Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Jeudi 7 juin 2007

 

 

BENIN : Nous sommes tous des Charles TOKO

 

 

Par Benoît ILLASSA

 

 

« Charles, tu laisses tomber ton frère pour soutenir quelqu’un d’autre, tu vas le regretter… »

 

Homme de liberté d’action et du verbe, je me demandais ce que tu es allé faire dans ce milieu qui t’est si étranger. Pour mémoire, après son élection, le Président Yayi Boni t’a laissé le choix de choisir à quelle place tu souhaitais continuer le chemin à ses côtés. Tu ne voulais pas être Ministre parce que tu tenais à tes bébés: Le Matinal et la radio OCEAN FM.

 

 

Tu étais tellement attaché à ces deux structures que tu y passais trois fois dans la journée, dans ta « 307 » de fonction au Palais.

 

 

Contrairement à ce qui se murmure ici et là, les néophytes ne sauront rien de ta rupture avec l’Homme du changement. Laisse, pour de bon, les mange-mils de tout bord causer. Il y a un temps pour l’action, il y a un temps pour la réflexion.

 

 

Mon frère, reste de marbre et fais ce que tu sais faire le mieux: le journalisme et la gestion d’entreprises.

 

 

Comme tu aimes le répéter à tes proches, La création du « MATINAL » était nécessaire parce qu‘elle traduisait la volonté d’une génération de relever un certain défi après tes premiers pas au « MATIN » avec un certain Napoléon AGAPIT.

 

Le défi est désormais devenu une réussite et une consécration.

 

Il appartient désormais à chacun de relever son défi, à commencer par Yayi Boni. Tu n’es pas Docteur eu mythologie et c’est bien.

 

 

Titulaire d’une Maîtrise en Droit de l’U.N.B., tu as créé plus d’emplois au Bénin que l’actuel Président de la République. Tu n’as donc à rougir de rien! Cinq ans, ça passe vite. Certains seront oubliés demain parce qu’ils n’auront eu aucune vision pour le bien-être de leurs compatriotes pendant que toi, tu auras été l’un des précurseurs de la liberté de la presse au Bénin. Tu resteras donc l’un des quatre piliers de la Démocratie, pour ne pas dire l’un des quatre pouvoirs.

 

 

Bon vent à toi mon frère et que, celui dont nous partageons la même dévotion continue de guider nos réflexions philosophiques fécondes.

 

IB

 

 

06/06/2013

 

Après la fermeture des deux parkings gros porteurs de Charles Toko
Yayi militarise les sites de Sèmè et de Malanville

Charles Toko, promoteur du groupe de presse « Le Matinal » a vu ses deux parkings gros porteurs fermés par les forces de l’ordre hier Mercredi 5 Mai 2013. Cet événement ouvre une fois encore un nouveau chapitre dans le bras de fer engagé par le président Boni Yayi contre les proches de Patrice Talon.

 


Charles Toko subit désormais les foudres du gouvernement. Son parking gros porteur de Malanville a reçu ce Mercredi 5 Mai 2013 à 6h du matin la visite de plus de 20 agents des douanes béninoises. Au motif de cette visite, la fermeture pure et simple de ce parc. On en était là, quand vers 9h, le second parking gros porteur de Charles Toko situé à Sèmè-Kraké, reçoit à son tour un détachement d’agents mixtes composés de disciples de Saint Mathieu et d’une horde de militaires et de policiers. La raison de cette visite reste la même. Les forces de l’ordre ont reçu instruction de fermer les lieux. Selon les forces de l’ordre, la fermeture de ces parcs serait due notamment au non-respect des clauses du contrat par Parking Bodjécale dont Charles Toko est Directeur général. Une accusation rejetée par l’intéressé.

 

 

En effet, Charles Toko est opérateur économique et président directeur général du groupe de presse « Le Matinal ». L’opinion publique voit à travers la fermeture de ces parcs, des manœuvres politiques à peine voilées compte tenu de ses privautés avec Patrice Talon, l’homme d’affaires actuellement en situation de déliquescence avec le président de la République. De sources bien informées, Charles Toko aurait reçu des messages du genre : « Charles, tu laisses tomber ton frère pour soutenir quelqu’un d’autre, tu vas le regretter… » de la part des proches du président de la République. Charles Toko serait-il en train de payer de sa proximité avec Patrice Talon? La question ne fait plus l’ombre d’aucun doute quand on sait que Charles Toko et Patrice Talon font partie des premières personnes ayant contribué à l’avènement de Boni Yayi au pouvoir en 2006. A suivre

Rose Houétohou

 

 
 
 
Tag(s) : #EDITORIAL

Partager cet article

Repost 0