Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Le Bénin sous Yayi Boni: les ingrédients d’une “République Bananière, Dictatoriale et Voyou” ?

 

Détails

 4/07/12

 

Par Coffi Adandozan

 

SocButtons v1.5

A moins d’être aveugle, sourd et insensible aux problèmes de gouvernance auxquels le Bénin se trouve aujourd’hui confronté, on est en droit d’être inquiet du type de République vers laquelle nous évoluons.

 

Il y a déjà quelques années, notamment au cours du premier quinquennat de ce régime, quelqu’un avait déclaré que “nous avons touché le fond”. A présent, nous sommes nus de la tête aux pieds au plan de la gouvernance, C’est peu dire d’affirmer que la gouvernance de notre pays est devenue “folle”. Oui, nous avançons lentement vers une République bananière et toutes les analyses le confirment.

 

Selon Wikipédia, « le terme république bananière désigne à l’origine un pays peu développé, dont l’industrie repose typiquement sur la seule production de bananes, et dirigé par une petite ploutocratie autoritaire. Par extension, l’expression est utilisée pour qualifier, de manière polémique ou satirique, toute forme de régime politique considéré comme dictatorial ou corrompu. Cette expression s’est par la suite étendue aux pays qui, sous les apparences de républiques constitutionnelles, ne sont en fait que des dictatures »
Au-delà, la notion de « république bananière » est couramment employée dans un but polémique, pour qualifier des faits supposés de corruption ou d’abus du pouvoir. Et voici les faits qui nous rapprochent d’une telle République.

 

Amoussou et Sèhouéto, des prophètes dans leur pays

 

Le premier exploit de celui qui a pris les rênes du Bénin le 06 Avril 2006, à l’issue d’une élection présidentielle plébiscite, gagnée à 75%, c’est d’avoir confirmé la prophétie de deux hommes politiques qui ont pourtant contribué à son avènement au pouvoir. Il s’agit de Bruno Amoussou, alors Président du Parti Social-Démocrate(PSD) et de Lazare Sèhouéto, Président du Parti politique Force Clé. Le premier, dès janvier 2006, avait déclaré, s’agissant du candidat Boni Yayi, qu’il ne croyait pas à la génération spontanée en politique. Quant à Lazare Sêhouéto, il n’a pas hésité, dans l’entre-deux tours du scrutin et devant la forte poussée des populations en faveur de l’homme qui incarnait le changement, qu’il avait la conviction que le peuple s’est trompé, mais que son parti suivra tout de même la volonté du peuple. Adrien Houngbédji ajoutera le 19 Mars 2006, jour du second tour du scrutin, “qui va changer qui et qui change quoi?”
Aujourd’hui, par son style de gouvernance, son incapacité à apporter une réponse claire, cohérente et programmée aux préoccupations des populations, par sa volonté de “renverser la table du dîner” et mettre en mal la démocratie béninoise et enfin par sa focalisation sur les problèmes extérieurs, le Président de la République les a faits prophètes dans leur propre pays. Le second a d’ailleurs le mérite de n’avoir jamais participé aux gouvernements
successifs de Boni Yayi, malgré tous les appâts et les tentations orchestrés pour attirer son parti ou ses militants.

 

1. Une volonté de réussir jamais égalée et des énergies déployées qui n’aboutissent jamais àgrande chose

 

Une seule chose sur laquelle personne ne peut remettre l’honnêteté du Chef de l’Etat en cause, c’est bien sa volonté farouche de réussir contre vents et marrées, la mission à lui confiée en Mars 2006 par le peuple béninois. Sa détermination à opérer le changement attendu par le peuple et opportunément incarné et porté par lui restera dans la mémoire du peuple béninois comme l’une des références de notre histoire. En témoigne l’énergie qu’il a déployée au début du premier quinquennat et qui a motivé les sorties fréquentes et parfois impromptues sur le terrain de l’homme du changement. Il est juste qu’hommage lui soit rendu pour son engagement aux côtés du peuple, parce que sensible à la misère ambiante. Malheureusement, la volonté et la détermination quel que soit leur degré et leur intensité, ne suffiront jamais pour réussir au sommet de l’Etat. Et le Président de la République l’apprend à ses dépens, le peuple aussi d’ailleurs involontairement, lui qui est toujours la victime expiatoire, en raison de son niveau bas d’instruction dans sa grande majorité et qui peut facilement confondre l’humilité d’un homme avec son efficacité et sa capacité à résoudre ses problèmes. .

 

2. Le K.O. à tout prix qui illustre le manque de dignité et d’amour réel pour la patrie

 

Que le Président de la République et ses soutiens acceptent de souffrir que nous revenions sur le KO dont le pays traîne et traînera encore les séquelles pendant longtemps. De mon point de vue, ce KO, réalisé dans un contexte qui s’explique et qui se comprend aisément, symbolise le manque ou l’insuffisance d’amour réel du Président pour le Bénin et ses compatriotes. Celui qui aime un peuple ne le proclame d’ailleurs pas à tous les coins de rue. Mais plutôt, Il le démontre par la pertinence et l’utilité de ses actes au profit de son peuple et la grandeur de ses gestes pour le peuple. Disons-le tout net, la grandeur des hommes d’Etat se mesure à l’aune de leur capacité à consentir les sacrifices nécessaires dans l’intérêt de leur pays, lorsque les circonstances l’exigent. Le Président Soglo a perdu l’élection présidentielle de Mars 1996, après une relance économique sans précédent et alors que les principaux indicateurs socio-économiques du Bénin étaient bons. Battu par son prédécesseur le Général Mathieu Kérékou, il s’est retiré dans la simplicité, malgré sa surprise face à son bilan élogieux, au plan économique tout au moins. Le bilan du Président sortant en Mars 2011, dressé dans l’opacité et la confusion par les thuriféraires à quelques semaines du scrutin de Mars 2011 recelait tout ce que notre pays a connu de contre-performance au plan économique et social. Ils étaient les seuls à être contents et à se féliciter d’un tel bilan.

 
Le bilan était aussi fait d’un chapelet de scandales avec de troublantes révélations faites par certains de ses collaborateurs qui étaient surtout au
cœur de son pouvoir. Dans ces conditions, comment ne pas rappeler les conditions voulues calamiteuses de ce processus électoral de triste mémoire, conçu, planifié, organisé et exécuté avec la complicité de personnalités dont certaines devraient pourtant être les gardiens du temple. Un deuxième tour, mené dans la pure tradition de notre jeune démocratie n’aurait-il pas grandi notre pays et les Béninois? Sans aucun doute, un débat télévisé entre Boni Yayi et Adrien Houngbédji aurait aussi ajouté de la valeur à notre processus démocratique. Je rêve peut-être, mais n’est-il pas légitime de faire ce genre de rêve pour son pays? Chacun aurait présente son projet de société ou son programme politique, économique et social ainsi que sa vision et ses arguments pour faire avancer le pays. Chacun aurait également démontré son charisme et sa capacité de leadership et cet exercice aurait non seulement grandi les deux protagonistes, mais surtout servi de modèle à la jeunesse.

 
Si le Président Boni Yayi avait réellement de l’amour pour ce pays et pour son peuple, il aurait laissé le processus électoral se dérouler normalement et aurait lui-même déjoué le KO dans lequel résidai
ent la survie politique et les intérêts bassement matériels de ces personnalités. Les grands Hommes sont ceux qui savent prendre leurs distances, au moment crucial, vis-à-vis de ces considérations purement politiciennes et égoïstes. « Vanité des vanités, tout est vanité », dit-on. Le geste de l’ancien Premier Ministre Lionel Jospin est là pour nous édifier. Encore plus frais dans nos mémoires est celui de Nicolas Sarkozy dont tout le monde reconnait la valeur comme Homme d’Etat et qui vient de donner une leçon d’humilité après sa défaite au scrutin présidentiel du dimanche 06 Mai en France. Une telle chose ne se serait jamais produite dans le Bénin de Boni Yayi. Est-ce parce que la Constitution dit qu’on peut faire deux mandats présidentiels de cinq ans chacun qu’on doit passer obligatoirement dix ans au pouvoir? Le Président Soglo, de façon subtile a déclaré la semaine dernière à l’ouverture de la session du Conseil municipal de Cotonou, qu’on ne peut pas être au pouvoir juste pour le plaisir d’être là, il faut produire des résultats. Oui, l’Etat moderne est exigence de résultats et appelle à un sens aigu de responsabilité de la part des gouvernants. C’est pourquoi il doit être géré presque comme une entreprise et quand on n’est pas capable de délivrer des résultats, il faut partir si on veut du bien pour son peuple. Il n’y a pas d’autres alternatives possibles.

 
En se comportant comme il l’a fait pour s’accrocher au pouvoir avec la complicité de ceux qui ont dressé le lit de l’imposture, le Président Yayi Boni apparaît aujourd’hui comme un candidat solitaire sérieux devant le tribunal de l’histoire, celle-là même qui est implacable, parce qu’il rend ses jugements au nom du peuple floué par la ruse de ses dirigeants. La manière dont le processus électoral de Mars 2011 s’est déroulé dans notre pays n’honore ni le pays, ni les organisateurs d’une telle infamie.

 

3. La saignée se poursuit

 

Les affaires politico-économiques qui jonchent la vie quotidienne de notre pays et les drames sociaux que vive la communauté nationale du fait des grèves à répétition des différents corps de l’Etat confrontés à la rudesse du prétendu dialogue social, démontrent à quel point la saignée n’est pas terminée. Qu’il s’agisse du dossier lié au disfonctionnement voulu de la filière cotonnière, du programme de vérification des importations (PVI) ou encore des tentatives de révision de notre constitution dans les conditions que tout le monde sait désormais, tous ces dossiers constituent l’illustration patente, d’une volonté délibérée et d’un choix de conduire le Bénin et son peuple dans le mur de l’incertitude économique et de l’instabilité politique, car, que veut le Président de la République en gouvernant notre pays de la sorte? A –t-il un agenda caché ou pense-t-il que le peuple est encore au début des années 1960? Lorsqu’on observe la manière dont les affaires publiques sont gérées dans notre pays aujourd’hui, on a de la peine à croire que ce sont des cadres qui sont au gouvernail. Quand on ajoute à cela le harcèlement des opérateurs économiques nationaux, créateurs de richesse et donc d’emplois, on est en droit de se demander si les dernières expéditions militaires à Allada et en haute mer pour s’accaparer des intrants de la Société SDI ne relevant pas de la volonté de créer un Etat hors-la loi qui met à mal la sécurité des investissements dans notre pays. “ Que veulent au juste le Président de la République et son gouvernement?”.

 

Le Bénin est l’un des rares pays ou les gouvernants traitent les opérateurs économiques nationaux comme des adversaires que l’on soumet à toutes sortes de supplices. Sébastien Ajavon, Patrice Talon et bien d’autres opérateurs économiques qui ont préféré garder le silence, font ainsi les frais d’un régime d’incohérence, de contradiction et de médiocrité jamais égalées dans l’histoire de notre pays, en matière de conduite des affaires publiques. Qu’est-ce qui nous vaut un tel sort? Ceux qui conduisent notre pays vers l’incertitude savent-ils que le pays nous appartient à nous tous ? Savent-ils encore qu’ils sont mandatés par le peuple pour travailler pour le peuple ou s’imaginent-ils le peuple à leur service?

 

4. Le Président n’est jamais au courant de rien

 

L’autre exploit (parmi tant d’autres) de ce régime, c’est aussi que le Président ne sait jamais rien et n’est jamais informé de rien. Inutile de revenir sur les scandales politico-économiques du premier quinquennat dont le Président n’est jamais au courant. Inutile encore de ressasser les affaires dont celle l’enlèvement d’Urbain Dagnivo qui faisait tellement de bruit que c’est après que tout le monde se soit presque tu que le Président dit qu’il venait d’en être informé. La suite on la connaît et c’est Dieu qui consolera les parents de la victime, tant ce dossier est passé à la trappe de l’oubli. Mais le plus ahurissant, c’est la révélation d’un membre du gouvernement qui a affirmé devant ses compatriotes, il y a quelques semaines que le Président des Béninois, n’avait pas lu le contrat PVI avant de signer le Décret portant sa mise en œuvre. Trop, c’est trop! Si ce n’est pas un mépris pour le peuple, cela y ressemble fort bien.

 

5. La Justice écartée ou instrumentalisée

 

L’un des ingrédients de cette République en devenir, c’est l’isolement de l’appareil judiciaire. La Nouvelle Tribune a cité dans un récent article, la longue liste des scandales politico-financiers jamais portés en justice. Quel pays veut-on construire en tournant le dos à la justice? Quelle démocratie veut construire en écartant la justice des dossiers pourtant à relent pourtant judiciaire? Ainsi, le dossier ICC-Services était d’ordre administratif et traité comme tel comme l’est à présent le contrat PVI. Quand est ce que les nombreux scandales qui ont jalonné le premier quinquennat seront connus et traités par la justice de notre pays? Par contre, on est prompt quand on le veut, à instrumentaliser les responsables de la justice et même de grandes institutions d’Etat pour régler des comptes à des amis tombés en disgrâce parce qu’ayant refusé de se sacrifier ou de cautionner l’incompétence et l’incohérence.


Dans quel pays sommes-nous quand les populations ne sont jamais informées des résultats des enquêtes menées surtout à la suite des faits criminels? Christophe Houngbo, journaliste parlementaire émérite a disparu avec sa famille dans des conditions indescriptibles. Y-
a-t-il une instruction en cours pour éclairer tout au moins sa famille sur ce qui s’est passé afin qu’on évite le même sort à d’autres compatriotes? L’assassinat de Madame Bernadette Sohoudji Agbossou, ancien Ministre et pourtant membre de la mouvance présidentielle a- t-elle jamais été élucidé ou le sera-t-il un jour sous ce régime? Cela fait peur et nous devons nous en préoccuper.

 

6. User de la ruse contre son peuple ne saurait jamais produire le résultat escompté

 

La ruse, c’est l’autre atout de ce régime, qui fonce, fonce et fonce encore, malgré la kyrielle de Conseillers politiques, économiques et autres, dont on ne doute plus de la responsabilité dans la déconfiture de la gouvernance de notre pays et l’échec global qui s’annonce, si les choses se poursuivent ainsi. Le projet de révision de la Constitution du 11 Décembre 1990 rentre dans la catégorie de cette ruse qui est utilisée pour s’accrocher au pouvoir, comme a été détournée, l’opportunité de la LEPI, pourtant conçue pour renforcer le processus démocratique. Un vrai gâchis du capital politique de ce pays et de ce peuple qui fait l’admiration des autres pays du continent en s’engageant, avec ferveur et espérance, dans la voie de la démocratie au début des années 1990. C’est dans la même logique que le Président du PRD a été reçu au Palais de la Marina, a la veille du voyage du Chef de l’Etat aux Etats Unis. Une opération cosmétique pour se donner bonne conscience et montrer au Président d’un pays de Démocratie séculaire qu’on dialogue avec l’opposition dans son pays. Utiliser les autres comme faire valoir de sa randonnée, c’est ce àquoi nous astreint le Président et c’est cela sa conception de la démocratie. A quand la suite de la parodie de dialogue politique? Le dispositif de la ruse est encore mis en place dans le cadre de la correction de la LEPI. On vient de déclarer qu’on veut que l’opposition désigne un Chef qu’on veut consulter. A quoi veut-on user l’opposition après plus de six ans de lassants monologues et d’improvisations qui nous ont conduitsdans le décor?
Mais la ruse face à un peuple innocent et travailleur, est comme du beurre au soleil. Comme le dit un adage bien de chez, nous, “On demande à Migan pourquoi il ne pleut pas. Il répondit que tôt ou tard, il pleuvra!”.

 

7. Finir avec la conspiration du silence

 

Le Bénin est l’un des rares pays au monde ou personne ne sait quel est le statut salarial du Président de la République. Est-il au-dessus des lois de la République? Malgré des lettres adressées par des citoyens aux institutions pourtant chargées de veiller au bon fonctionnement des institutions de notre pays, c’est le silence plat. Même l’Assemblée Nationale, investie des pouvoirs suffisants pour se saisir de ce dossier au moyen d’une interpellation et d’une enquête parlementaire, ne semble pas réagir outre mesure. L’opposition, elle s’est aussi réfugiée, comme d’habitude, derrière son mutisme habituel, laissant le peuple à lui-même et à son sort. C’est une situation qu’on ne trouve que dans les pays qui ploient sous le joug de la dictature ou les institutions et les textes qui régissent leur fonctionnement n’existent pas, ou lorsqu’ils existent, ils sont rangés au placard, au profit d’une gestion par les humeurs du Prince, le mépris du peuple, la confiscation du pouvoir et la prédation sur les libertés publiques. La chasse à ceux qui osent dire que cela ne va pas fait aussi partie des pratiques. C’est une République de non droit ou seul compte par la force, la volonté du Prince et de ceux qui ne vivent et ne respirent que par lui.

 
Même s’ils ont mis du temps
à réagir, certaines personnalités et institutions religieuses et laïques ont commencé à exprimer leur inquiétude sur le drame qui se joue dans notre pays et qui compromet dangereusement nos chances de nous hisser au niveau des pays qui retrouvent le chemin de la croissance en Afrique de l’Ouest. Qui l’eut cru? Des économistes et banquiers qui ont détruit l’économie béninoise et plombé les ressorts de la croissance économique. Ailleurs, ils auraient déjà par eux-mêmes rendu le tablier. Malheureusement et comble du ridicule, ils ont encore le courage et les ressources d’étaler avec arrogance, leur incurie devant les partenaires techniques et financiers qui ont osé porter des critiques objectives sur la gouvernance au Benin.

 

8. Ce qui nous arrive est-il notre sort?

 

Comme probablement des centaines de milliers de Béninois, je me refuse à croire que ce qui nous arrive relève de la fatalité. Ceux qui ont claironné à la Conférence Nationale que le peuple béninois a vaincu la fatalité, n’ont pas hésité à participer à l’installation d’un système qui envenime la misère des populations, sape les bases de notre économie et détruit les acquis démocratiques. S’ils sont contents de ce qui se passe, le peuple leur donne rendez-vous devant la justice de l’histoire. En attendant, les divers fronts qui symbolisent un début de sursaut patriotique pour que ce pays retrouve tous ses attributs de pays envié pour la vitalité de sa démocratie et la qualité de sa gouvernance sont à encourager et méritent notre soutien et notre solidarité. Aujourd’hui, la pauvreté s’est installée au sein des populations et aucune perspective heureuse ne pointe à l’horizon pour sauver l’économie et créer de meilleures opportunités pour le peuple de s’en sortir. L’émergence et le changement promis ont tourné au vinaigre.

 

On est passé du changement à la refondation, n’est-ce pas mettre la charrue avant les bœufs? Le compte à rebours a déjà commencé pour ce régime!

 

Coffi Adandozan
Economiste planificateur Lille,
France

Source : LNT

Tag(s) : #Contribution de la Diaspora

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :