Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Biens mal acquis: la cave au trésor de Teodorin Obiang

  

 

Par LEXPRESS.fr, publié le 17/02/2012

 

 

Deux juges d'instruction et des policiers ont entamé mardi une perquisition dans l'hôtel particulier de Teodorin Obiang, dans le XVIème arrondissement de Paris.

Un hôtel particulier de 6 étages et 5000m² avec 101 pièces, Hammam et salle de cinéma. Des meubles de collection, des oeuvres d'art... C'est ce qu'ont découvert les enquêteurs lors d'une perquisition au domicile de Teodorin Obiang, le fils du président de Guinée équatoriale.

 

C'est trop injuste! La Guinée équatoriale a exprimé jeudi sa "totale indignation" devant ce qu'elle estime être une "illégitime persécution" après la perquisition et les saisies depuis trois jours à Paris au domicile de Teodorin Obiang, fils du président de Guinée équatoriale Teodoro Obiang Nguema.

 

Les biens de la famille Obiang sont dans la ligne de mire des enquêteurs à la suite d'une plainte les visant, déposée en 2008 par Transparency International France. Dans le cadre de l'affaire dite des "biens mal acquis" par des chefs d'Etat africains, deux juges d'instruction et des policiers ont entamé mardi une perquisition dans l'hôtel particulier situé au 42 de la très chic avenue Foch dans le XVIe arrondissement de Paris.

 

Cet hôtel particulier de 6 étages et 5000m² ne compte pas moins de 101 pièces, et l'ensemble du mobilier pourrait dépasser les 40 millions d'euros selon Le Parisien (payant).

 

Un hôtel particulier de 101 pièces

 

"Il a fallu mobiliser plusieurs services d'enquête pour répertorier tous les pièces de valeur", ajoute le quotidien. Deux semi-remorques ont été requis pour transporter dans un lieux secret, toutes les pièces.

 

L'immeuble lui même, situé à à quelques pas du rond-point des Champs-Elysées, est valorisé entre 60 et 75 millions d'euros par le site La VieImmo.com: "Difficile de faire une estimation précise, explique le site, car l'hôtel particulier est actuellement occupé par un seul propriétaire. Or s'il était mis sur le marché aujourd'hui, ce serait plus probablement à la découpe, à raison d'un ou deux appartements par étage", ce qui augmenterait sa valeur.

 

Des pièces de la collection Yves Saint Laurent

 

Tous les meubles sont des pièces de collection, précise Le Parisien, comme ce "bureau Louis XV estimé par un des experts participant à la perquisition à 1,6 M€". Le fils de Teodoro Obiang a notamment acquis des oeuvres d'art lors de la vente de la collection Yves Saint Laurent et Pierre Bergé en février 2009 pour 18,35 millions d'euros, dont, selon Le Parisien, une dizaine d'oeufs Fabergé.

Selon la cellule anti-blanchiment de Bercy, Tracfin, ces biens ont été payés par "la Somagui Forestal, société forestière sous contrôle de Teodoro Nguema Obiang, ministre de l'Agriculture et des forêts qui est à l'origine des virements".

 

Hammam et cinéma

 

L'hôtel particulier de Teodorin Obiang était doté d'un hammam, d'une salle de cinéma, et d'une salle de sport... Une armada de domestiques s'activait pour entretenir l'immeuble, selon Le Parisien: personnel de ménage, gouvernante, gardes du corps.

 

Déjà en octobre, les enquêteurs avaient saisi 11 véhicules appartenant au rejeton du tyran de Guinée équatoriale: Bugatti Veyron, Porsche Carrera, Mercedes Maybach, Aston Martin, Maserati, Ferrari..., racontait Libération.

Le même Teodorin, qui aime partager, avait remis 15.200 euros, à chacun des deux buteurs de l'équipe guinéenne après le match contre la Libye lors de la Coupe d'Afrique des Nations 2012, racontait Vincent Hugeux sur son blog le 25 janvier. Il avait aussi gratifié de 760.000 euros à l'ensemble de l'équipe.

Le fiston joue décidément de malchance: lLe département américain de la Justice s'apprêterait à ordonner la confiscation de 70 millions de dollars d'actifs, notamment immobiliers, détenus sur la Côte Ouest par l'intéressé, suspecté là aussi de blanchiment et corruption.

 
 
 
 
 
Tag(s) : #Politique Africaine

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :