Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

25 juin 2013



BENIN: Nommé par le chef de l’Etat, le magistrat Euloge Akpo débarqué de la Cour constitutionnelle par ses collègues



Le quotidien « Le Matinal » écrivait dans sa parution du vendredi 07 juin 2013 : « nomination du magistrat Euloge Akpo à la Cour Constitutionnelle : Robert Dossou dit non à Yayi Boni ». Après avoir prêté serment, sa nomination a bel et bien été déclarée contraire à la Constitution. Yayi Boni est condamné à porter son choix sur un autre magistrat.

 

La Cour constitutionnelle vient de donner raison au quotidien « Le Matinal » pour avoir écrit que la nomination du magistrat Euloge Akpo pour siéger à la haute juridiction est contraire à la Constitution. Les Sages de l’institution ont rejeté sa nomination pour insuffisance de profil. Pour ceux qui suivent l’actualité, ils devraient s’attendre à un tel scénario. Aussitôt nommé, Euloge Akpo a été décrié. On lui reproche de ne pas remplir les 15 ans d’expérience nécessaire et obligatoire pour figurer sur la liste des sept Sages de la Cour constitutionnelle. Celle-ci a d’ailleurs a été saisie de cette irrégularité par de nombreux citoyens. Ils ont écrit à Haute juridiction pour attirer son attention sur les irrégularités contenues dans le dossier de Euloge Akpo. Il ne jouit que de 13 ans d’expérience sur les 15 . (Voir Cv ci-dessous) La Cour est allée dans le sens des requérants. Dans ces conditions, le chef de l’Etat est condamné à reprendre son stylo pour choisir son remplaçant.

F.N

Euloge Akpo

 

Originaire de Challa-Ogoï à Savè dans le département des Collines, le Magistrat Euloge Akpo est né le 02 juin 1960 à Niamey au Niger. Pur produit de l’école béninoise, il en évolue tant qu’auditeur Master II en Recherche Droit et institutions judiciaires à l’Ecole doctorale de la Faculté de Droit et de sciences politiques (Fadesp) de l’Université d’Abomey-Calavi (Uac). En 1981 et décembre 1986, il obtient respectivement son bac G2 puis sa maîtrise en Droit à la Faculté de Droit de l’uac (ex-Unb). Après un stage de préinsertion à la Sonicog (novembre 1991 à janvier 1992) en tant que juriste, il sera collaborateur d’Avocat respectivement au Cabinet Agnès Campell puis Saïdou Agbantou (août 1997-février1998). Admis au corps judiciaire (mars 1998), il suivra une formation théorique de Magistrature à l’Ecole nationale d’administration (Ena, actuelle Enam) à l’Uac en juin 1999 où il a été major de sa promotion. Après un stage de près d’un an au niveau des juridictions dans le cadre de sa formation de Magistrat, il fit son entrée dans le corps de la magistrature en mars 2000. Il occupera successivement les postes de Substitut du Procureur à Porto-Novo, Procureur de la république près le tribunal de 1ère instance de Lokossa (fin 2005), Président du Tribunal de 1ère instance d’Abomey-Calavi (fin 2010), Président du Tribunal de la 1ère instance de 1ère Classe de Cotonou (mai 2013) sans oublier qu’il a dirigé le Parquet de Ouidah pendant deux ans. Marié et père de deux enfants, ce nouveau membre de la Cour constitutionnelle a été à la découverte de la pratique du Droit dans de grandes juridictions à Paris, Nantes et aux Etats-Unis.

 
 
  
  
Tag(s) : #Politique Béninoise