Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

23/03/2013

 

 

BENIN: Président Illégitime, Président Paranoïaque, Président Liquidateur

 

 

 

 

Nous sommes le Lundi 14 Mars 2011. Un certain journaliste patron du Groupe de Presse Fraternité nommé Malick Gomina Seibou sur le Journal de 13h de la Télévision Canal 3 affirme que Yayi Boni est élu dès le premier tour. Toute la nuit, la télévision avait déjà organisé une veille électorale, faisant passer sur son plateau des individus insinuant que selon les résultats qu’ils ont ramenés de leurs bases, Yayi serait élu au premier tour.

 

 

Dans les salons feutrés des hôtels de la place et depuis le weekend, des journalistes, observateurs et autres admirateurs de notre démocratie venus vivre la fête de la démocratie des élections ont tout de suite déchanté. Un certain beau-frère du président serait en train d’arroser (en espèces sonnantes et trébuchantes) tous ceux qui doivent diffuser n’importe quelles informations sur ces élections. Contre un certain document comportant des résultats préconçus des élections. La suite, tout le monde la connait. La Cour Constitutionnelle du Bénin a annoncé au pas de charge résultats provisoires et définitifs et rejeté la quasi-totalité des recours. Allant jusqu’à dire que les élections sont derrière nous et que tous les béninois n’ont qu’à oublier les élections.

 

 

Ce même 14 Mars 2011, la société civile promet une bombe aux béninois et à la communauté internationale. Elle a réussi à envoyer des représentants dans tous les bureaux de vote au Bénin et voudrait en diffuser parallèlement ses résultats. La conférence de presse est prévue pour 15h. Mais entre-temps ça a commencé par gronder parmi les membres de cette alliance de la société civile. Les arroseurs ont apparemment envoyé d’autres arrosés de la société venir dissuader leurs compères de ne pas lancer leur bombe. La tension monte. De conciliabules en conciliabules, l’équipe est venue enfin s’installer. La tension se lisait sur les visages. Un certain Urbain Amégbédji est exceptionnellement mécontent. Mais visiblement ne pouvait plus rien contre la discipline du groupe. Il avale tout ce qui est dit par ses frères et promet néanmoins de revenir à la charge. Mais plus rien jusqu’à leurs déclarations de ce mois de Mars 2013.

 

 

Retenons juste que le dernier verrou du complot électoral a été sauté ; Le KO a été finalement proclamé et un président illégitime (qui n’a pas été élu donc reconnu par le peuple) a été installé au palais de la présidence. Yayi ne le savait pas encore mais il devra payer plus cher que le prix marchandé. Il est obligé de dire qu’il lui faudra une dictature de développement pour faire changer les choses. Qu’il est difficile d’être Président Illégitime ! Yayi s’accroche mais rien ne va.

 

 

Désormais plus rien ne va. Toutes les réformes sont tombées à l’eau une à une. Le PVI-NG qui pourtant est une réforme très appréciée des institutions de Bretton Woods à part quelques corrections est enfin tombée. Les appétits régionalistes du pouvoir et les intérêts égoïstes l’ont tué. Puis, subitement le 1er Août 2012, Yayi s’emporte pendant l’interview qu’il a demandée et payée pour s’adresser à la Nation. Entre temps la personnalisation à outrance du pouvoir a soûlé le désormais Président Fondateur. Subitement il s’attaque à des individus, allant jusqu’à prononcer leurs noms, les qualifiant de non-vertueux. Il y va jusqu’à reconnaître la capacité extremêment dangereuse d’arrosage de Patrice Talon. C’est lui qui a sorti le mot «arroser ».

 

Visiblement, notre président illégitime connaît les exploits de Talon en matière d’arrosage. Ou lui-même est un arrosé. Soit. Le Président Paranoïaque n’épargne plus rien et personne. Le mois suivant, désemparé de ne pouvoir emprisonner l’homme qui a fait de lui tout ce qu’il est. Président puis Président Illégitime mais Président quand même. Yayi dit que Talon veut l’empoisonner. Ce dernier entre-temps a réussi à fuir pour aller s’installer en France.

 

Le 22 Février 2013, les béninois sont sous le choc. Le Président Illégitime a trouvé autre chose. Talon et toujours lui veut le renverser par un coup d’état. Les exécutants seraient un Expert-Comptable du nom de Johannes Dagnon et un commandant de gendarmerie appelé Pamphile Zomahoun. La France n’étant pas convaincue des éléments de preuve d’empoisonnement supposés radioactifs à lui annoncés, il faudra plus pour faire bouger les choses à Paris. Mais erreur. Les béninois n’y croient. Encore moins la communauté internationale qui a commencé par prendre ses distances avec le pouvoir en place à Cotonou.

 

 

Dans la foulée, révocation supposée de l’Ambassadeur de France près le Bénin. Information relayée par Canal 3 devenue entre-temps la chaîne des scoops du pouvoir. L’information n’est pas confirmée mais pas infirmée par le pouvoir. Canal 3 aussi n’a plus pipé mot. Le pouvoir est liquidé. Et Le Président Liquidateur ne veut que personne en parle.

 

 

A l’heure où nous parlons, le Bénin est en délestage aigu. 150 milliards sont emportés par les amis de notre Président dans un Projet de Turbines à gaz depuis 2006. Les dernières nouvelles de ces turbines que l’on nous avait promis pour 2007, ce sont des explosions. En 2006 toujours, près de 14 milliards de dettes avaient été directement payés par le Trésor Public pour sauver la SBEE. Aujourd’hui encore, le SBEE est en passe de faire faillite. Mais la seule solution trouvée par le Président Illégitime, Parano et Liquidateur est d’aller en Turquie. Depuis la Turquie, les communiquants de Yayi affirment que ce pays partenaire a bien voulu nous accompagner avec encore 150 milliards pour produire de l’énergie. Mais les autres 150 milliards, plus personne n’en parle.

 

En ces moments difficiles ou les parents de Dagnivo ne cessent de penser à lui, où les floués de ICC Services attendent toujours que Yayi leur paye ce que lui et ses amis leur ont volé, où nous dormons sans électricité et eau, où les béninois ne peuvent plus regarder la télévision dans leur pays sans voir Yayi et ses amis les importuner, où un Ministre peut avoir 2 communiqués contraires de résultats de concours à la fonction publique sans être inquiété, où toutes les banques refusent d’accompagner les entrepreneurs qui ont des marchés du gouvernement devenu insolvable, et où toutes les élections sont reportées depuis 2006, les béninois doivent garder espoir. Garder espoir et prendre toutes ses forces pour reprendre son pouvoir qu’on lui a volé.

Le silence ne sera que coupable. L’indifférence sera plus criminelle.

Préparons-nous à chasser Yayi ! Trop c’est trop !

 

Les malgaches l'ont fait !

 

Les tunisiens l'ont fait !

 

Les égyptiens l'ont fait !

 

Yayi dégage !


Le Secrétaire Général de (Sauvons la Démocratie Béninoise)


Dieu-Donné Alidjinou

Tag(s) : #Politique Béninoise