Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ECONOMIE : Alerte sur une gigantesque arnaque aux faux virements

 

 

avec AFP, publié le 11/07/2014



PME ou grands groupes, toutes les entreprises peuvent être victimes de faux virements étrangers. L'escroquerie pèserait 250 millions d'euros depuis 2010, selon les chiffres d'une étude KPMG.


L'arnaque aux faux ordres de virements internationaux se répand en France. Pas moins de 250 millions d'euros ont été extorqués par ce biais aux entreprises françaises depuis 2010.  

Les chiffres de l'Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF) montrent l'ampleur du phénomène : jusqu'à deux tentatives par jour enregistrées dans les grands groupes français et pas moins de 700 faits ou tentatives recensés entre 2010 et 2014.  

 

L'intimité des entreprises

 

Les préjudices peuvent eux aussi atteindre des sommets: le cabinet KPMG, a ainsi été escroqué de 7,6 millions d'euros au travers de sa direction Rhône-Alpes; une société d'importation de bois filiale du groupe Wolseley a été délestée de 14 millions d'euros; ou encore une entreprise française "de dimension internationale et leader sur son marché" a elle été détroussée de 25 millions d'euros.  

 

Pour s'introduire dans l'intimité de l'entreprise et parvenir à gagner la confiance de la victime, les escrocs s'appuient sur internet et les nouvelles technologies, qu'ils maîtrisent parfaitement, et sur "l'ingénierie sociale".  

 

Ainsi, rodés aux techniques de l'email, du téléphone VoIP, des proxys et des adresses IP, les escrocs parviennent à rassembler un maximum d'informations sur l'entreprise ciblée: son organisation, son organigramme, entre autres. Ne serait-ce qu'en récupérant des données sur le registre en ligne du commerce et des sociétés infogreffe.fr, moyennant quelques euros. 

 

Attention aux informations qui circulent

 

Dans le nord de la France, avec son maillage important de petites et moyennes entreprises, une quinzaine de faits ont été répertoriés depuis le début de l'année, rapporte la division économique et financière de la police judiciaire Nord/Pas-de-Calais-Picardie. Soit près de 6 millions d'euros que des escrocs ont tenté de soustraire aux caisses d'entreprises de la région.  

"Il faut faire attention à ce que vous mettez sur internet, comme sur un profil Facebook. Il y a tout un travail préliminaire pour entrer dans l'intimité de l'entreprise, et c'est légal!", prévient Laurent Caine, chef de la division économique et financière de la DIPJ de Lille."Le problème des entreprises françaises de toute taille est qu'elles centrent leur sécurité sur leur protection physique (badges, accès au parking) mais accordent un intérêt secondaire à la sécurité de leur réseau, pourtant capitale", renchérit de son côté Jean-Marc Souvira, chef de l'OCRGDF.  

Les escrocs s'appuient sur trois scénarios récurrents: le faux président, le faux technicien spécialiste des virements bancaires (SEPA) et le faux bailleur. Ils ciblent une victime dans l'entreprise, souvent au sein d'une filiale où les employés ne connaissent pas personnellement les patrons. Au risque de provoquer, en plus d'un drame financier, un drame humain, car l'employé peut être licencié pour faute. 

 

"Compte rebond" et virement en Chine

 

En France, on compte même un cas de suicide à la suite d'une de ces escroqueries. Dans le Pas-de-Calais, un faux technicien SEPA a pris le contrôle de l'ordinateur d'une société spécialisée dans l'optique et validé un virement "test" de 497.000 euros. Une somme partie directement en Lettonie, sur ce que les enquêteurs appellent un "compte de rebond", escale avant que l'argent ne soit ensuite transféré vers la Chine.  

 

"Les enquêteurs ont réussi dans un premier temps à geler les fonds. L'intervention s'est faite dans les 24 heures, grâce à un réseau d'officiers de liaison et un magistrat local", explique Laurent Caine. Ne reculant devant rien, les fraudeurs n'ont pas hésité à rappeler dès le lendemain en se faisant passer pour un policier d'Interpol pour tenter de dégeler l'argent.  

"Il y a un côté très valorisant pour la personne qui se dit "le président m'a choisi" et en même temps tout se passe très rapidement, ce qui fait qu'il y a un manque de lucidité totale", témoigne sous couvert d'anonymat le directeur d'un office public HLM victime d'une "fraude au président".  

 

En octobre dernier, un membre du service comptabilité est contacté par le faux président de la société qui exige en urgence un virement sur un compte étranger. "Ca se passe sur une matinée. Il y a une forme de harcèlement", raconte cette source, à base de nombreux coups de téléphone, fausse adresse email avec le nom du président, signature usurpée sur l'ordre de virement échangé. En fin de journée, l'employée finit par se rendre, "complètement paniquée", dans le bureau du directeur.  

 

Le virement de 800.000 euros est déjà arrivé sur le compte étranger, mais, alertés, les services de police parviennent à geler les fonds, qui seront entièrement récupérés."Il y a un côté irrationnel mais qui fait que tout fonctionne à la fin de la journée", souligne le bailleur. La personne ciblée par les escrocs a été sanctionnée "de façon modérée, discrètement".Les appels des fraudeurs sont passés depuis Israël. 

 

Spécialiste de l'escroquerie

 

Les enquêteurs ont bien identifié les escrocs: une criminalité très organisée, franco-israélienne, basée dans les villes de Netanya et d'Herzliya, selon l'OCRGDF. "Spécialistes aguerris" de l'escroquerie économique, ils ont fait leurs armes sur les fraudes à la TVA ou à la taxe carbone. 

 

Pour les faux ordres de virement, ils se sont associés avec la mafia chinoise. Les fonds, qui souvent transitent par ces comptes de rebond dans des pays comme la Slovénie, la Pologne ou encore Chypre, ont pour destination la Chine. Cette "compensation" est le résultat de l'entente entre deux organisations criminelles, souligne Laurent Caine. L'argent est "décaissé" avant d'être ramené en France et réinvesti dans des biens immobiliers, précise Jean-Marc Souvira. 

Certains signaux peuvent mettre la personne sollicitée en alerte, explique le policier: le caractère urgent de la demande, faite la veille d'un week-end ou d'un jour férié, la discrétion demandée, le virement hors Union Européenne, le prétexte d'un déplacement à l'étranger. Malgré la bonne connaissance du procédé, les enquêteurs ont encore beaucoup de mal à interpeller les cerveaux: selon l'OCRGDF, seules huit personnes ont été écrouées pour ce type d'escroquerie et plus de 5 millions d'euros de biens ont été saisis. 

 

 



 
  
  
Tag(s) : #Politique Internationale

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :