Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

FRANCE: L'affaire Cahuzac reflète le sentiment d'impunité d'une certaine caste politique

 

 

La sidération qui a suivi les aveux de l'ancien ministre du Budget est révélatrice de la mentalité d’une fraction des élites qui se juge au-dessus de la morale commune.

 

La sidération qui s'est emparée de la classe politique depuis la chute brutale de Jérôme Cahuzac a de quoi mettre la puce à l'oreille. Les réactions outrées à la détention d'un compte à l'étranger de la part d'un ancien ministre du Budget, en charge de la lutte contre la fraude fiscale, contrastent avec la complaisance dont il a longtemps bénéficié face à ses accusateurs. Comme s'il fallait à tout prix ramener cet épisode fâcheux au rang d'une faillite morale individuelle.

La fébrilité qui a immédiatement gagné les sommets de l'Etat suggère pourtant que l'affaire est d'une autre ampleur. Jean-Marc Ayrault ayant été incapable d'éteindre l'incendie, mardi soir sur France 2, François Hollande a dû prononcer dés le lendemain une allocution aussi solennelle qu'improvisée. En annonçant trois mesures plus ou moins nouvelles, le président de la République a implicitement reconnu que l'affaire Cahuzac éclaboussait l'ensemble de la classe politique.

  
publicité

La droite s'est acharnée sur Cahuzac après qu'il eut avoué son forfait, pour mieux faire oublier la mansuétude qu’elle a manifestée à son endroit. Le mensonge de l'ancien ministre socialiste, longtemps persuadé qu'il se tirerait de ce mauvais pas par la force de son caractère et la variété de ses appuis, s'inscrit dans un contexte de services rendus assez trouble.

Une complaisance transpartisane

Mediapart, qui a révélé l'existence du compte suisse de Cahuzac, a expliqué que c'était l'étrange indulgence du nouveau ministre socialiste du Budget à l’égard d’Eric Woerth qui l'avait conduit à se pencher sur son passé. Un des premiers gestes de Cahuzac à son arrivée au gouvernement avait effectivement été de commander une consultation juridique puis un mémoire dont les conclusions allaient dédouaner son prédécesseur dans l’affaire de l’hippodrome de Compiègne... Troublant.

«Eric Woerth est, je crois, un honnête homme», déclarait le président socialiste de la commission des Finances de l’Assemblée nationale dès juin 2010. Selon lui, il n’y avait «ni affaire Bettencourt, ni affaire Woerth».

L’ancien ministre UMP lui a récemment renvoyé impeccablement l’ascenseur, expliquant avoir «calmé» ses collègues parlementaires. «Je ne voulais pas qu'on lui fasse ce que les socialistes m'avaient fait subir», a-t-il argumenté. Touchante compassion de la part de l’ancien trésorier de Nicolas Sarkozy.

Woerth n’a pas eu trop de mal à «calmer» Jean-François Copé. Celui-ci crie d’autant plus fort aujourd’hui qu’il s’était montré fort complaisant avec Cahuzac. Le secrétaire général de l’UMP assurait, il y a peu de temps, le ministre socialiste de son «estime personnelle» en insistant lourdement sur la «présomption d’innocence».

Il faut dire que l’ancien avocat d’affaires Copé n’a jamais été un fanatique de la transparence. En décembre 2010, avec son complice Christian Jacob, il avait tenté, par voie d’amendement à un projet de loi, de réduire les pouvoirs de la Commission pour la transparence financière de la vie politique.

Les us et coutumes d’un petit monde

Les malheurs de Cahuzac sont révélateurs de la mentalité et des mœurs d’une fraction des élites qui se juge au-dessus de la morale commune et s’estime suffisamment puissante pour échapper aux sanctions. La fraude fiscale à grande échelle est une pratique particulièrement répandue chez les possédants, chaque type de délinquance ayant son profil sociologique.

Or cet homme de «gauche» assez cynique, selon Le Monde, pour avoir fait de louches affaires avec d'anciens militants du GUD, avait rejoint le monde de la richesse, au point de pouvoir se faire cambrioler 100.000 euros de montres dans son vaste appartement du VIIème arrondissement de Paris. L’ancien chirurgien, reconverti dans de rémunératrices activités d’implants capillaires, avait d’autre part côtoyé, comme conseiller ministériel de Claude Evin, l’univers tentateur des laboratoires pharmaceutiques. Après cette expérience, il gagnera même de l’argent comme conseiller de ces laboratoires...

Le député écologiste Noël Mamère est persuadé que Nicolas Sarkozy connaissait beaucoup de choses du passé encombrant de Cahuzac lorsqu’il donna son aval à son élection à la présidence de la commission des Finances de l’Assemblée. Toujours est-il que ce personnage appartenait à un monde qui lui a fait croiser nombre d’acteurs des affaires qui ont défrayé la chronique au cours de la dernière période.

Cahuzac fut proche de Dominique Strauss-Kahn, qui a connu la chute que l’on sait. Comme son ancien mentor, il cultivait des amitiés dans le monde des affaires transcendant allègrement le clivage droite-gauche. Une enquête du Monde nous apprend ainsi qu’il était proche d’Henri Proglio, grand patron sarkozyste d'EDF, qui avait même nommé «l'ancien banquier d'HSBC Antoine Cahuzac, frère de Jérôme, à la tête d'EDF Energies nouvelles».

Au ministère du Budget, Cahuzac avait embauché comme «responsable des relations extérieures» une protégée du communicant d’Euro RSCG Stéphane Fouks, Marion Bougeard, qui avait elle-même auparavant été en charge la communication de... Liliane Bettencourt. Oui, la vieille, très riche et fort généreuse dame qui crée aujourd’hui des ennuis à Sarkozy. Un tout petit monde, vous dit-on.

Difficile de croire que Hollande —mis en garde au demeurant, par certains de ses propres amis, à propos de Cahuzac— ignorait tout cela. Jean-Luc Mélenchon est fondé à déplorer un «copinage généralisé» propice aux pratiques les plus douteuses. Un «profiler» aurait pu aisément démontrer au chef de l’Etat que la nomination de Cahuzac au ministère du Budget était dangereuse.

Complicités médiatiques

Dans l’univers médiatique aussi, certains réflexes de défense de Cahuzac ont pu se manifester du temps de sa splendeur. Les révélations de Mediapart, en décembre dernier, ont été accueillies avec des pincettes, c’est le moins qu’on puisse dire, par nombre de ses confrères. Le Monde a mis quelques jours avant de donner à cette affaire l’importance qu’elle méritait.

Plus tard, on se souvient des contre-feux allumés dans certains médias prompts à croire en l’innocence du ministre. Le Nouvel Observateur puis le Journal du Dimanche ont donné une forte publicité à une étrange réponse des autorités fédérales suisse transmise à Bercy. Le cas le plus caricatural de refus de prendre au sérieux les informations de Médiapart reste celui du journaliste vedette Jean-Michel Aphatie, qui a dû attendre les aveux de l’ancien ministre pour saluer chapeau bas le site d’information.

Cet ensemble disparate de solidarités de caste, plus ou moins conscientes et abouties, favorise un sentiment d’impunité chez les puissants. En France, le réflexe de maudire la presse et les juges lorsqu’une affaire éclate demeure beaucoup trop répandu.

Nombre de commentateurs ou d’acteurs politiques semblent plus incommodés par ceux qui révèlent ou poursuivent les scandales que par les scandales eux-mêmes. C’est peut-être d’abord cet état d’esprit qu’il faudrait changer.

 

Eric Dupin

 
 
 
 
 
 
Tag(s) : #POLITIQUE FRANCAISE

Partager cet article

Repost 0