Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BENIN - SCOOP: La France refuse d'extrader Patrice TALON
 
 
 
Publié le lundi 4 mars 2013
 
Écrit par Jacques Delacroix

La rumeur courait depuis un certain temps à Cotonou. Le procureur de la République, M. Justin Gbenameto, l’a enfin officialisée ce dimanche, en faisant état devant la presse, d’une tentative de coup d’état visant à installer des militaires au pouvoir.


« Très tôt le matin du vendredi 22 février 2013, j’ai été informé par la gendarmerie que certaines personnes ont été interpellées pour une tentative d’atteinte à la sureté intérieure de l’Etat », affirme M. Gbenameto.« Aussitôt saisi, j’ai créé une commission d’enquête composée des officiers de police judiciaire de la gendarmerie afin de faire la lumière sur cette affaire de tentative de coup d’Etat. Selon les premières informations que j’ai reçues, l’idée de ce coup de force était d’empêcher le Chef de l’Etat de rejoindre Cotonou après son voyage et d’instituer un régime militaire qui contraindrait le Président Boni Yayi à l’exil. Le juge d’instruction est saisi et l’enquête suit son cours. »

 

Entre-temps, vendredi 1er mars, deux hommes, le commandant de gendarmerie, Pamphile Zomahoun et l’expert-comptable Johannès Dagnon, du cabinet Fiduciaire d’Afrique, ont été mis sous mandat de dépôt, après avoir été présentés au procureur.

 

Ils sont incarcérés à la prison civile de Cotonou. Détail important : Johannès Dagnon est le cousin germain de Patrice Talon, l’ennemi juré de Yayi Boni, que ce dernier accuse d’avoir essayé de l’empoisonner.

 

Recommandé par Yayi Boni

 

Johannès Dagnon a également des relations d’affaires avec son cousin, Patrice Talon, dont il certifie les comptes. Selon toute vraisemblance, son seul tort, à ce jour, serait d’avoir récemment rencontré à Paris Patrice Talon – donc son cousin et partenaire d’affaires.

 

Quant au commandant Zomahoun, il assurait entre 2011 et 2012 la sécurité du convoyage des marchandises destinées aux pays du l’hinterland (Niger, Burkina Faso, Mali) dans le cadre du programme de vérification des importations, géré par M. Talon.

 

Par ailleurs, détail important, Afrika 7 est en mesure de révéler que c’est le président Yayi Boni en personne qui avait recommandé le commandant Pamphile Zomahoun à Patrice Talon, au titre de la sécurisation des convois de marchandises…

 

Dans le camp de Patrice Talon, on fait également remarquer, à juste titre, que le commandant Zomahoun a déjà été admis à la retraite…
Deux questions de bon sens se posent ici : de quels moyens opérationnels dispose un commandant de gendarmerie à la retraite pour organiser un coup d’état ? Qui sont ses complices ?

 

Toujours est-il que les domiciles des deux hommes – Johannès Dagnon et Pamphile Zomahoun - ont fait l’objet d’une perquisition et selon des sources policières indépendantes contactées par Afrika7, ces fouilles n’ont rien donné, si ce n’est qu’une importante somme d’argent – on parle de 100 millions de Francs CFA – a été retrouvée chez M. Dagnon.

 

Selon un agent de Fiduciaire d’Afrique, il n’y a rien d’anormal à cela. « Vu le volume des opérations que nous effectuons, il est normal d’avoir souvent de l’argent liquide à disposition pour payer divers prestataires », explique notre source. Sauf que, dans le camp d’en face, on suppute sur le fait que cette somme d’argent était destinée à la rémunération des auteurs du coup d’état.

 

« Fadaises », répond un observateur à Cotonou : « Un homme qui a pu proposer 2 milliards à la nièce du président pour l’empoisonner penserait quand même à être plus généreux avec des soldats qui mettent directement leur vie en danger pour renverser le régime. »

 

La France refuse d’extrader Talon

 

Par ailleurs, Afrika 7 est en mesure de révéler également que les autorités françaises ont clairement fait entendre au président béninois qu’elles n’envisageaient pas d’extrader Patrice Talon, au regard de la faiblesse du dossier d’accusation présenté par le gouvernement béninois. Un observateur fait remarquer que ceci expliquerait la sur-réaction de Cotonou, après la mise en garde lancée par le Quai d’Orsay aux ressortissants français désireux de se rendre au Bénin.

 

Cotonou avait, ni plus, ni moins, réclamé la tête de l’ambassadeur de France, Jean-Paul Monchau. Une démarche qui avait été jugée excessive par nombre d’observateurs. Il semble que, faute d’avoir obtenu la tête de Patrice Talon, dans l’affaire relative à l’empoisonnement présumé de Yayi Boni, les autorités béninoises aient voulu, soit corser le dossier d’accusation, soit changer de fusil d’épaule, en déplaçant le débat sur le terrain de la sûreté de l’Etat.

 

Deuxième mandat d’arrêt

 

Parallèlement, dans l’affaire de la tentative d’empoisonnement du chef de l’Etat béninois, un deuxième mandat d’arrêt international a été émis par les autorités béninoises à l’encontre de Patrice Talon. « Le seul problème de Yayi, c’est qu’il veut que la France lui livre Talon », explique une source proche du dossier. Talon le hante et tant qu’il n’aura pas eu sa peau, il ne déposera pas le glaive. »

 

Au Palais de Justice de Cotonou, on s’inquiète aussi de ce que certains magistrats considèrent comme « la mauvaise publicité faite aux juges dans ce pays. »


Il y a comme un malaise général, que résume ce sentiment : « Nous faisons de la justice-spectacle, au service d’un seul homme : le président de la République. On nous enlève le peu de respectabilité et de crédibilité que nous avions encore. Avant Talon, il y a eu Adjavon. Et maintenant Dagnon. Avec ce harcèlement systématique des hommes d’affaires, on risque de faire fuir tous les investisseurs du pays. »

 

 

Source: http://www.afrika7.com/201303031990/Benin-Les-dessous-du-coup-detat-manque-contre-Yayi-Boni.html

Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :