Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

De l’opposition à la résistance au BENIN…

 

Démissions, manifestations de rue, mot d’ordre de boycott, l’Ue et le Pnud en procès. Grâce au « yayisme » le Bénin s’installe progressivement dans le registre désormais très fourni des pays en crise. Une étape où la matière grise cède la place aux muscles. Au nom de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi). La réalisation du fichier qui devrait emprunter la voie du consensus se retrouve pris au piège d’une rixe politique aux issues incertaines. Les limites des institutions de la République n’ont jamais été aussi visibles. Le parlement n’inspire plus confiance au gouvernement parce que contrôlé par les adversaires du chef de l’Etat ; le gouvernement avec son chef en campagne depuis avril 2006 provoquent la méfiance de leurs vis-à-vis ; la Cour constitutionnelle presque exclusivement composée de membres actifs du regroupement politique du Chef de l’Etat peine à s’imposer. Les gesticulations des potentiels médiateurs autour de la maison Bénin sont des signes qui ne trompent pas. A l’affût de la déflagration programmée.

 

Avant donc le cataclysme programmé, chacun peut d’ores et déjà évaluer ses forces et faiblesses. La force publique et les milliards de l’Union européenne pour Yayi, partisan d’une Lépi (bonne ou mauvaise) pour les élections présidentielles et législatives de 2011. En face les autres, forts de la majorité « bafouée » des représentants du peuple à l’Assemblée nationale et de la même vision que les organisations de la société civile. Avantage certain pour celui qui a l’argent et la force publique. Largement suffisant pour imposer un processus à sa convenance. Avec une garantie aussi absolue que l’Union européenne, les émergents peuvent maintenir leur cap sans trembler. Puisque le dessein est là, visible à l’œil nu : qui n’est pas électeur n’est pas éligible. L’appel au boycott de l’Union fait la nation et éventuellement de la coalition Abt signifie que Houngbédji et Bio Tchané ne pourront pas être électeurs donc inéligibles. Une perspective à la hauteur de la motivation qui aiguise les réalisateurs de la Lépi à sens unique.

 

Question de légitimité, les yayistes se sentent revigorer par le soutien de ce qui aurait pu constituer l’arbitre suprême à savoir la communauté internationale. Du gouvernement à la Cour constitutionnelle en passant par la Cps/Lépi, tous ne jurent que par le respect de prétendus engagements internationaux. Face au projet dit « Parel » financé par l’Union européenne, la majorité parlementaire, le groupe de travail et la société civile ne font pas le poids. Dans ces conditions, les formes classiques d’opposition paraissent vaines ; on l’a vu avec l’impact quasi nul des débats parlementaires sur la marche de l’émergence vers le totalitarisme. Un pays dit de démocratie où le parlement ne peut pas influer sur un processus qui tire toute son essence d’une loi votée par ce même parlement. L’appel à des démissions de la Cps/Lépi et au boycott des opérations de recensement franchit le pas de cette opposition classique vers la résistance.

Qu’on ne s’étonne pas, par ailleurs, du brusque retour en grâce du docteur-président auprès de la puissance tutélaire. La prudence vis-à-vis des dirigeants adulés et aimés de leurs peuples est une tradition à l’Elysée. Yayi auréolé du vote de 75% des électeurs n’était pas facilement malléable. Il n’est devenu intéressant pour l’hexagone qu’une fois affaibli par des scandales financiers inédits, des désertions à répétition dans son entourage, des difficultés économiques dues à une gouvernance approximative, une majorité parlementaire hostile, une population excédée par un amaigrissement drastique du panier de la ménagère. Un président aussi vulnérable est un avaleur de couleuvre en puissance. Ses adversaires ne devraient donc s’attendre à la moindre poussette de la part de la communauté internationale tant que les rapports de force sur le terrain ne l’exigeraient. Attachez vos ceintures !

 

« Voici venu le moment de ceindre les reins comme un vaillant homme »…

 

arimi choubadé

Rédigé le 21 avril 2010



Tag(s) : #EDITORIAL
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :