Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lundi 5 septembre 2011 

  

 

 

BENIN: Un rapport des services secrets français 

révèle la fragilité de l'état de santé du Président béninois, Boni Yayi

 

 

Les discussions sur la révision de la constitution ont commencé par occuper les tribunes depuis quelques semaines avec la lettre de l’écrivain Olympe Bhêly Quenum dans laquelle il critiquait avec véhémence la position du Renard de Djrègbé Albert Tévoèdjrè. Voilà ainsi lancé le vrai débat sur le départ ou non de l’actuel président Boni Yayi en 2016. Du côté des pro-Yayi, la position est sans équivoque : il n’y a que Dieu qui donne le pouvoir. L’allusion est claire, si Dieu veut que Yayi reste après 2016, eh bien ! Il le restera. Or, il était plus politiquement mûr que ces princes de la Refondation répondent plus court en disant simplement que 2016 est un autre rendez-vous puisque Yayi aurait déjà fini ses deux mandats prévus par la constitution. Tout ceci apporte une grande quantité d’eau au moulin de ceux qui craignent qu’en bon souverain noir, Boni Yayi ne veuille réfléchir à s’accrocher. En réponse à ces derniers, le roi de la Refondation n’a pas voulu se laisser enterrer muet. Le weekend dernier à Parakou, Boni Yayi a, à plusieurs occasions, laissé entendre son respect pour la constitution qui est selon lui pour le peuple béninois ce qu’est la Bible pour les Chrétiens et le Coran pour les adeptes de Mahomet (Paix et bénédictions sur lui). Parallèlement à tous ces remue-méninges politiques, il est agité dans certains milieux privilégiés l’existence d’un rapport des services spéciaux français sur l’état de santé de Boni Yayi. A en croire celui-ci, les conclusions ne sont pas trop heureuses pour le président béninois dont on dit en avoir copie afin qu’il rêve de s’accrocher. Grosso-modo, le rapport serait peu heureux sur le bilan de santé du premier des Béninois. Mais il s’agit là, à en croire nos sources d’un rapport de services spéciaux français. Cela peut-il affecter le moral de Boni yayi au point où il raccroche les gros appétits qu’on connaît aux présidents noirs de triturer la constitution de leur pays pour rester ? La question ne vaut même pas la peine d’être posée puisqu’on retient de l’histoire et de la Franceafrique que c’était, ces mêmes rapports taillés sur mesure qui firent quitter du pouvoir Ahmadou Aïdjo du Cameroun de qui on ne payait plus cher la longévité. En guinée Conakry, le général Lassana Conté est mort au pouvoir 15 ans après qu’un rapport de santé, alors qu’il était hospitalisé en Europe, ne lui donnait que deux mois à vivre. Comme quoi le miracle de Dieu commence après la limite des sciences exactes. Si rapport accablant, il y a sur la santé de Boni Yayi, cela ne devrait aucunement écorcher le moral de l’homme de Tchaourou au point qu’il ne puisse plus voir son avenir politique en rose. Seules les exigences constitutionnelles de notre pays et la conviction intime de Boni Yayi de les respecter doivent aider à trancher le débat de l’accrochage au pouvoir du président après 2016.

  

Le Béninois Libéré

 

 

 
 
Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :