Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

14 juillet 2010


Ministère de l’Intérieur et de la sécurité publique: Martial Sounton remplace Zinzindohoué au gouvernement


Une nouvelle entrée au gouvernement depuis hier. Il s’agit de Martial Sounton. Le chef de l’Etat l’a coopté pour prendre les commandes du ministère de l’Intérieur et de la sécurité publique. Le nouveau ministre, certes inconnu du grand public, est pourtant un cadre qui a une connaissance avérée en matière de gestion de l’administration. Il devra sans doute mettre cet atout en pratique pour conduire au mieux les destinées de ce grand département. Martial Sounton est également aux yeux des cadres de ce département ministériel, un homme du sérail pour y avoir officié en qualité de Directeur adjoint de la Programmation et de la Prospective en 2009. On peut déjà se faire une idée de ce cadre. Personne ne doute de ses qualités et de ses compétences pour tenir le haut du pavé durant le reste du quinquennat du Président Yayi Boni. Economiste, analyste financier, contrôleur de gestion et consultant en gestion des entreprises, c’est à ce profil que répond le ministre Martial Sounton. De quoi forcer l’admiration du chef de chef de l’Etat. Avant son bref passage au ministère de l’Intérieur et de la sécurité publique, il fit ses preuves au cabinet du président de la République en qualité d’assistant du Directeur de Cabinet. Ainsi, l’homme ne s’en va pas ferrailler pour la première fois aux côtés de Yayi Boni. L’appel du chef de l’Etat à son filleul, ( Yayi Boni a parrainé la mémoire de thèse de Dess de Martial Sounton en 2000) pour remplacer Armand Zinzindohoué tient en réalité lieu d’une marque de confiance renouvelée. Désormais ancien Directeur général adjoint du Conseil national des Chargeurs du Bénin, fonction qu’il occupait avant d’être appelé au gouvernement, Martial Sounton est en face d’un nouveau challenge. Le nouveau ministre de l’Intérieur sera apprécié durant l’exercice de ses nouvelles fonctions. Ses premiers chantiers, c’est se pencher sur les problèmes majeurs que rencontrent les flics dans l’accomplissement de leur mission de maintien de l’ordre et de la sécurité. Il est attendu sur des sujets relatifs aux revendications portant sur des primes de tous ordre, à l’insécurité qui est toujours d’actualité, au bon fonctionnement des structures policières, à la cohabitation entre les forces de l’ordre et de la défense et entre autres pour le compte de la réélection du chef de l’Etat, à avoir une main-mise sur les confessions religieuses. Au passage, Martial Sounton serait très d’obédience religieuse, chrétien évangéliste. Pas très loin de son prédécesseur Armand Zinzindohoué. Les deux ont déjà en commun, la commune d’origine. Yayi Boni n’a certainement pas choisi le nouveau maître du département de l’Insécurité sur un coup de tête. Le positionnement géographique et la fibre évangéliste ont été privilégiés. En oûtre, le nouveau ministre ne sait pas trop s’il prendra le témoin des mains de Armand Zinzindohoué, ou de Candide Azanaï. En l’absence d’un acte administratif qui notifie au premier son limogeage, de même pour le second qu’il assume l’intérim, les interrogations vont bon train. Mais dans la plupart des éventualités avancées, Armand Zinzindohoué devra transmettre le témoin à son successeur. C’est pour entre autres raisons que beaucoup s’accordent à annoncer qu’il sera bientôt libre de ses mouvements au même titre que l’ex-Procureur général de la République, Constant Amoussou. Ils ont été par écoutés à nouveau hier par la commission d’enquête, avant d’être reconduits à la Brigade de gendarmerie de Cotonou.

 

FN

 

Martial Sounton :

 

Le nouveau ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique est détenteur d’un Dess, option Finances et contrôle de gestion, obtenu en 1999 à la Faculté des Sciences juridiques économiques et politiques de l’Université d’Abomey Calavi, où il a également décroché sa Maîtrise en gestion des entreprises en 1992. Agé de 46 ans, il est marié, père de six enfants. Membre des Forces cauris pour un Bénin émergent, il été le suppléant de l’honorable Eloi Aho aux élections législatives de mars 2007.



Amputé d’un membre depuis quelques jours, le gouvernement est à nouveau au complet. Martial Sounton y fait son entrée en tant que ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique en remplacement de Armand Zinzindohoué, limogé par le chef de l’Etat pour sa présumée implication dans l’affaire Icc services. La question qu’on se pose après cette nomination est de savoir si le nouvel entrant recevra le témoin de Candide Azannaï, qui assumait officieusement jusque-là l’intérim, du ministre déchu, toujours en détention à la Brigade de la compagnie de gendarmerie de Cotonou.

Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0