Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DROIT SOCIAL : Ils sont parmi nous, les pervers narcissiques au travail

 


Mis à jour le jeudi 3 avril 2014

 


 

La personnalité perverse narcissique (PN) est connue depuis longtemps dans la sphère conjugale : des hommes, des femmes qui prennent un réel plaisir à détruire leur partenaire. Depuis quelques années, le pervers narcissique sévit aussi dans le milieu du travail.


Ils occupent pour la grande majorité des postes à responsabilités, sont chef d’équipe et empoisonnent au quotidien l’existence de leurs collègues jusqu’à les rendre malade physiquement, jusqu’à les détruire psychologiquement.

 

Christine Calonne est psychologue, psychothérapeute ; elle a écrit un livre " Les violences du pouvoir ", elle connaît bien les PN : « … c’est un individu qui est séducteur dans un premier temps…tout le monde le trouve sympa…et dans un deuxième temps, si le travailleur commence à lui faire de l’ombre ; par exemple un travailleur qui est compétent, qui est perfectionniste, qui prend des responsabilités ; là, il commence à se sentir menacé et il peut commencer à harceler …parce qu’il faut bien comprendre que le PN, sa caractéristique, c’est la jouissance de la destruction… les victimes essaient de chercher un dialogue mais il n’y a pas de dialogue possible avec un PN puisque pour lui, l’autre n’existe pas ».

Anna, la trentaine, est toujours victime d’un chef PN; son expérience confirme bien les propos de la psychologue. Son chef a d’abord montré un premier visage séduisant ; une fois qu’il a été confirmé dans la fonction, il est devenu agressif ; elle a résisté et il s’est acharné.


Aujourd’hui, cette femme est démolie sur le plan psychologique, elle a perdu toute confiance en elle alors qu’elle était une employée hors pair. Si elle n'avait pas eu ses enfants et son conjoint pour la secouer, elle serait passée à l'acte.

 

Le pervers ne consulte jamais

 

Les victimes de PN consultent pour comprendre ce qui leur arrive, pour se reconstruire ; les auteurs, eux, ne vont jamais se faire soigner, c’est l’autre qui est responsable de tous les maux. Christine Calonne nous explique que la personnalité perverse narcissique se construit dans l’enfance : l’enfant a vécu avec un parent PN et s’est identifié à lui ou il a été nié au profit d’un autre enfant de la fratrie ou encore, il a été instrumentalisé par un parent qui l’a utilisé pour se réaliser à travers lui.

Pour le directeur de la clinique du stress et du travail à Liège, Pierre Firket, certaines techniques de management, comme l’évaluation et le rendement à tout prix, favorisent l’éclosion de PN dans les entreprises.

Le PN va par exemple s’entourer d’un premier cercle de privilégiés, les autres membres de l’équipe vont se retrouver en dehors, se sentir exclus et sont pointés comme étant des mauvais sujets; cela engendre aussi des tensions entre les travailleurs. Pauline a été la cible d’une cheffe perverse.

Au bout du processus, Pauline s’est retrouvée sans ordinateur, privée de ses dossiers ; certains ont été cachés afin de la pousser à la faute.

 

Peu de solutions

 

Les victimes ont très peu de moyens pour réagir aux attaques d’un PN. La seule solution, bien souvent est de fuir. La psychologue-criminologue, Nathalie Voglet souligne que dans le cadre judiciaire « on se rend compte qu’on a malheureusement pour l’instant assez peu de recours si ce n’est le fait de pouvoir éventuellement soulever des éléments de harcèlement moral qui font partie intégrante et intrinsèque de la perversion narcissique ».

Finalement, à moyen terme, la perversion narcissique ne détruit pas que les travailleurs ; l’entreprise en souffre également : absentéisme, turnover, mauvais ambiance de travail…

Repérer les auteurs et les sanctionner serait salutaire pour tout le monde.

 

Dominique Burge

 

 

 

 
  
  
Tag(s) : #Veille juridique

Partager cet article

Repost 0