Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

08/07/2013



Suggestions d'un citoyen épris de Paix  et de Justice aux Gouvernants du Bénin,

Sans haine,  ni violence!



BENIN - Lettre ouverte aux gouvernants: Dans l'état actuel des choses, arrêtez cette fuite en avant vers  une révision vraiment inopportune de notre Constitution



Par Joseph SADELER



Messieurs les Gouvernants, acceptez que le simple citoyen béninois que je suis vous le suggère sans détour. Dans l'état actuel des choses, arrêtez cette fuite en avant vers  une révision vraiment inopportune de notre Constitution. L'histoire vous en sera aussi reconnaissante qu'elle l'est déjà à vos illustres prédécesseurs. Je vous fais cette suggestion en toute humilité, d'autant plus que j'ai été en 2005, alors que j'ignorais comme bon nombre de nos compatriotes à cette époque, qui serait en 2006 officiellement candidat ou non à la magistrature suprême du Bénin. J'ai été de ceux qui ont voulu publiquement que l'acte du toilettage soit posé par le Président KÉRÉKOU, avant qu'il ne quitte élégamment le pouvoir comme il l'a fait. Lui seul pouvait prendre le risque de  tenter l'entreprise et pourtant face aux protestations il s'en est sagement abstenu...  Je reconnais volontiers avec le recul que ce n'était pas la meilleure chose que j'aie faite, en ce sens qu'il était particulièrement impossible de démontrer que l'intention du sage KÉRÉKOU visait uniquement à conforter la  démocratie qu'à s'éterniser à la marina. 


J'étais donc le vice-président du Front National pour le Couplage des Élections.  M. Martin AZONHIHO, malgré tout ce qu'on peut  à tort ou à raison lui reprocher, en était le Président avant sa nomination  Ministre de la Défense. Bien que, j'aie  aussi souffert  du régime marxiste-léniniste, l'intérêt du Bénin passant largement avant le mien j'ai accepté sans contrainte, de tenir ce poste de vice-président. Avant cela, j'ai été en 1990 aux lendemains du référendum  approuvant la dite constitution du même nom, le témoin privilégié de la réflexion maintes fois répétée avec tristesse à chaque fois, par les Présidents H.MAGA et J. T. AHOMADÉGBÉ en la circonstance parfaitement d'accord.  À savoir, je cite: " ... tôt ou tard, cette constitution opposera les Béninois et cela fera resurgir cette "histoire" de Nord-Sud encore...".   Gouvernants, votre insistance pour le moment incompréhensible, est entrain de leurs donner raison.  La conjoncture socioéconomique autant que politique actuelle ne se prête pas à une éventuelle modification de notre loi fondamentale.  La bonne manœuvre lorsque l'opposition à un projet s'accroît, serait de l'ajourner. Messieurs, il est clair que vous passerez si vous le vouliez en force.  Vous en avez largement  les moyens politiques, financiers et surtout humains,  mais auparavant, mesurez quelles pourraient en être les conséquences pour la paix sociale si nécessaire à la prospérité espérée par tous les béninois. Trop d'exemples jalonnent notre continent. Même s'il est plaisant pour moi de constater sans gloire aucune, que ceux qui hier nous taxaient injustement "d'ennemis" de la démocratie reconnaissent aujourd'hui que notre constitution ne peut rester éternellement en l'état, il n'en est pas moins impératif de savoir choisir le moment propice à l'adapter aux exigences des temps modernes.


Conseils: Il serait heureux pour la collectivité nationale que nos Gouvernants que vous êtes   acceptent de sursoir à cette retouche de plus en plus contestée, pour privilégier la reconquête de l'affection du peuple.


             La somme des équations socio économiques  de ce pays devrait  rester votre seule  équation conformément aux engagements envers lui depuis 2006. Comment réduire sa misère les trois années qui nous séparent encore des prochaines élections présidentielles en est une grande.


              La misère prend de l'ampleur dans notre Bénin, ne la laissez pas amener nos patients et pacifiques compatriotes à descendre dans les rues. Personne n'y a intérêt. Il n'est  pas encore tard.


Sans haine, ni violence et encore moins rancune.


 

Joseph SADELER

 


  
 
  
  
Tag(s) : #Politique Béninoise