Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blaise-compaore-1-.jpg

 

Burkina Faso - Révision constitutionnelle : Après Ouattara, Alpha Omar Konaré tente de dissuader Blaise Compaoré

 

août 07, 2014

 

AMEGEE MawulikpimiACTUALITEDEPECHES0


Après l’échec de la médiation de numéro un ivoirien, c’est au tour de l’ancien président malien Alpha Konaré, de dissuader le président Blaise Compaoré dans sa quête solitaire de réviser, contre tous, la Constitution. L’ex-patron de la Commission de l’Union Africaine(UA) était à Ouaga, le 2 Aout, dans le cadre d’une mission secrète…

Après Ouattara, Alpha Omar Konaré tente de dissuader Blaise Compaoré

 

Ni les tentatives de son collègue et voisin du Sud et encore moins ni les multiples vociférations des premiers responsables de l’opposition burkinabè n’ont convaincu le président Blaise Compaoré de renoncer à son projet de révision de Constitution. Déterminé à se maintenir au pouvoir en 2015, alors que l’actuelle constitution le lui interdit, le numéro un burkinabè semble avoir trouvé le raccourci, le référendum qu’il propose, pour sauter les verrous de la loi fondamentale de son pays, en vue, surement par un tripatouage des résultats comme cela est de mise dans la sous région à quelques exception près, de légitimer sa candidature en 2015. Sur son chemin, il semble avoir trouvé « garçon ». Déterminé comme lui, l’opposition politique dans son pays, lui oppose une farouche résistance. Jour après jour la tension au pays des hommes intègres semble montée car dans les deux camps, nul n’entend lâcher de lest.

 

Inquiétée par cette situation, la communauté internationale a dépêché l’ancien président malien et ex-patron de la Commission de l’Union Africaine(UA), Alpha Konaré, en mission secrète auprès de Blaise Compaoré, président du Faso. Rien n’a filtré de l’entretien que les deux hommes ont eu, mais la tension autour d’une éventuelle candidature du président Compaoré à sa propre succession semble être la difficile mission de l’ancien président malien qui dans la foulé du président Alassane Ouattara va tenter de dissuader le « têtu » de Blaise. Alpha Oumar Konaré est arrivé au Burkina Faso le 2 août alors que ce pays travers une crise politique. Depuis le début de l’année, les contre-manifestations succèdent aux manifestations dans ce pays dont la longue stabilité est mise en cause. La mission d’Alpha Oumar Konaré serait d’éviter au Burkina Faso de basculer dans la violence, étant donné que l’opposition se montre plus que jamais déterminée à assurer l’alternance politique.

 

Tout porte à croire, au regard des dernières déclarations de Blaise Compaoré, dans une interview accordée à TV5 monde, que l’homme n’est pas près à partir si tôt. Interrogé sur son obstination à organiser le référendum Blaise a juste laissé entendre que « c’est le peuple qui décidera ». Quand, en bon observateur, de la vie politique en Afrique, on sait comment les élections se déroulent, dans certains pays de l’Afrique, le Burkina y compris, il ne faut même plus leurrer sur la transparence de ces référendum que le successeur de Thomas Sankara et son camp défendent avec la dernière énergie. C’est dire tout simplement que la médiation de Konaré risque de connaitre le même sort que celle de Ouattara. Les autres jours nous édifierons plus.

A la tête du pays depuis octobre 1987, Blaise Compaoré, selon les dispositions constitutionnelles, ne pourra plus être candidat en 2015. Mais il entend modifier la constitution pour s’éterniser au pouvoir.

Mawulikplimi AMEGEE

*

http://www.maliweb.net/non-classe/crise-politique-au-burkina-mediation-konare-449942.html

 

Crise politique au Burkina : La médiation de Konaré

7 août 2014 à 03:23 AM 

Inquiétée par la situation politique au Burkina Faso, la communauté internationale a dépêché l’ancien président malien et ex-patron de la Commission de l’Union Africaine(UA), Alpha Konaré, en mission secrète auprès de Blaise Compaoré, président du Faso. Rien n’a filtré de l’entretien que les deux hommes ont eu, mais la tension autour d’une éventuelle candidature du président Compaoré à sa propre succession semble être la difficile mission de l’ancien président malien.

 

Alpha Oumar Konaré est arrivé au Burkina Faso le 2 août alors que ce pays travers une crise politique née de la volonté du pouvoir burkinabè de réviser la constitution du pays. Depuis le début de l’année, les contre-manifestations succèdent aux manifestations dans ce pays dont la longue stabilité est mise en cause. A la tête du pays depuis octobre 1987, Blaise Compaoré, selon les dispositions constitutionnelles, ne pourra plus être candidat en 2015.

 

Pour l’opposition burkinabè, il est inadmissible que le pouvoir change les règles du jeu en faisant sauter le verrou de la limitation des mandats pour que le président Compaoré soit de nouveau candidat. Mais le pouvoir et ses partisans persistent et signent pour que les rênes du pouvoir n’échappent pas à l’actuel président.

 

La mission d’Alpha Oumar Konaré serait d’éviter au Burkina Faso de basculer dans la violence, étant donné que l’opposition se montre plus que jamais déterminée à assurer l’alternance politique. Quant à Blaise Compaoré, il n’est pas qu’en déphasage avec ses opposants au sujet de son éventuelle candidature à la présidence. La diplomatie américaine est claire sur la question: l’’ambassadeur des Etats-Unis s’est clairement prononcé contre la révision de la Constitution burkinabè.

 

Eviter le pire…

 

A en croire des sources non officielles, à Ouagadougou, Alpha s’est entretenu avec le chef d’Etat burkinabè pendant plus de trois heures d’horloge. Ce que les deux hommes se sont dit demeure un mystère. Selon la presse burkinabè, la seule certitude est que l’entretien tournait autour des tensions actuelles qui divisent fortement la classe politique de ce pays qui a joué un rôle important dans la gestion de la crise politique malienne depuis 2012.

Dans une sous-région minée par plusieurs problèmes de gouvernance et de sécurité, les éventuelles conséquences d’une crise politique grave au Burkina Faso inquiètent la communauté internationale, singulièrement l’UA. Depuis qu’il a quitté la direction de la Commission de l’UA, Alpha Oumar Konaré mène discrètement de nombreuses missions de médiation. Il est notamment chargé d’entreprendre des démarches pour la stabilité de l’Egypte, déchirée entre les partisans de l’ancien président Mohamed Morsi et le nouvel homme fort du pays, le général Al Sissi.

 

Alpha était logé dans une villa mise à sa disposition dans la capitale burkinabé pendant tout son séjour chez le médiateur choisi par la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDAO) pour la crise malienne. Dans ce qui ressemble à un retour de l’ascenseur, l’ancien président du Mali est reparti le dimanche dernier 3 août de Ouaga avec l’espoir d’éviter le pire au Burkina. Reste à espérer que la mission puisse porter les fruits escomptés.

Soumaila T. Diarra

*

http://www.afriquemedia.tv/index.php/le-debat-panafricain/item/564-burkina-faso-blaise-compaore-honore-a-washington-dc

vendredi, 08 août 2014

En dépit des vagues de contestations qui agitent le pays depuis des mois, les préparatifs de la présidentielle de 2015 se poursuivent lentement, mais surement au pays de Hommes intègres.

 

En effet, le président de la CENI, l’organe en charge de l’organisation de ce scrutin haute tension, a convié ce vendredi 08 Aout 2014 , l’ensemble des acteurs du processus électoral notamment les responsables des partis et formations politiques de la Majorité et de l’Opposition ainsi que ceux des Organisations de la société civile mandants de la CENI, à une importante rencontre d’information et d’échanges sur la mise en œuvre du chronogramme des activités préparatoires de l’élection présidentielle de 2015.

 

Selon la Commission Electorale Nationale Indépendant l’ordre du jour de cette rencontre porte essentiellement les points suivants :


* le compte rendu des missions effectuées par les commissaires et cadres administratifs de la CENI dans les ambassades et consulats généraux pour la mise en place des Commissions Electorales Indépendantes d’Ambassades et de Consulats (CEIAM et CEIC) en vue de l’enrôlement biométrique de nos compatriotes et l’organisation du scrutin présidentiel à l’étranger.


* le point de la mise à jour du fichier électoral suite aux opérations d’enrôlement qui ont pris fin le 30 juin 2014.

Soulignons que face au climat électrique  qui prévaut au sein de la société et de la classe politique burkinabé, la communauté internationale a de nouveau joué les i interventionnistes et dépêché à Ouagadougou un  agent  spécial, l’ancien président malien et président de la Commission de l’Union africaine Alpha Konaré en mission secrète auprès de son ancien homologue Blaise Compaoré. Arrivé incognito le samedi 2 août à Ouagadougou, l’homme s’est entretenu avec son hôte burkinabè pendant plus de trois heures d’horloge. Après sa messe basse avec le président du Faso, ce dernier  est reparti le 3 août dernier.

Loin du Faso au pays de l’oncle Sam  où  il s’est rendu  pour le sommet Etats –unis Afrique, Blaise Compaoré a volé  de succès en succès. En effet Outre Le Secrétaire d’Etat américain John Kerry qui fortement salué la contribution décisive du Chef de l’Etat burkinabè, dans la recherche de la paix, de la stabilité et de la sécurité en Afrique de l’Ouest, Blaise Compaoré a personnellement reçu les félicitations  du célèbre prêcheur afro-américain, le Révérend  Jessy Jackson pour l’efficacité de sa médiation dans les conflits en Afrique de l’Ouest.

                                                                                           NADEGE NGOUEGNI

 

 

 

 

 
  
  
Tag(s) : #Politique Africaine

Partager cet article

Repost 0