Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

24/10/2013

 

 

BENIN - SCOOP: Le Nigéria a fermé toutes ses frontières terrestres avec le Bénin depuis hier nuit

 

 

De source nigériane, on apprend que le gouvernement fédéral a décidé de fermer toutes ses frontières terrestres avec son voisin, le Bénin depuis hier nuit. Le motif essentiel de cette décision, selon les autorités nigérianes, serait que le Président Béninois, Boni YAYI, aurait manqué de respect à leur Président, Jonathan GOODLUCK.

 

Mais, d’après les béninois très furieux rencontrés ce matin à la frontière bénino-nigériane de Sèmè-Kraké, ce serait la demande d’extradition de Patrice TALON qui serait à la base de cette fermeture. Ils en veulent pour preuve, la fermeture du parc gros-porteurs de Charles TOKO, PDG du très influent groupe de presse « Le Matinal », installé à la frontière de Sèmè-Kraké et proche de Patrice TALON, par Boni YAYI.

 

 

La prospérité économique du Bénin dépend surtout de sa capacité à saisir les opportunités que lui offre le marché nigérian. Depuis des décennies, les gouvernements qui se sont succédé à la tête de l’Etat béninois ont toujours manifesté un intérêt pour ce challenge. Mais à l’arrivée, les relations commerciales entre les deux pays soulèvent toujours bien des préoccupations. 

 

Lorsqu’on on interroge les statistiques du commerce extérieur du Bénin, il y a de quoi se satisfaire a priori du dynamisme des échanges entre Cotonou et Lagos. Selon Bio Goura Soulé, coordonnateur du Laboratoire d’analyse régional et d’expertise sociale, le volume des échanges réels entre les deux pays a atteint des niveaux qui tentent à faire du Nigeria le premier partenaire commercial du Bénin. Chaque année, ce sont plus de 400 000 tonnes de riz, plus de 50. 000 tonnes de produits carnés et plus de 100. 000 véhicules d’occasion qui transitent par le port de Cotonou pour chuter dans les marchés de Lagos, Ibadan ou encore Abuja. Pour l’année 2010, rien que le commerce de réexportation a généré à l’Etat des ressources financières substantielles de l’ordre de 160 milliards de F CFA, soit près de 20% du budget général de l’Etat.

 

En dehors ce qui entre dans les caisses de l’Etat, la plus grande portion de cette réexportation emprunte le circuit de la contrebande, échappant ainsi au registre des services des Douanes Béninoises. Mieux, les produits industriels béninois, notamment les huiles, les tissus, le ciment et les boissons sont proposés aux 150 millions de consommateurs nigérians, tout comme les produits agricoles, tels que l’ananas dont l’exportation est estimée à près de 10.000 tonnes. Inversement, d’importants produits made in Nigeria sont chaque jour déversés dans la consommation au Bénin, notamment les produits pétroliers et les matières.

 

Pour mémoire, le Bénin et le Nigéria partagent une frontière terrestre d’environ 773 Kilomètres.

    

 


IB


 

  
Tag(s) : #Politique Béninoise