Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Note au Président Yayi Boni

La diplomatie des "sous-marins" a été, de tous les temps, la plus efficace. Surtout lorsqu'il s'agit de l'intérêt supérieur de la Nation. Que l'Ambassadeur du Bénin en France, Albert Agossou, n'ait pas des relations de proximité avec les nouvelles autorités françaises est de notoriété publique. Mais, ce n'est pas une sinécure. Loin de là. Une diplomatie efficiente n'est pas forcément celle des canaux officiellement identifiés.

 

Un certains nombre de patriotes béninois naviguent dans les cercles de la diplomatie d'influence sans que leur propre pays d'origine n'en reconnaisse les mérites idoines. Ils ne demandent pourtant rien d'autre que de mettre à la disposition de la mère-patrie leurs canaux de réseautage. Le Président Boni Yayi devra en tenir compte dans la prochaine formation de son gouvernement et dans la nomination du prochain Ambassadeur du Bénin en France. Il y va de son intérêt en tant que Président de l'Union Africaine.

 

Le Bénin est passé du changement à la refondation. François Hollande lui a commencé le changement en profondeur de la France.

 

Nous restons à l'écoute du pays.

 

IB

 

France - Afrique: Si Yayi Boni veut côtoyer François Hollande, il sait à qui s'adresser

 
17/05/2012
 
Par Jeune Afrique
 

Il y a ceux qui avaient fait le déplacement à Paris et ceux qui ont envoyé leurs félicitations depuis le continent. Par les canaux officiels, ou pas, la classe politique africaine n'a pas manqué de saluer l'arrivée de François Hollande à l'Élysée.

Plusieurs responsables politiques africains ont tenu à assister le 6 mai au siège du Parti socialiste, rue de Solferino à Paris, au sacre de François Hollande. C'est notamment le cas d'Ousmane Tanor Dieng, secrétaire général du Parti socialiste sénégalais, du Togolais Jean-Pierre Fabre, président de l'Alliance nationale pour le changement, de Martin Ziguélé, l'ancien Premier ministre centrafricain, et de la parlementaire marocaine Saloua Karkri Belkeziz, de l'Union socialiste des forces populaires. Eugene Ludovic Wamalwa, le ministre kényan de la Justice, était également présent à la tête d'une délégation venue observer l'organisation et le déroulement du second tour de la présidentielle française.

 

Félicitations tous azimuts

 

En RDC, c'est le cabinet de Matata Ponyo Mapon, le nouveau Premier ministre, en concertation avec le conseiller diplomatique du chef de l'État et avec Raymond Tshibanda, le ministre des Affaires étrangères, qui a pris l'initiative de rédiger un projet de lettre de félicitations avant le second tour de l'élection présidentielle française. Signée par Joseph Kabila, la missive est finalement partie le 8 mai par les canaux officiels. La veille, son voisin Denis Sassou Nguesso avait envoyé la sienne depuis Brazzaville.

 

Boni Yayi, le président béninois, a choisi une voie moins classique. Son ambassade à Paris n'ayant pas de contact avec l'équipe de François Hollande, il est passé par une relation parisienne pour approcher Emmanuel Macron, Kader Arif et Faouzi Lamdaoui. Rédigée à Cotonou dans la soirée du 6 mai, la lettre a aussitôt été transmise à Paris. Le 9 mai, elle était sur le bureau du nouveau président français. Par ailleurs, les demandes d'adhésion à l'Internationale socialiste émanant de partis africains se multiplient depuis le scrutin.

 
 
 
 
 
Tag(s) : #Politique Béninoise