Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

29 juillet 2010

  

La CNRMP, le second visage de ICC SERVICES au Bénin

 

Par Dénis POUGHELA

 

La création de la Commission Nationale de Régulation des Marchés Publics (CNRMP) a été une volonté de l'UEMOA en vue de l'harmonisation de la règlementation des Marchés Publics. Alors que les Institutions dans d'autres pays fonctionnent bien, au Bénin ce n'est pas pareil. Le nouveau code a mis du temps à être promulgué, les décrets d'application sont inexistants et le Secrétaire Permanent qui doit diriger au quotidien la CNRMP n'a toujours pas été nommé à cause du blocage de Symphorien TOÏ qui cumule tous les postes: il se dit Président de la CNRMP, Secrétaire Permanent de la CNRMP, et Chef Service de la même CNRMP...

 

Gagner 3 000 000 FCFA par mois à la CNRMP et se permettre de détourner l'argent du contribuable, d'extorquer la 406 peugeot de la CNRMP, gruger les réquérants et les soummissionnaires, ça va pas non. TOÏ Symphorien n'a aucune vergogne sinon il aurait déjà démissionné après le fisaco ATB International qui a coûté 4 milliards de FCFA à l'Etat Béninois. Il ne reste plus qu'à souhaiter que YAYI Boni se réveille enfin de sa torpeur et lui botte les fesses comme l'a demandé la commission d'enquête qui s'est penché sur les malversations.

 

Ce que TOÏ Symphorien, qui se dit Président à vie de la Commission Nationale de Régulation des Marchés Publics (CNRMP), fait dans ce service de la Présidence de la République est grave. Il détourne les subventions des Partenaires Techniques et Financiers, magouille avec les opérateurs économiques, rançonne les soumissionnaires qu'il est chargé de protéger. Si le secteur des Marchés Publics est aussi moribond au Bénin, on lui doit cela. Pourtant, son mandat de 3 ans non renouvellable a expiré depuis 2008, et il est désormais admis à la retraite. Il doit son imputé à son amitité avec le Président YAYI BONI qui le protège contre vents et marées. Sinon, comment comprendre que malgré le rapport de la Commission d'enquête mise sur pied par le décret N°2010-009 du 21 janvier 2010 et qui recommande son limogeage et sa mise en débet, TOÏ Symphorien soit toujours en fonction. Une chose est sûre, cette fois-ci, YAYI BONI ne pourra pas dire qu'il n'est pas au courant...

 

La Commission Nationale de Régulation des Marchés Publics est  depuis deux ans dans l'illégalité. Une illégalité qui la ligote carrément puisque l'institution n'est plus écoutée par les principaux acteurs (c'est l'exemple du ministère de la santé, l'institution dans laquelle travaille l'un de nos témoins). Et ça encore la Présidence est informée notamment, le Chef de l'État. Alors qu'il donne rapidement une légalité à cette institution phare en renouvelant les membres de la Commission, afin de lui permettre de jouer pleinement son rôle de premier organe des marchés publics au Bénin. Sinon, bientôt, la CNRMP donnera un second visage à ICC services. Telle est mon opinion.

 

La Commission Nationale de Régualtion des Marchés Publics (CNRMP) est un véritable fléau. C'est un ramassis de rond-de-cuir et de gratte-papier qui ne connaissent que dalle aux réalités des Marchés Publics alors qu'ils sont là à jouer aux experts. Le plus pathétique: c'est TOÏ Symphorien, le Président de cette institution. Il n'est vraiment pas à la hauteur de la noble tâche qui lui est confiée. Comment peut-il en être autrement? Le plus clair de son temps est passé à s'occuper d'une prorogation illégale et irréalisable de son mandat expiré à la tête de la Régulation qui est minée par la corruption, la gabégie, la concussion, la prévarication... Si le président Yayi Boni a encore quelque soupçon de morale à faire valoir, il doit au mieux limoger son ami TOÏ Symphorien ou tout au plus dissoudre cette commission, véritable vache à lait des membres FCBE.


Dénis POUGHELA

 



Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :