Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 06/06/2013

 

 

BENIN - Supposé accord secret entre YAYI, le MADEP, la RB et le PSD pour modifier la Constitution : Amos ELEGBE et ses sbires font économie de vérité !!!

 

 

Par Benoît ILLASSA

 

 

  

Depuis la sortie tonitruante de Amos ELEGBE, le Monsieur « Tous les régimes », une certaine presse et tous les collabos de tout acabit ont brandit un supposé accord de tous les partis politiques de notre pays pour une révision opportune de notre Constitution. Ils le ventilent inconsciemment sur le Net, devenu un poison pour leur roitelet, Boni YAYI.

 

Pour rétablir la vérité, voici ce que disait le Président SOGLO sur les ondes de RFI le 20 mars 2008.

 

 

« Et nous n'avons pas été les seuls à avoir signé des accords qu'on a ensuite considérés comme des chiffons de papier. »

 

 

« Soglo : Non, pas seulement. Il y avait surtout des réformes fondamentales. Il fallait une liste électorale informatisée. C'était la première des choses qu'on avait demandées. Sans compter qu'il fallait respecter les lois sur la décentralisation. Il se promène dans les municipalités comme si nous étions ses sous-préfets. Il n'avertit personne. Alors que c'est à la Conférence Nationale que nous avons décidé de transformer les sous-préfectures en municipalités. Mais depuis, voilà, il fait ce qu'il veut. Je dis non. Il s'est trompé de pays et d'époque. »

 

 

 

INTERVIEW INTEGRALE DE NICEPHORE SOGLO SUR R.F.I. : LE ROI BONI 1er MIS A NU !!!

 

20 mars 2008

 

 

RFI : Bonjour Monsieur le Président.

 

 

Soglo: Oui. Bonjour

 

 

RFI: Pourquoi dites-vous que la démocratie béninoise est gravement menacée?

 

 

Soglo : Je crois que, depuis quelque temps, dans notre pays, à notre grande surprise, l'homme que nous avons aidé vraiment à succéder à Mathieu Kerekou ne croit absolument pas à la démocratie. Il pense fondamentalement que les peuples noirs ne sont pas murs pour la démocratie. C'est ce que disait un Président célèbre de votre pays.

 

 

RFI : Jacques Chirac ?

 

 

" C'est un one-man-show permanent sur les quatre chaînes de télévision. On ne nous montre que des soutiens apportés au chef de l'Etat, meetings, marches, messes, création de groupuscules. .. Alors on est stupéfait."

 

 

Soglo: oui comme vous le savez. Mais là il applique ce qu'il a vu de mon point de vue au Togo. Hier un universitaire du Togo a dit sa surprise de voir à quel point les programmes de télévision nationale du Bénin ressemblaient comme deux gouttes de larmes à ceux de la télévision togolaise au temps béni d'Eyadema Père. C'est un one-man-showpermanent sur les quatre chaînes de télévision. On ne nous montre que des soutiens apportés au chef de l'Etat, meetings, marches, messes, création de groupuscules. .. Alors on est stupéfait. Je le dis d'autant plus que le Togo est en train de faire un effort que nous avons salué. Le jeune Faure est en train avec tous les partis politiques de jeter par-dessus bord les oripeaux de ce qui avait malheureusement handicapé ce pays ami frère. Vous savez que le Togo nouveau du temps d'Eyadema-Père, la nouvelle marche du temps d'Eyadema-Père, le Timonier, le guide, tout ce qui venait du Zaïre, eh bien, on a le sentiment que nous avons repris tout cela à notre compte. Le Togo nouveau est devenu le Bénin Emergent. Il y a des marches incessantes de soutien comme au bon vieux temps dans le pays voisin. Nous n'avons pas un guide, un timonier, mais nous avons un messie.

 

 

RFI : Donc ce qui vous inquiète le plus ce sont les atteintes à la liberté de la presse ?

 

 

Soglo : Absolument. Mais non seulement ça. Ce sont les atteintes à la liberté tout court. Même maintenant comme le dit l'écrivain Couao Zotti, il y a des professions de circonstances qui se développent : il y a des marcheurs, des rassembleurs, des lecteurs de motions, des porteurs de haut-parleurs et même des fournisseurs de pure water, les sachets d'eau qu'on mobilise pour étancher la soif des marcheurs. Alors on se frotte les yeux et on se demande « Ça se passe ici dans notre pays ? »

 

Eh bien, il a un peu le complexe d'Œdipe : tuer le Père pour exister.

 

 

RFI : Alors, vous êtes très sévère, hein. N'y a-t-il pas quand même une démocratie au niveau électoral ? Est-ce que les législatives de l'année dernière n'ont pas été transparentes?

 

 

Soglo : Je vais vous dire ceci pour Yayi Boni. C'est un membre de notre parti que j'ai envoyé précisément à la BOAD. Eh bien, il a un peu le complexe d'Œdipe : tuer le Père pour exister. Je suis un peu surpris mais je me dis ce qui nous parait fondamental c'est de sauver la démocratie. Sans démocratie, il n'y a pas développement.

 

 

RFI : Est-ce que justement sur le plan des élections, de la transparence, ce sont des choses fondamentales. Est-ce que là au moins Y a-t-il pas encore de démocratie dans votre pays ?

 

 

Soglo : Non. D'abord il y a l'achat de conscience qui est devenu quelque chose d'ahurissant. Les membres du gouvernement alors que nous ne sommes pas en période électorale se promènent, distribuent de l'argent. Maintenant les micro-crédits sont utilisés, parce que la misère est la après 10 ans de Kerekou, pour essayer d'acheter les consciences des populations. C'est le président lui-même qui distribue cet argent-là. Mais j'ai dit, nous allons barrer la route à ça. Faites-moi confiance.

 

RFI : Le mois dernier, le président Georges Bush est venu à Cotonou, il a félicité le président Yayi Boni pour ses efforts en faveur de la bonne gouvernance. Est-ce que ce n'est pas le signe que tout n'est pas mauvais dans la politique de Yayi Boni ?

 

 

Soglo : Quand Bush est passé, c'est vrai qu'il était surpris de ne pas me voir à l'aéroport. Il m'a envoyé un cadeau. J'ai dit, si vous êtes bien informé, qu'il y a un mauvais tournant que prend actuellement notre pays et je ne peux pas cautionner ça.

 

"C'est une technique que Mobutu a utilisée"

 

 

RFI : Il y a quand même des hommes d'affaires corrompus qui sont poursuivis et ont été jetés en prison.

 

 

Soglo : Ce n'est pas à moi qui ai poursuivi Cissé qu'il faut dire cela. Ce qui a fait que j'ai le sentiment que c'est devenu ce que faisait Kerekou sous la Révolution, tous les mercredis, on faisait kin go : on a envoyé une mission d'inspection, on a constaté qu'il manquait 20.000 F ici, 100.000 F par là. C'est une technique que Mobutu a utilisée. On peut dire que c'est une technique du pouvoir maintenant.

 

 

RFI : Regrettez-vous d'avoir appelé à voter Yayi Boni contre Houngbedji ?

 

 

SOGLO : Non, c'est-à-dire que, honnêtement, j'ai dit entre plusieurs maux, il faut choisir le moindre.

 

 

RFI : À l'époque, vous pensiez que Yayi Boni était le moindre mal.

 

 

Soglo : A mon avis oui.

 

 

" Mais depuis, voilà, il fait ce qu'il veut. Je dis non. Il s'est trompé de pays et d'époque "

 

 

RFI : Aujourd'hui, vous avez changé d'avis ?

 

 

Soglo : Non je pensais que bon avec le temps, après tout, quand vous avez un enfant que vous avez aidé à grandir. Vous le laissez faire son expérience, c'est-à-dire avoir des succès et des échecs. Mais à partir d'un certain niveau, tous ceux qui l'ont aidé à venir au pouvoir, ceux qui ont mis de l'argent… ceux qui politiquement l'ont aidé… J'ai signé un accord avec lui. Il m'a dit que c'est un chiffon de papier. Alors là, j'ai perdu la face.

 

 

RFI : Vous voulez dire que Yayi Boni n'a pas respecté l'accord de gouvernement que vous avez signé avec lui ?

 

 

Soglo : Ça c'est un secret de polichinelle. Et nous n'avons pas été les seuls à avoir signé des accords qu'on a ensuite considérés comme des chiffons de papier.

 

 

RFI : C'est-à-dire qu'il était prévu que vous ayez un certain nombre de postes ministériels et Yayi Boni n'a pas tenu parole. C'est bien ça ?

 

 

Soglo : Non, pas seulement. Il y avait surtout des réformes fondamentales. Il fallait une liste électorale informatisée. C'était la première des choses qu'on avait demandées. Sans compter qu'il fallait respecter les lois sur la décentralisation. Il se promène dans les municipalités comme si nous étions ses sous-préfets. Il n'avertit personne. Alors que c'est à la Conférence Nationale que nous avons décidé de transformer les sous-préfectures en municipalités. Mais depuis, voilà, il fait ce qu'il veut. Je dis non. Il s'est trompé de pays et d'époque.

 

 

RFI : Nicéphore Soglo, merci.

 

 

Ecouter l'interview sur RFI par ce lien: http://www.rfi. fr/

 

 
 
Tag(s) : #Politique Béninoise