Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Témoignage 19/10/2011

  

  

Le Bon Coin : j'ai testé l'arnaque des béninois sur internet

 

 

 

 

Je prends contact avec le vendeur. Moins d'une heure après, celui qui prétend s'appeler André Patrick m'explique dans un très mauvais français qu'il déménage et doit donc se séparer de la machine. Il joint deux photos (piquées sur une annonce eBay). N'étant pas là, c'est son cousin qui s'occupe de la suite de notre affaire.

 

Le Corrézien envoie son e-mail du Bénin

 

Privilégier les échanges de main à main

Ancien webmaster, Stéphane Laurent travaille aujourd'hui dans le commerce de cigarettes électroniques.

 

Contacté par Rue89, une porte-parole du Bon Coin rappelle que les échanges de la main à la main sont « les meilleures garanties d'une bonne transaction ». En amont, « les 500 000 annonces déposées chaque jour sont validées avant publication par une équipe de modérateurs » (clarté du descriptif, bonne catégorisation, respect des règles) et des messages d'alerte mettent en garde les internautes. Notamment au moment de contacter un vendeur.

 

Une vérification des en-têtes dans la source du mail confirme déjà mes doutes : ce prétendu Corrézien envoie son mail depuis une adresse IP au Bénin. L'escroc demande mes coordonnées afin de me livrer d'urgence : je lui donne un nom bidon, mon numéro et l'adresse de la gendarmerie locale, au cas où il se déplace quand même.

 

Quatre heures plus tard, nouveau mail. On m'informe que je serai livré le lendemain et que je devrai réunir dès ce soir la somme en liquide. Le lendemain vers 13 heures, coup de fil du cousin transporteur avec un fort accent : il me dit qu'il arrive vers 17 heures.

 

Je reçois son courriel (posté de nouveau du Bénin). Il me confirme la livraison :

« Je n'accepte pas la liquidité pour mes livraisons car j'ai été victime de braquages et de faux billets. [...] Je procède par chèque de La Poste (mandat cash urgent) que vous allez établir au nom du propriétaire de la tondeuse (M. Patrick André) et que vous allez me donner à la livraison en échange de la machine. Au cas où la tondeuse ne vous conviendrait pas, vous retournez encore à La Poste retirer vos 1 000 euros avec votre reçu du mandat sans payer aucun frais. »

Le code du mandat cash

 

Le mandat cash urgent est limité à 1 500 euros. Une fois rempli à La Poste, l'argent est instantanément disponible et peut être retiré dans n'importe quel bureau de poste avec une pièce d'identité et le numéro confidentiel du mandat. Toute l'astuce va consister à me soutirer ce numéro sans que je m'en doute.

Nouvel e-mail de M. Patrick :

« Compte tenu de mon indisponibilité, le paiement se fera sur les coordonnées de mon conseiller financier. »

Ce dernier viendra donc récupérer l'argent à La Poste avec ses (faux ? ) papiers. Nouveau mail :

« Ne précisez pas à l'agent de La Poste que c'est pour un achat si non elle vous taxera [...] jusqu'à 288,75 euros [...], mais que vous effectuez l'envoi pour un ami. »

Mieux vaut rester discret, apparemment. Peu avant 15 heures, heure à laquelle je suis censé me rendre à La Poste, le transporteur me rappelle : il m'explique à son tour comment faire le mandat et insiste beaucoup pour que je dise que c'est pour un ami. Sa voix est très directive, presque autoritaire. J'ai beau jouer la comédie, j'aurais presque peur.

 

Trente minutes après, nouvel appel. Et nouveau mail : il contient un lien vers un faux site de La Poste, censé vérifier le mandat avec un formulaire où il faut noter... le numéro confidentiel (soi-disant masqué). J'entre un faux, le site me dit que le mandat n'existe pas. Toujours est-il que l'escroc, ainsi, le connaît.

 

« Vous n'êtes plus intéressé ? »

 

Inquiet de ne rien avoir reçu, le transporteur me rappelle. Il doute de mon honnêteté (on aura tout vu ! ) et devient agressif. Je lui dis que c'est un escroc : la conversation s'arrête là.

Le soir, je reçois un dernier mail du Bénin de M. Patrick, pas dégonflé :

« Votre silence explique bien que vous n'êtes plus intéressé ? »

Le lendemain, je retente avec une annonce d'un tracteur bradé : je reçois un e-mail comme celui de la tondeuse. Bonne pioche. Je décide d'envoyer un message au Bon Coin pour faire supprimer l'annonce. Réponse laconique :

« Après relecture de l'annonce, celle-ci semble effectivement douteuse ou ne pas correspondre à nos règles de diffusion. Nous allons donc la retirer du site. »

LeBonCoin.fr est devenu en cinq ans le site de la petite annonce et le complice passif des escrocs en tout genre. La validation est automatique, au mieux restreinte. Alors qu'une simple vérification du prix, de l'IP (comparée au code postal) ou un recoupement des coordonnées suffirait à éviter bien des arnaques. Car mon « M. Patrick » qui vendait une tondeuse à Tulle bradait aussi une voiture dans la Meuse et une moto à Paris.

 

J'ai eu la même expérience sur leboncoin.fr en cherchant un appartement en location. J'ai répondu à une annonce à un prix un peu inférieur aux autres.
« Vanessa » m'a répondu qu'« 'elle » était expatriée à Londres et demandait un loyer raisonnable pour ne pas laisser son appartement à l'abandon. Mais pour ne pas revenir de Londres pour rien, je devais montrer que je disposais du montant de la caution (un mois de loyer soit 600 euros) en mettant cet argent sur un mandat cash de La Poste.
Je suis plutôt méfiant, donc j'ai cherché quelques infos sur les mandats cash. Le site de la poste précise qu'il ne faut utiliser cela qu'avec un bénéficiaire qu'on connaît personnellement, et j'ai trouvé plein de témoignages d'arnaques de ce type.
Donc j'ai répondu que je ne ferais aucun mouvement de fonds sans avoir visité l'appartement. Réponse :

Bon vous faite comme bon vous semble il y a pas de d'obligation et je ne vous force pas a louer mon appartement.
–.
Du coup j'ai de même tracé l'adresse IP d'origine des mails : Cotonou au Bénin. Il semble que ce soit devenu un sport local, les arnaques sur leboncoin.fr...

 

 

Source: Rue 89

 



 
 
 
Tag(s) : #Politique Béninoise