène pas grand-chose dans sa gibecière, à moins que chacun des partis en désaccord ne soit invité à venir mettre la main à la pâte. Ce qui ne sera pas une mince affaire car, le légendaire mot de consensus pèse toujours de tout son poids.

 

Victor NONGNI DABANI



 

Tag(s) : #Contribution de la Diaspora

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :