Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

03/07/2013

 

BENIN – Opération « Djakpata » à Paris : A peine nommé, le bounty Jules Armand ANIAMBOSSOU terrorise les diplomates de l’ambassade du Bénin à Paris


 

Par Benoît ILLASSA


 

« Peau noire, masques blancs » est un ouvrage écrit par Frantz Fanon et publié au Seuil en 1952. Ce sont ces personnages que nos enfants appellent aujourd’hui, en métropole, les bounty. Ces africains qui n’ont d’Afrique que la couleur de leur peau. Ce sont en fait des traîtres. Frantz Fanon avait vu juste !!!

L'ouvrage s'ouvre sur une citation d'Aimé Césaire (Discours sur le colonialisme).Je parle de millions d'hommes à qui on a inculqué savamment la peur, le complexe d'infériorité, le tremblement, l'agenouillement, le désespoir, le larbinisme.


Bien que n’ayant pas vécu longtemps, Frantz Fanon avait déjà, dans sa lumière, déniché ceux de nos traîtres qui seront les freins à notre développement. L’histoire est décidément un éternel recommencement. Après tout ce qui nous arrive au Bénin sous le roi Boni 1er, il faut forcément placer sous le divan tous ces malades qui s’ignorent. En effet, comment comprendre que Boni YAYI puisse nommer à ce poste stratégique un homme qui a servi les intérêts d’une partie de la population française, la plus réactionnaire ?


En effet, Jules Armand ANIAMBOSSOU est connu pour être proche de la droite française la plus réactionnaire. Selon « LA LETTRE DU CONTINENT », il serait proche de Guéant et de Henri Guaino. Le premier est l’initiateur des charters d’africains refoulés de France et de l’inique circulaire qui porte son nom et qui met en difficulté plusieurs étudiants africains en France. Le second fut le rédacteur de la célèbre formule de Sarkozy à Dakar :


« L’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire… »


Evidemment, malgré les tollés de l’intelligentsia africaine, notre ami Jules Armand ANIAMBOSSOU n’a pipé mot. Le bounty ne saurait déplaire à ses maîtres naturels. Malgré le changement de pouvoir en France, c’est cet homme de droite que le roi fainéant Yayi a trouvé pour représenter notre pays en France. Mais, les béninois peuvent se rassurer. La France est un grand pays qui n’a cure des gesticulations des roitelets nègres. Grande puissance affirmée, la France ne réagit jamais à chaud, sauf circonstances exceptionnelles. Mais elle réagit !!!


Souvenez-vous du roi des rois africains autoproclamé Mouammar Kadhafi. Souvenez-vous de l’empereur Bokassa, etc. L’humiliation infligée à l’exemplaire ambassadeur Monchau en pleine crise malienne par le dictateur Yayi se paiera cash le moment venu.


REGLEMENT DE COMPTE A L’AMBASSADE DU BENIN A PARIS


C’est dans ce conteste alambiqué que nous avons appris le licenciement, ad nutum, de notre compatriote Sonagnon Marc KIKI, agent du protocole à l’ambassade du Bénin à Paris qui y officiait depuis trois ans et trois mois. C’est dire que le roi Boni 1er l’a vu personnellement lors de ses périples parisiens.

Monsieur KIKI a signé son premier contrat avec le ministère des affaires étrangères du Bénin en janvier 2010. C’était un CDD (Contrat à Durée Déterminée). Il a été tellement apprécié par ses supérieurs hiérarchiques que, notre compatriote fut envoyé en mission à Paris avec un CDI (Contrat à Durée Indéterminée) à la clé. Il a donc emménagé à Paris avec femme et enfants et un passeport de service. Tout ce qu’il y a de plus officiel quoi.


A l’arrivée du bounty  Jules Armand ANIAMBOSSOU, les choses vont se compliquer pour notre compatriote. Il invite celui qu’il considère comme son subordonné à plier bagages car, dira-t-il, son contrat était lié à son prédécesseur et que lui, avait vocation à placer ses hommes (sic). Celui qui fut Préfet des Gaulles vient de piétiner royalement le principe de la continuité de l’Etat. Eh oui, on peut avoir fait l’ENA (Ecole Nationale d’Administration) et ne pas oublier ses approches grégaires du village. C’est le complexe d’infériorité dont parlait Aimé Césaire !!!


Notre néo-ambassadeur signifie donc le licenciement sec à notre ami KIKI.


LA CHASSE AUX SORCIERES


Le week-end dernier, crayant peut-être que Albert Agossou, son prédécesseur, n’envoie les morts de la lagune de Porto-Novo hanter l’ambassade, le bounty Jules Armand ANIAMBOSSOU fit changer les serrures de l’ambassade pour empêcher toute intrusion. Le lundi 1er juillet 2013, Monsieur KIKI a donc été prié de ne plus mettre pied à l’ambassade par le Chancelier, son contrat ayant été rompu unilatéralement.


Il faut dire que plusieurs personnels de l’ambassade du Bénin à Paris sont dans une situation précaire, l’Etat Béninois étant virtuellement en faillite (contrairement à ce perroronnent les thuriféraires du régime moribond) et est incapable de recruter des fonctionnaires pour notre diplomatie. Madame Alice Aboumon, épouse du neveu du Président de la République Boni Yayi, est aussi contractuelle à  l’ambassade du Bénin à Paris. Mais elle ne saurait être inquiétée, clientélisme et népotisme obligent !!!


Tous les sudistes de l’ambassade du Bénin à Paris en général, et tous les porto-noviens de l’ambassade, en particulier,  sont désormais en sursis. Le zélé et parano Jules Armand ANIAMBOSSOU est décidé à les chasser malgré les injonctions de son ministre de tutelle.


Pour mémoire, Jules Armand ANIAMBOSSOU n’a jamais milité dans les associations des béninois de France. Comme tous les opportunistes, il est accro à sa seule réussite personnelle, peu importe les cadavres sur lesquels il peut marcher. Mais qu’il compte sur nous pour venir hanter ses nuits et ses sommeils dans notre résidence du 17éme arrondissement de Paris qui est après tout le patrimoine de tous les béninois.


 

IB

 

  
 
  
  
Tag(s) : #Politique Béninoise