Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

27 juillet 2011

 

Intrigue, intimidation à l’ambassade de France au Bénin: un fait divers qui rattrape Hervé Besancenot

 

Écrit par Georges Akpo

 

«Les diplomate: Derrière la façade des ambassades de France»

. Tel est le titre assez éloquent d’un ouvrage de Franck Renaud, paru il y a quelques mois aux éditions «Nouveau Monde». Le livre relate les pratiques malsaines et subreptices des ambassades et de leur ministère de tutelle Le Quai d’Orsay qualifié par un de ses anciens agents de «La maison des fous». L’ambassade de France à Cotonou est mise à l’index avec son patron de l'époque, Hervé Besancenot. L'auteur y retrace, sur cinq pages, les déboires de l’une de ses employés -française elle aussi- victime d’une agression mortelle et d’un harcèlement moral pour etre finalement renvoyée prématurément au pays par son «bourreau de patron», Besancenot.

L’ambassade de France située à quelques encablures de la présidence de la République est l’une des prestigieuses chancelleries étrangères au Bénin. Bâtie sur plusieurs hectares, elle impressionne par sa beauté et son luxe. Personne ne pouvait donc imaginer que derrière les murs fréquemment embellis de cette ambassade, il y a de la place pour des intrigues, les harcèlements et toutes sortes de tortures morales. Une ex-employée de cette ambassade en a été victime. C’est le livre de Franck Renaud qui a enfin relaté cette affaire que l’ex-ambassadeur Hervé Besancenot a soigneusement caché aux habitants de sa juridiction. Arrivée à Cotonou à l’été 2008, madame F.N est affectée au Service de coopération et d’action culturelle où elle devait s’occuper des boursiers béninois envoyés en France pour des stages et des formations ainsi que des missions et invitations. Le livre parle d’une employée consciencieuse, très bonne travailleuse qui «accumule des heures et entre des dossiers par dizaines, dans les bases de données, organise des concours et reçoit les étudiant en partance». D’ailleurs son passé au Quai d’Orsay ne manque pas d’éloges de la part de ses supérieurs hiérarchiques. Mais à Cotonou, les relations avec ses «patrons» et surtout l’ambassadeur sont des plus malaisées. Déjà, en Novembre 2008, quelques mois après son arrivée à Cotonou, l’ambassadeur Besancenot signe un télégramme diplomatique dans lequel il semble dénoncer les difficultés d’adaptation et une compétence limitée. «Depuis son arrivée au poste en juillet dernier, Mme FN a fait montre de sérieux problèmes d’adaptation aux conditions de vie dans un pays en voie de développement», écrit l’ambassadeur. Et plus loin, il ajoute: «Si la façon de travailler de Mme FN n’appelle pas de commentaires particuliers par sa hiérarchie directe, mes collaborateurs sont sollicités pour lui apporter écoute et assistance, car elle semble vivre les tracas de la vie quotidienne comme une succession de persécutions». La dame s’en défend et a même demandé le retrait de ce rapport devant la justice administrative.

  

L’incident qui gâte tout

 

Le 14 Janvier 2010, elle eut une altercation avec sa collègue de bureau. Il s’agit d’une agression violente. «La Lettre du Continent», un journal qui a ses entrées dans les milieux diplomatiques, ne manque pas de qualificatifs à ce sujet: «hurlements, insultes, claques, coups de cintre, étranglements». Mme FN n’a eu sa vie sauve que grâce à la diligence d’un agent d’entretien de l’ambassade, renvoyé quelques jours après, par l’ambassadeur pour l’avoir délivrée. Agressée aussi violemment alors qu’elle venait de s’asseoir à son bureau, c’est elle la victime qui pourtant sera persécutée. Sa collègue qui dans la foulée reçoit une morsure à la main porte plainte au tribunal avec une version différente des faits. L’affaire prend la tournure d’une affaire d’Etat. Mme FN est conduite à un cabinet médical où un certificat médical a été établi, après quoi, elle reçoit un arrêt de travail de huit jours. Puis, le 21 Janvier, elle reçoit une lettre de Besancenot qui lui notifie la décision prise par l’ambassade de son rappel en France. Pour motiver cette décision, l’ambassadeur affirme que «cette situation a suscité des vives émotions de la part du personnel de l’ambassade et des autorités béninoises». Il ajoute que c’est grâce à l’intervention personnelle du premier conseiller de l’ambassade que la police nationale a mis fin à sa volonté de l’interpeler pour l’écouter. C’est donc, pour lui éviter une expulsion qu’il a pris la décision de son rappel en France. Le lendemain, elle embarque immédiatement pour la France dans un vol Air France. Avec le recul et grâce à un papier de «La Lettre du Continent», elle comprend que sa collègue était la compagne d’un conseiller technique, très proche du Chef de l’Etat, qui est, depuis la formation du dernier gouvernement du Bénin, ministre de la République. Dans un autre télégramme diplomatique du 3 Février 2010, Besancenot salue sa gestion discrète de cette affaire, s’en prend à la presse locale qui, selon lui, écrit des articles pour des «raisons alimentaires». Il assortit ce télégramme d’un commentaire très désobligeant dans lequel il qualifie ce rappel de départ d’un «irritant» qui pouvait brouiller un peu les relations bilatérales entre le Bénin et la France. Aussi injustement abusé professionnellement, elle porte plainte au tribunal de Rennes et au Bénin. Et attend que justice lui sort rendue.

 

Source: LNT

 

COMMENTAIRES

 

# beninnois 27-07-2011 09:46

ces francais nous ont tjrs traiter de la sorte l'argent d'entretien,je voudrai savoir que-ce-qu'il a fait de mal?ou bien c'est un beninois?les francais sont des racistes je vis en france et je parle de ce que je vis tout les jours ;;;ex:tu prend le train et tu t'assoie devant un francais s'il ne se leve pas, donc il ferme les yeux alors ces memes francais que vous voyer restent une semaine sans se laver et en ete impossible de respirer quand tu prend le transport en commun avec eux mais arretons:::::::

 

Cotonou 27-07-2011 09:56

A l'évidence, l'agent d'entretien a sauvé la vie de Madame FN. Il a été licencié par Besancenot pour éliminer un témoin gênant. Cela devrait être facile de l'identifier, de le retrouver ? Il est la fierté des Béninois.

 

# Azogan 27-07-2011 09:56

Revenant sur le fond de l'article, c'est pas étonnant. Toutes les représentations diplomatiques sont des républiques à l'intérieur de nos états. Ce qui s'y passe est pire que ce que nous savons. Mon souhait est que cette dame puisse moralement retrouver sa dignité et qu'on lui reconnaisse le mérite de son travail. Je sais compter sur la justice française pour cela mm si ça doit prendre des années. S'agissant de son collègue, elle a bénéficié de la fougue de son amant de conseiller. Nous connaissons les entrées de nos compatriotes dans ces cercles. Wait and see.

 

# Cotonou 27-07-2011 10:13

La dame gérait un budget (les bourses, missions, invitations), ce serait pas ça l'origine de ses problèmes ? N'empêche qu'on retrouve le côté pas net qui a caractérisée le séjour de cet ambassadeur de Frannce au Bénin.

 

# le palais 27-07-2011 14:25

En faite, ce besancenot est un mafieux qui ne vis que de coruption et de coup tordu. Souvenez vous qu'il a été cité dans l’affaire CEN-SAD où il a pu en guise de récompense introduit ses deux filles qui travaillent depuis chez EL FADOUL. Lesquels sont payés à plus de 5 000 000 de F le mois au Bénin!!

 

# Cotonou 27-07-2011 16:41

Son fils travaille aussi chez Fadoul (à la Sonaec). L'ambassade de France fait partie du Bénin. Le seul truc, c'est que la police béninoise ne peut y pénétrer qu'avec l'accord de l'ambassadeur. N'empêche: est-ce qu'il y eu un autre diplomate au Bénin qui ait autant été mêlé à des coups tordus ?
Besancenot a renvoyé notre frère qui a sauvé la vie de la dame. Vous trouvez ça bien ? Qu'ont donné les enquêtes? A moins que pour bien étouffer l'histoire, il n'y ait pas eu d'enquête... Et nos autorités ? Parce qu'on est la compagne d'un conseiller, d'un ministre, ça vous donne le droit de vie et de mort sur quelqu'un ?!!!! Je ne suis pas d'accord avec Napoléon, cette dame FN s'occupait de nos étudiants qui sont le Bénin de demain. Cette histoire est bien trouble et n'est à l'honneur ni de la france, ni du bénin.

 

Adjinakou kla-kla 27-07-2011 16:56

Malgré tout ce que les uns et les autres reprochent à monsieur Besancenot, il n'empêche que nous l'avons nommé ou intronisé "Prince de Djimé" pour avoir été Ambassadeur de France près le Benin et grand facilitateur des soi-disant bonnes relations entre la France et le Benin.
A croire qu'on nous cracherait dessus ou qu'on nous pisserait dessus, nous serons toujours là à sourire et à dire merci. A croire que nous sommes vraiment des co.ns. Quel pu.tain destin de nègres!...

 

Cotonou 27-07-2011 17:47

Citation en provenance du commentaire précédent de Adjinakou kla-kla:

C'est tout à fait ça... Voir l'article il y a deux jours sur ridicule dont s'est ainsi couver le roi d'Abomey . Besancenot s'est constamment illustré par son mépris pour le peuple béninois (il n'a même pas daigné se déplacer à Abomey). Mépris aussi quand il licenci un "petit" béninois parcequ'il a sauvé la vie d'une dame. Et cette dame, c'était aussi une "petite" mais qui s'ocupait de nos frères. Oui, c'est une "petite" histoire, mais elle illustre bien tout ce que notre système a de puant et de corrompu. Merci à la LNT d'en avoir parlé. D'ailleurs, ds l'article, on lit aussi le mépris de Besancenot à l'égard de notre presse. LNT lui montre qu'il avait tort.

 

savalou 27-07-2011 20:22

le bénin va encore passer pour ce qu'il est: incapable de faire appliquer le droit. Ce qui compte = les relations (politiques). Pour les avoir = l'argent et/ou le sexe. Qui peut nous prendre au sérieux ? Personne n'en a marre ? Et c'est qui cette compagne de minsitre ?

 



 
 
 
Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :