Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BENIN - Révision de la Constitution: Les députés pro-Yayi préparent le peuple, la démocratie en danger

 

 

 

25 août 2011 par richard 

 

 

Un paquet de six propositions de lois engageant l’avenir de la démocratie béninoise sera bientôt déposé sur la table des députés. Au nombre de ces propositions de lois figurent une loi référendaire et la loi sur l’exercice du droit de grève. Derrière ces différentes lois se trouvent des députés de la majorité présidentielle. Pendant qu’il est encore temps, ils veulent offrir à leur Chef des moyens de gouverner librement, même si cela doit l’amener à s’éterniser au pouvoir. Un couteau malheureusement à double tranchant. Est-ce qu’ils le savent ? Certainement pas.

 

Les députés de la mouvance présidentielle se sont réunis hier. Cette rencontre vient après celle qui s’est déroulée le mardi dernier. Officiellement, rien n’a filtré de cette rencontre. Mais selon des indiscrétions, il s’agit d’une rencontre pour sceller le sort des travailleurs béninois et du peuple tout entier. Si ces députés se sont rencontrés, indiquent nos sources, c’est pour proposer des lois qui permettront au Président Boni Yayi d’avoir les coudées franches pour réviser la Constitution béninoise du 11 décembre 1990. Et si tout va bien, tout sera mis en œuvre pour que la loi référendaire qu’il attend pour dérouler son plan de conservation de pouvoir passe comme une lettre à la poste à l’Assemblée Nationale, maintenant qu’il a une majorité confortable complètement acquise à sa cause. Le complot que préparent les députés de la mouvance parlementaire porte sur six lois. Au nombre de ces lois, il y en a qui sont d’une importance capitale pour l’avenir de la démocratie dans notre pays. Il s’agit d’une proposition de loi référendaire et d’une proposition de loi relative à l’exercice du droit de grève en République du Bénin. Les couleurs avaient été annoncées par le Professeur Albert Tévoédjrè au moment où il présentait au Chef de l’Etat le rapport 2010 des activités menées par l’Organe de Médiation de la République. Dans son discours, il avait montré la voie à suivre par le Chef de l’Etat pour empêcher réglementairement les travailleurs d’exercer leurs droits de grève. Il avait aussi évoqué une opportuniste modification de la Constitution où le mandat présidentiel sera désormais de 7 ans, comme l’envisage déjà de le faire le grand voisin de l’Est qu’est le Nigeria. Pour réussir ces tours de passe-passe, le Professeur Albert Tévoédjrè avait suggéré au Chef de l’Etat de faire voter une loi référendaire. Le message semble avoir été reçu cinq sur cinq puisque les députés de la mouvance présidentielle aujourd’hui majoritaires n’ont hésité un seul instant pour sauter sur l’occasion que leur offre ainsi le Renard de Djrègbé de se montrer utile au Chef de l’Etat. Ils ont pris l’initiative d’une loi référendaire. Si tout va bien, cette loi sera bientôt soumise à l’appréciation des autres députés. Elle ne connaîtra pas de difficulté pour passer comme une lettre à la poste et le tour serait ainsi joué. Le Chef de l’Etat, le Dr Boni Yayi n’étant pas con, il s’est mis depuis dans la dynamique de la prospérité de cette loi. Les dernières sorties qu’il a récemment effectuées en direction des femmes bénéficiaires des microcrédits aux plus pauvres, des jeunes, des pensionnaires de la prison civile de Cotonou, des femmes des marchés de Cotonou en réaction prompte à la cherté de la vie…ne sont pas innocentes. Elles projettent l’image d’un Président préoccupé par le bien-être de son peuple. Tous ces gestes et faits seront capitalisés, une fois la loi référendaire acquise. Le Chef de l’Etat n’aura plus de difficulté pour obtenir ce qu’il veut de son peuple en contournant royalement l’Assemblée Nationale et ces hommes politiques qui parfois abusent de lui quand il est en difficulté. Et c’est là le côté pervers de l’acte que s’apprêtent à poser les députés de la mouvance présidentielle. Ils pensent faire du mal à l’opposition. Erreur ! Ce seront eux-mêmes qui donneront à Yayi les armes qu’il faut pour les abattre malheureusement.  

 

 Euloge Badou

La Presse du Jour


 


 

 
 
 
Tag(s) : #Politique Béninoise