Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

23 juillet 2010


BENIN - Sans Fioriture: Halte à la dérive !

 

 

 

Chaque jour que Dieu fait, des zélés du pouvoir posent des actes qui compromettent dangereusement la jeune démocratie béninoise. Ces fonctionnaires de la République posent des actes antirépublicains. Ils essayent par tous les moyens de briser deux des piliers essentiels de la démocratie. La liberté d’opinion et la liberté de presse. Ils sont dans ce que l’autre appelle « la logique d’affrontement ». Ils provoquent leurs amis d’en face.

 

Tenez trois morceaux choisis.

 

Premier acte. L’opposition représentée par l’Union fait la Nation (l’« Un ») décide de marcher pour dénoncer le scandale Icc-Services, des mouvanciers sont inspirés par la même idée pour le même jour, au même lieu. Cela s’appelle de la provocation. L’« Un » annule sa marche.

Deuxième acte. Le porte flambeau de l’« Un » donne un point de presse. Les organes de service public sollicités refusent de couvrir. Les télévisions privées qui ont couvert l’élément refusent de le diffuser. L’une d’entre-elles retourne même les frais de communication. Troisième acte. Zogbodomey est militarisée parce que le préfet du Zou/Collines veut empêcher le meeting de Me Adrien Houngbédji qui devait commencer sa tournée dans le Zou par la commune des députés Lazare Sèhouéto et Désiré Vodonou de Force clé et Zéphirin Kindjanhoundé des Forces cauris pour un Bénin émergent. Heureusement l’ « Un » avait annulé la rencontre pour d’autres raisons. Que ce serait-il passé si Adrien Houngbédji devait rencontrer les structures départementales de l’ « Un » ? Notre beau pays le Bénin et sa belle démocratie n’ont pas besoin de cela. Le chef de l’Etat qui n’est certainement pas bien informé doit vite discipliner ses partisans. Surtout que de sources très introduites auprès de l’ « Un », les ténors disent que la prochaine fois, ils maintiendront leurs manifestations quoique cela va coûter. Halte donc à la dérive. Que les fonctionnaires zélés se le tiennent pour dit. Des personnalités de leur acabit sont déjà rattrapées par leurs actes d’une manière ou d’une autre. Certains d’entre-eux, du fond de leur cachot, sont en train de remémorer tous les actes qu’ils ont posés jusque-là au nom de la République. Certainement qu’ils se rendent compte que « le Boss » avait besoin de résultat. Mais pas du type de « la logique de provocation » : « les affrontements inutiles ». L’actuel locataire du Palais de la Marina, Yayi Boni n’a vraiment pas besoin de ça. Puisque ça, c’est simplement une dérive qui risque d’annihiler tous les efforts du Chantre du Changement et par conséquent d’immerger le Bénin.

 

Maximin Tchibozo

LEMATINAL



Tag(s) : #Politique Béninoise