Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vendredi 18 novembre 2011

  

  

BENIN - Suite à notre parution d’hier: Boni Yayi, le rancunier obtus, chez le Président Zinsou pour demander pardon  

  

 

Il l’a finalement fait après plusieurs mois de silence. Le Président Boni Yayi s’est rendu hier au domicile de l’ancien Président Zinsou Emile Derlin pour lui rendre une visite de courtoisie. La première depuis plusieurs mois, qui fait suite à l’article publié par nos soins dans notre précédente parution. En effet, c’est hier en début de soirée que les hommes du Chef de l’Etat par l’intermédiaire de son protocole se sont rendus en éclaireur au domicile du vieux sage. On imagine la réticence du vieil homme qui ne supportait pas une si soudaine sollicitude de la part de la Marina, surtout après la publication de notre article de presse déplorant les erreurs du chef de l’Etat dans sa gestion des rapports avec le plus vieux de ses prédécesseurs encore en vie. C’est après mûres réflexions et grâce à la maestria de son envoyé qui a fini par arracher de l’homme sage de recevoir son président, que la rencontre a pu avoir lieu en début de soirée hier. C’est un Yayi des grands jours qui a fait son apparition chez le président Zinsou avec un large sourire qui lui fendait le visage en deux. Alors que le vieux assis, perplexe observait la mine avenante du chef de l’Etat, se demandant probablement s’il s’agissait d’une ruse, de quelques farces dont seul Yayi a le secret ou d’un vrai sourire d’amitié. Il n’eut visiblement pas le temps de finir sa réflexion que le chef de l’Etat, l’air cette fois contrit, se précipita vers les pieds de son ainé en signe de respect, suivit des premiers mots d’excuses. En de pareilles circonstances, bien malin qui pourrait reconnaître les propos sincères de la flatterie dans les instants où Boni Yayi pu s’adresser à Emile Derlin Zinsou. Mais on retiendra globalement pour faire court et juste, que Boni Yayi s’est vertement excusé d’avoir négligé son illustre prédécesseur. En effet, il faut dire que le préjudice subi par Emile Derlin Zinsou du fait de cette négligence est bien plus grand que ce que nous avons cités dans notre parution d’hier. C’est d’abord le parc automobile de l’ancien Président de la République qui a été oublié. Ainsi, contrairement à ce qui lui revient de droit c'est-à-dire 02 véhicules à son service, c’est un vieux tacot qui lui sert de voiture officielle. Pire, faute de réparation cette voiture est presque toujours au garage par manque d’entretien. Si les pensions prévues pour l’ancien chef de l’Etat lui sont régulièrement versée, il n’en a rien été pour le reste. Les frais de check-up santé et les frais des gens de maison, c'est-à-dire gardien et chauffeur ne sont depuis plus d’un an plus à la charge de l’Etat qui ignore superbement ses obligations quand il s’agit du Président Zinsou. Ce que le vieux ne manquera pas de signifier à son hôte forcé, en lui précisant qu’il n’attendait de l’Etat aucune faveur particulière, sinon que le respect des engagements codifiés par la loi et d’ajouter que bien qu’étant parent lointain du candidat Adrien Houngbédji, cela ne faisait en rien de lui un de ses fervents supporters. De sa position et de son âge, poursuivra-t-il à l’attention du chef de l’Etat, il ne pouvait se permettre de prendre position pour un des candidats de la présidentielle. Cela était contraire à ses principes. Il n’y avait donc aucun argument valable pour boycotter ce qui devrait être son droit. Boni Yayi le savait-il ? La question mérite d’être posée, même si la réponse n’est pas aussi évidente. Toujours est-il qu’en attendant de savoir sa part de responsabilité dans ce grotesque oubli qui frise l’ingratitude, on retiendra que la publication de l’article du journal Le Béninois libéré a réparé une situation d’injustice qui perdurait. Le vieux sage devra excuser l’impertinence du journaliste qui dans sa quête de l’information n’hésite pas à bousculer les habitudes et par moment, comme c’est le cas cette fois, à mettre sur la place ce que d’aucun aimerait garder comme secret. Nous ne pouvions pas continuer de regarder de notre lucarne d’observateur l’injustice que subissait cet homme qui a beaucoup donné aux Béninois.

 

Source: LBL

 

 

Jeudi 17 novembre 2011

 

 

 

 

Manque de reconnaissance à un sage qui a tout donné à ce pays: Yayi boude le président Zinsou et c'est grave

 

Que devient le Président Zinsou, une question qui revient assez souvent dans les discussions de quelques Béninois curieux de savoir ce que devient le sage homme. La dernière fois qu’il a été vu sous les feux de la rampe, était lors des négociations pour l’organisation pacifique de la présidentielle de mars 2011. Depuis plus rien. Certaines sources généralement crédibles affirment qu’entre temps, le vieux a dû se rendre, pour raison de santé, en France. Plusieurs mois au cours desquels il a été loin de son pays mais qui selon les mêmes sources n’ont pas fait frémir le Président Boni Yayi. Et pour cause, ce dernier aurait fait l’option de ne plus demander d’après son collègue ancien président. Le motif agité pour justifier cette attitude était que l’ancien président avait choisi le camp de Me Adrien HOUNGBEDJI lors de l’élection présidentielle de Mars 2011. Du coup, lors de son séjour sanitaire en France, il n’a même pas eu droit à un coucou du président de la République or avant que Boni Yayi ne vienne au pouvoir en 2006, ils étaient de véritables amis. Ce qui étonne, ce d’autant que le Président Zinsou s’est personnellement investi pour sauvegarder les acquis de notre démocratie, au cours de la crise d’avant les élections de mars dernier. D’ailleurs, certains de ces proches n’hésitent pas à dire que l’ancien président était si affecté par la situation qu’il n’en dormait plus. C’est d’ailleurs un des motifs de l’aggravation de son état de santé. De retour au pays, on aurait pu croire que l’affaire était classée et au moins par courtoisie, Yayi rendrait ses habituelles visites au sage. Mais il en est rien, de sources proches de Yayi, la dent dure du chef de l’Etat contre son collègue est si pourrie qu’il n’entend point démordre, convaincu qu’il est que Zinsou aurait supporté son challenger, Adrien Houngbédji lors de la dernière présidentielle. Investigation faite, il semblerait qu’à défaut d’être vrai, le comportement du Président de la République à l’égard de l’ancien président prête véritablement flanc à toutes sortes de supputations. Par exemple, la voiture affectée au service du Président Zinsou qui est vielle de plus de 6 ans, n’a jamais bénéficié d’aucune réparation et est fréquemment en panne. Ce qui n’est vraisemblablement pas le cas des autres anciens présidents. Pour être dans l’air du temps, alors que tous ont été invités à suivre l’arrivée du pape Benoît XVI, le Président Zinsou a été royalement ignoré par le protocole, tout comme, il y a deux jours quand il s’est agi de dévoiler la statue du cardinal Bernadin Gantin. Pour ceux qui connaissent le président Zinsou et sa relation avec la religion catholique, ne l’avoir invité à aucune de ces cérémonies est similaire à un déni de reconnaissance pour son combat pour la paix dans notre pays. En tout cas, les observateurs de la vie publique que nous sommes, déplorons le sort réservé au plus ancien des présidents béninois encore en vie.

 

 

Source: LBL


 


 

 
 
 
Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :