Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

20/07/2011

 

Le conseil constitutionnel s'apprêterait à bloquer la candidature de Wade: Me Robert Dossou attendu au Sénégal pour sauver le trône de Wade

  

 

Par Malickou Ndiaye

 

 

Le Conseil constitutionnel décidé à dire le droit, la candidature du président Wade vers le blocus


Ce ne sont plus l’opposition et le mouvement « Y’en a marre » qui vont s’opposer à la candidature du président sortant, Abdoulaye Wade. S’il ne prend pas la voie de la sagesse, le Conseil constitutionnel, seule instance habilitée à juger de la légalité de sa représentation, va lui opposer une fin de non-recevoir. Nos sources sont formelles.

S’il ne se résigne à quitter sagement le pouvoir à la fin de son présent mandat, le président Wade va vers l’humiliation de sa vie. Il risque bien de sortir de l’Histoire par la petite porte.

Car, de sources généralement bien informées, les sages du Conseil constitutionnel sont décidées à dire ce que l’opposition et les rappeurs et jeunes engagés dans le mouvement « Y’en a marre » pensent : il n’a pas droit à se représenter pour tenter de briguer un troisième mandat ; ceci, à l’âge de 89 ans.

Les membres de cette juridiction suprême, seuls habilités à confirmer ou infirmer une candidature, ont décidé de s’opposer à sa volonté ; ceci, selon des sources très informées, au regard des textes sur lesquels ils se fondent pour dire le droit. Par cette volonté, les magistrats entendent, de même éviter au Sénégal le danger de l’affrontement de tous les risques.


Ils ont été profondément marqués, selon nos interlocuteurs, par les événements du 23 juin dernier. Ce jour là où le peuple avait bravé les forces de l’ordre pour pousser le gouvernement à retirer le projet de loi instituant l’élection simultanée du président et du vice-président que les députés examinaient en séance plénière.

Le projet fut retiré avant la fin de l’après-midi, après une très longue pause. Pour l’heure, les membres du Conseil constitutionnel souhaitent que le président sortant mette au dessus de ses intérêts ceux du Sénégal. A défaut, jurent nos sources, « ils prendront leur responsabilité historique ». Pourvu que le père de Karim se plie à la volonté populaire, malgré l’exhorte de ses proches inquiets de ce que sera l’après Wade.

Malickou Ndiaye, KOACI DAKAR


 


 

 
 
 
Tag(s) : #Politique Africaine

Partager cet article

Repost 0