Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 28 Décembre 2011

 
BENIN – MES VŒUX POUR 2012: L’Afrique outragée, l’Afrique humiliée, mais l'Afrique debout; Le Bénin outragé, le Bénin humilié, mais le Bénin debout

 

 
  

BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2012

 

 

 
Par Benoît ILLASSA
 
Quand ils sont venus tuer Kadhafi, je n’ai rien dit, je n’étais pas libyen;
  
Quand ils sont venus chercher Laurent GBAGBO, je n’ai rien dit, je n’étais pas ivoirien.
  
Cinquante ans après les indépendances de la plupart des pays africains, à qui le tour en 2012 pourrait-on dire.
  
Quand ils sont venus chercher Aboubacar TAKOU et Eric TCHIAKPE, je n’ai rien dit car je ne suis pas journaliste.
  
 
Deux pères de famille obligés de quitter femmes et enfants pour trouver asile à l’extérieur de leur propre pays, au moment même où chacun met les petits plats dans les grands pour fêter la nuit de la Saint Sylvestre. Ils sont devenus les premiers réfugiés politiques du Bénin depuis le Renouveau Démocratique de février 1990. Qu’on les aime ou pas, lorsqu’un pouvoir commence par museler la presse, la dictature n’est jamais loin.
 
 
Quand ils ont assassiné le juge Coovi, je n’ai rien dit, je ne suis pas Magistrat;
 
 
Quand ils ont assassiné DANGNIVO, je n’ai rien dit, je ne suis pas fonctionnaire du Ministère de l’Economie et des Finances;
 
 
Quand ils ont arrêté FAGBOHOUN, je n’ai rien dit, je ne suis pas membre du MADEP;
 
 
Quand ils ont arrêté Alain François ADIHOU, je n’ai rien dit, je ne suis pas membre de l’UBF;
 
Quand ils ont arrêté Simon Pierre ADOVELANDE, je n’ai rien dit, je ne suis pas salarié du MCA;
 
 
Quand ils ont arrêté le Procureur AMOUSSOU, je n’ai rien dit, je ne suis pas Magistrat;
 
 
Quand ils ont arrêté le Député Désiré VODONOU, je n’ai rien dit, je ne suis pas membre de FORCE CLE;
 
 
Quand ils ont assigné Benoît ILLASSA devant les tribunaux français, je n’ai rien dit, je ne suis ni de sa famille biologique, ni de sa famille philosophique, ni de sa famille politique;
 
 
Quand ils ont volé la victoire du Président Adrien HOUNGBEDJI par un K.O. frauduleux et imaginaire, je n’ai rien dit, je ne suis pas membre de l’UNION FAIT LA NATION.
 
Demain, quand ils viendront te chercher pour te priver de tes libertés, moi, Benoît ILLASSA, je me battrai pour que tu sois libre car ma liberté dépend de la tienne.
 
 
En 2012, comme déjà en 2011, j’ai décidé de me battre pour le respect de tes libertés publiques fondamentales partout où elles seront menacées.
 
A tous les tyrans, je crie avec toutes mes forces: LIBERTE, JE CHERIS TON NOM !!!

 

 

BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2012

 

 
 
Benoît ILLASSA

 



 
Tag(s) : #EDITORIAL

Partager cet article

Repost 0