Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La loterie se porte bien, donc le Bénin va mal !

 

 

Un deuxième jeu lancé en moins de six mois. De l’aveu même de Bibiane Soglo, directrice de la Loterie Nationale du Bénin (LNB), sa structure se porte comme un charme. En d’autres termes, les Béninois sont de plus en plus nombreux à s’en remettre aux jeux de hasard. Il n’y a pas meilleur baromètre pour mesurer le moral des citoyens. Le constat d’échec est ainsi établi et ne laisse aucune brèche à la contestation.

L’Etat-providence agité en 2006 n’était qu’un mirage. Maintenant, place à la providence elle-même. Bibiane Soglo et tous ***les marchands d’illusions peuvent se frotter les mains. Le commerce des rêves n’est aussi florissant que quand la confiance des ménages côtoie le creux de la vague. Pas étonnant donc que la directrice nationale (de la machine qui permet de maintenir les populations dans de douces rêveries) en soit à pavoiser sur la vitalité de ses caisses. Pas étonnant non plus que les têtes pensantes de cette usine d’extorsion (légale) de sous aient choisi cette période de vache maigre pour mettre le turbo et passer à la vitesse supérieure. « Deux jeux lancés en moins de six mois », nous a-t-on rappelé. Et tout ceci ajouté à la pléthore de ceux qui existent déjà. Aucun enseignant abonné chez Bibiane Soglo ne risque de prétendre qu’il ne saurait quoi faire des rares jetons que la défalcation a oubliés sur son bulletin de paie.

 

A ce qu’il paraît, ce serait presque un acte d’anti-citoyenneté de ne pas apporter sa contribution personnelle à l’essor du biberon de la brave Bibiane et de ses employeurs internationaux tapis dans l’ombre, tant la raison d’être s’est parée de l’appât d’un charmant slogan : « Les lots aux gagnants, les bénéfices à la Nation » ! On savait déjà que même le chemin qui mène en Enfer est très souvent pavé de bonnes intentions. On ne saurait faire aux concepteurs de ce piège-à-rats le procès de leur ingéniosité. Pas plus qu’on ne saurait faire aux consommateurs boulimiques des produits de la LNB le reproche d’une naïveté pourtant enrageante. Parce que, s’ils ne permettent pas de mettre du sucre dans notre gari délayé, au moins les rêves aident à supporter les vicissitudes de la vie quotidienne. Et à entretenir l’espoir d’un (insaisissable) avenir meilleur.

Après quatre années de vaine poursuite d’une émergence promise assortie d’une prospérité partagée, il fallait bien trouver un palliatif au rêve de l’Etat-providence tel ‘‘le meilleur des mondes possibles’’ de Panglos (pour qui a lu Candide de Voltaire). Rapportée au syllogisme socratique, la situation pourrait se résumer ainsi : « Quand les jeux de hasard prospèrent dans un pays, c’est que le moral du peuple est au plus bas ; or les jeux de hasard prospèrent chez nous au Bénin ; donc le moral du peuple est au plus bas chez nous au Bénin ». Cqfd !

 

Vamos, Bibiane ! Vive l’émergence ! Et vivent les rêves impossibles pour que vive le Bénin du Changement !

 

Source: Le canard de la semaine



 

Tag(s) : #Politique Béninoise
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :