Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lettre du Continent N°636 du 06/06/2012
  
Laurent Gbagbo bientôt en Ouganda ?
 
C’est un épais document argumenté de 79 pages, complété par 52 annexes (dont 37 notes confidentielles), que Me Emmanuel Altit, conseil de Laurent Gbagbo, a déposé le 24 mai devant les trois magistrats de la chambre préliminaire 1 de la Cour pénale internationale (CPI), à La Haye. L’avocat français demande à la présidente de la chambre, Silvia Fernández de Gurmendi, et à ses deux assesseurs, Hans-Peter Kaul et Christine Van den Wyngaert, de déclarer la CPI incompétente à juger l’ex-président ivoirien en raison, notamment, de nombreux vices de procédure ayant précédé le transfert de son client à La Haye, le 29 novembre 2011.

Ce recours intervient trois semaines avant l’audience de cinq jours (du 18 au 22 juin) au cours de laquelle la CPI devrait confirmer à Laurent Gbagbo les charges pesant contre lui. Mais d’ores et déjà, tout laisse à penser que l'ancien président ivoirien pourrait bénéficier d’une "remise en liberté provisoire conditionnelle", comme ce fut brièvement le cas, le 14 août 2009, pour le Congolais Jean-Pierre Bemba. Selon nos informations, cette hypothèse fait, depuis quelques semaines, l’objet de discrètes tractations entre le bureau du procureur sortant, Luis Moreno-Ocampo, les autorités ivoiriennes, plusieurs gouvernements africains et de hauts responsables onusiens. Si cette demande aboutissait, Laurent Gbagbo s’envolerait aussitôt pour l’Ouganda, où le président Yoweri Museveni aurait accepté de l’accueillir, en attendant son éventuel retour à La Haye pour le procès proprement dit.

En attendant, Laurent Gbagbo a fêté en toute simplicité son 67e anniversaire le 31 mai, à l’intérieur de la Penitentiaire Inrichtingen Haaglanden, la prison néerlandaise où il est détenu depuis sept mois. Il était entouré, pour l’occasion, de quelques proches, parmi lesquels son ami socialiste français Guy Labertit, qu’il recevait au centre pénitentiaire pour la quatrième fois. Le petit cercle a arrosé l’événement avec du chocolat chaud et des sodas (Fanta) que les intéressés se sont procurés (1 € la boisson) au distributeur automatique de la maison d’arrêt. Seul bémol : sans qu’on n'en connaisse les motivations exactes, une note de service interdit dorénavant à l’ancien président ivoirien de recevoir de l’extérieur des livres et des vêtements. Seul son courrier personnel lui est transmis, après les vérifications d’usage.
 
 
© Copyright Indigo Publications. Reproduction et diffusion interdites

 

 

 

Tag(s) : #Politique Africaine

Partager cet article

Repost 0