Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BENIN: Tapis rouge pour la révision constitutionnelle !

 

 

8 février 2012 par  

 

 

Les députés sont en retraite parlementaire à Parakou. Il s’agit d’une occasion au cours de laquelle les parlementaires béninois vont échanger sur des dossiers comme la révision de la constitution, le droit de grève et la problématique des politiques de développement et l’allocation des ressources publiques. Un communicateur particulier va éplucher l’épineuse question de l’opportunité de la révision de la constitution du 11 décembre 1990. C’est un sujet d’intérêt pour la mouvance. De toutes les façons, le but de la retraite est clair. Il s’agit d’aplanir les divergences avant de se retrouver au parlement pour trancher le débat. La stratégie est d’usage. C’est une préparation psychologique. Il est donc clair que la révision de la constitution s’impose. Lentement mais sûrement, on tend vers le bout du tunnel. C’est une chausse-trappe, dit-on du côté de ceux qui y voient en cette retraite, une approbation pré vote. Le sujet, le plus important reste donc la révision de la constitution.

 

Le texte à soumettre est connu du cercle rapproché du Président de la République. Les experts internationaux ont déjà proposé un canevas de révision.

 

Au terme de l’atelier, les  » retraités  » seront donc aguerris pour éviter des débats généraux sur le projet de texte. La majorité écrasante des députés ont répondu à l’appel du Président de l’Assemblée Nationale pour trois raisons. D’abord, ce sont des frais de mission assez colossaux. Ensuite, le débat est intéressant pour se laisser compter. Enfin, il s’agit de la mouvance élargie.

 

Faut-il espérer un débat de qualité au cours des assises de Parakou ? Il y a des signaux qui montrent que le travail va peser par les effets de second tour de la fête de la  » Gaani « . Le travail pourrait manquer de piquant. Les députés reviennent de la grande fête culturelle de la  » Gaanni  » ; Pourront-ils se concentrer sur l’essentiel ? En tout cas, comme Parakou n’est pas le cadre légal où l’Assemblée Nationale se réunit, on peut estimer que les résolutions de l’Atelier de Parakou n’engagent que ceux qui y croient. Il faudrait attendre le retour des parlementaires à l’hémicycle pour apprécier la qualité de leur contribution. Quoi qu’il en soit, l’atelier a eu lieu au grand bonheur de ceux qui ont fait le déplacement.

 

L’opposition ultra minoritaire semble être acquise à la ligne et l’orientation choisies par la majorité. Il s’agit d’un unanimisme qui laisse présager que l’opinion est prise en otage. Il est nécessaire que chaque député retourne dans sa circonscription électorale pour expliquer le sens et la portée politique de la révision de la constitution. Cette révision est-elle porteuse de stabilité, de tranquillité et de succès à notre Nation ? Il est bon de s’inspirer des exemples sur le continent pour savoir raison garder car, à vouloir faire comme les autres, on finit toujours à s’inscrire sur le tableau lugubre de l’histoire. Chaque chose a son temps. Si le moment est venu de toiletter raisonnablement la constitution, ce serait ainsi une opportunité de rencontre avec l’histoire. Le tapis rouge est dressé pour une nouvelle constitution. Pourvu qu’elle ne mène pas sur les sentiers sanglants de Dakar et de la Casamance. D’où l’urgence pour les députés d’avoir la raison en éveil et l’intelligence en alerte.

 

Herbert Houngnibo


 


 

 
 
Tag(s) : #EDITORIAL

Partager cet article

Repost 0