Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Bénin en quête de 1,7 milliard de FCFA pour rénover son fleuron de l’industrie textile

 

 

Publié le 8 septembre 2011

 

(PANA) - Le Complexe textile du Bénin (COTEB), une des structures industrielles de la filière coton du Bénin et jadis fleuron de l’économie béninoise, est au bord du gouffre et sa rénovation nécessite un investissement de 1,7 milliard de FCFA.

 

Installé à Parakou, principale ville du Nord Bénin, située à 450 km de Cotonou, la capitale économique, ce complexe a amorcé depuis quelques années une descente aux enfers qui, si rien n’est fait dans l’urgence, sera préjudiciable à la filière coton et à l’économie béninoise.

 

Couvrant un domaine de plus de trente et un hectares (31ha), dont les bâtiments actuels n’occupent qu’une superficie d’environ trente mille mètres carrés (30.000. m2), le complexe textile du Bénin est une société industrielle qui a pour attribution la transformation du coton fibre en articles confectionnés à travers plusieurs processus allant de la filature à la confection de vêtements pour le marché national, régional et international.

 

Pannes répétées avec des engins dont les pièces de rechange ne sont plus disponibles sur le marché international, arriérés de salaires et de cotisations à la caisse de sécurité sociale au profit de ses agents, sont entre autres problèmes de cette structure, fermée déjà plusieurs fois, et dont la production ne comble pas encore les attentes.

 

Pour la rénovation de ce joyau, le gouvernement devra débourser 873 millions de FCFA pour des réparations et 806 millions de FCFA pour des équipements modernes dont une ligne de filature susceptible de rendre la structure performante.

 

Cet investissement permettra à la structure qui tourne actuellement au dixième de sa capacité d’atteindre son niveau de production initial qui est de 3000 tonnes, a déclaré l’administrateur provisoire du complexe, Jacob Ishola.

La rénovation de la structure permettra également de créer 2245 emplois contre seulement 650 actuellement dont 400 occasionnels.

 

Créée en 1971 sous l’appellation "Industrie dahoméenne de textile (IDATEX)", elle avait une capacité de transformation de 3000 tonnes de coton fibre par an avant la période de nationalisation des entreprises sous le régime marxiste léniniste(1972-1989). Devenue Industries béninoises de textile(IBETEX) en 1975, elle a été liquidée et fermée le 31 juin 1985 avant d’être reprise en 1988 par le groupe belge (UCO) sous l’appellation de Complexe textile du Bénin, une société anonyme de droit privé. Dès novembre 1992, le groupe belge a renoncé à l’exploitation de l’usine du fait des pertes enregistrées dues au faible niveau du chiffre d’affaire sur la période.

 

A la suite de la démission des Belges, les opérateurs économiques nationaux, ainsi que les institutions financières, notamment la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) et les banques locales (BOA, ECOBANK) ont pris la relève en adoptant un plan de restructuration à travers la recapitalisation de l’entreprise.

 

A ce jour, le capital social de l’entreprise est détenu à 54% par la Société nationale de promotion agricole (SONAPRA-société publique), la Banque ouest-africaine de développement (BOAD, 13,6%), les banques locales pour 5% , les sociétés cotonnières (15%), et 12, 4% par des actionnaires particuliers.

 

Depuis 1994, le COTEB traîne d’énormes difficultés qui se sont aggravées au fil des ans jusqu’à la dernière cessation d’activités en juin 2006. Grâce aux efforts conjugués de l’Etat, du conseil d’administration et du personnel de l’entreprise, des mesures de sauvetage furent adoptées et ont conduit à la reprise des activités six mois plus tard. Compte tenu de l’évolution de la technologie dans le textile et surtout pour satisfaire la clientèle nationale, régionale et internationale de plus en plus exigeante en produits textiles de meilleure qualité, le COTEB prévoit des actes plus ou moins importants visant à améliorer nettement le rendement. Il s’agit notamment de fidéliser les clients et accroître leur nombre, pérenniser le développement des activités de la société afin de devenir la meilleure industrie textile dans la sous-région.

 

Pour les experts, la réhabilitation des équipements actuels pourrait permettre d’améliorer le rendement des machines et d’augmenter la production annuelle. Estimée actuellement à 1056 tonnes de fils par an à la filature et 2.100.000 mètres linéaires de tissu au tissage avec une consommation de matière première (coton) de 1.500 tonnes environ, la capacité du COTEB pourrait passer à la production de 3.500 tonnes à 4.000 tonnes de fils métriques avec une consommation de 4.500 tonnes de coton fibre à la filature.

 

En outre, la production annuelle au tissage serait de 5.000.000 mètres linéaires de tissu, selon les spécialistes.

 



 
 
 
Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :