Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

10 mai 2010


Repositionnement pour 2011: Double jeu autour de Yayi Boni

Selon nos informations le chef de l’Etat Yayi Boni pourrait perdre plusieurs collaborateurs bien avant les prochaines échéances électorales. Parce que, depuis le gouvernement jusqu’aux dernières ramifications de l’appareil d’Etat en passant par certaines structures et autres mouvements, ils sont un certain nombre de leaders politiques qui pour des calculs politiciens lorgnent déjà du côté de l’opposition en vue d’un nouveau repositionnement avant qu’il ne soit trop tard.


Rares semblent-t-ils désormais les proches du président Yayi Boni qui continuent à penser comme lui et à jouer le franc jeu pour la poursuite des œuvres du changement pour sa réélection en 2011. Et selon plusieurs indiscrétions proches du Palais de la Marina, ils sont un certain nombre qui sont désormais sur deux chaises. Car, en plus des discours publics auxquels ils croient à peine, ils se retrouvent la nuit avec l’opposition pour d’autres activités. Simplement parce que l’étau se resserre un peu trop déjà autour du président Yayi Boni, la balance pèse un peu plus fort de l’autre côté et ils se soucient de leurs intérêts dans un avenir très proche. On peut retrouver ces traitres autant dans le gouvernement que dans la vague exorbitante des conseillers, des chargés de mission, des directeurs centraux, des ambassadeurs en postes et de plusieurs responsables de mouvements politiques de la mouvance. Les intéressés qui suivent désormais la direction du vent s’organisent pour se repositionner afin de ne pas se retrouver devant le fait accompli au cas où le président Yayi Boni se verrait le dos au mur. Et tout en continuant à faire le jeu du pouvoir, ils lorgnent aussi du côté de l’opposition sous ses différentes formes actuelles. Il paraît que ce sont eux qui jouent d’ailleurs aux taupes autour du pouvoir et livrent les informations les plus sensibles à l’opposition pour permettre aux groupes de Bruno Amoussou et d’Abdoulaye Bio Tchané d’attaquer le président Yayi Boni et son système à l’Assemblée nationale à travers les vagues de questions orales et d’actualités sur les scandales dans les sociétés d’Etat et dans l’administration. La situation daterait de plusieurs mois plus tôt et serait à l’origine des affaires de grands détournements et de surfacturations lors des préparatifs et de la tenue du sommet de la Cen Sad. C’est grâce à ces taupes tapis dans les arcanes du pouvoir qu’on en sait un peu plus sur les dessous occultes des fausses manipulations entrant dans les opérations de privatisation de certaines sociétés et le refus du second d’entériner l’acte en cours d’exécution, le dossier Sbee, celui de la Sco Lafarge, etc. Selon les mêmes sources, ce sont des agents qui sont au service des patrons du système Yayi Boni qui auraient été réquisitionnés pour la cause. Et tous les jours, il y a au moins un dossier ténébreux qui est livré à la presse par le truchement de certains députés pour être mis à la place publique. Nuire au chef de l’Etat. Le comportement serait aussi dû au fait qu’il semble le président Yayi Boni se laisse manipuler par certains trompeurs. C’est justement à cause de la situation qu’il aurait pris la décision de ne plus compter avec un groupe de lieutenant de premières heures lors des échéances à venir. C’est le cas des députés comme Amissétou Affo Djobo, Edgar Allia, André Dassoundo et Janvier Yahouédéou. Ceux-ci très furieux et décidés à se venger ont réussi à se tisser de bons rapports dans l’administration centrale et même à la présidence où d’importants dossiers de la République leur sont filés facilement.

 

D’autres grandes démissions en vue

 

Il est à craindre de grandes démissions dans les semaines à venir. Pour suivre la vague Affo Djobo qui s’estime avoir été trahie. Pour une fois dans l’histoire du Bénin, ces cas de démissions pourraient bien atteindre le gouvernement où des ministres et pas des moindres seront obligés de claquer la porte au chef de l’Etat. A moins qu’il s’organise pour vite remanier son équipe gouvernementale. Parce que les mêmes sources précisent que le premier magistrat serait déjà informé du double jeu de nombre de ses collaborateurs qui sont partagés entre l’Alliance l’‘’Union fait la Nation’’ et la Coalition Abt. A l’Assemblée nationale où le nombre de fidèles au chef de l’Etat ne dépasserait pas 10 dans quelques jours, plusieurs députés Force, cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) se sont déjà faits rares ces dernières semaines alors qu’on les attendait pour, tout au moins, réunir les 35 parlementaires de la mouvance. Sur le terrain, la situation est pareille, les grognes se sont plutôt renforcées et on reproche au premier magistrat d’être moins attentif aux problèmes de la base. Dans le gouvernement pour finir, c’est la base qui pousse encore les leaders à faire rapidement un choix pour ne pas se retrouver seul. Un ensemble de situation qui devrait obliger le chef de l’Etat à changer de fusil d’épaule.

 

Jean-Christophe Houngbo (Br.Ouémé-Plateau)



Tag(s) : #Politique Béninoise
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :