Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

27/05/2013

 

 

LETTRE AU FRÈRE PASCAL VESIN Prêtre franc-maçon démis de ses fonctions à la demande du Vatican - Doyen O.B.Q.

 

 

Par Olympe BHÊLY-QUNUM.

 

 

In Eminenti apostolatus specula. Voilà, en latin, le syntagme de la bulle du pape Clément XII datant de 1738 en vertu duquel le Vatican condamne 2013 le R P Pascal Vesin parce qu’il est Franc-Maçon ; Franc-Maçon de la Grande Loge Unie d’Angleterre, je lui dis publiquement ma sympathie, ma Fraternelle amitié et le soutiens de n’avoir pas fait mystère de son adhésion à la Franc-Maçonnerie.

 

Il ne s’agit pas ici de faire la publicité pour opuscule petit format de 75 pages épuisé intitulé LES FRANCS-MAÇONS (Récit d’une enquête), écrit entre 1954-1955, publié en 1997, au Bénin, à l’occasion d’une réunion internationale de Francs-Maçons, mais de souligner, comme le déclarait déjà un personnage de l’ouvrage : « malgré les rôles humanitaires que des Maçons ne cessent de jouer dans toutes les circonstances de la vie modernes ; malgré ,aussi, le contexte désormais archaïque d’une excommunication proclamée en 1738, les âpes, depuis Clément XII, cautionnent la position de ce dernier contre nous dans In Eminenti apostolatus specula »

 

 

Si je devais autoéditer cet ouvrage comme il m’arrive de la faire pour tout manuscrit refusé par trop d’éditeurs, je mettrais en exergue cette phrase de Kafka : « Ecrire, c’est s’ouvrir jusqu’à l’excès ; l’extrême sincérité et l’extrême abandon dont on use dans les relations humaines sont loin d’être suffisants pour l’écrire. Ce qu’on emporte avec soi de cette surface n’est rien et s’effondre à l’instant où un sentiment plus vrai fait vaciller ces couches superficielles. »[1]

 

 

J’ai mené cette enquête après mon Initié au Nigeria, en 1954, revenu en France où je vivais depuis 1948, le hasard me fit rencontrer en des Français bon teint : grands bourgeois, Députés, Préfets, Professeurs de l’Université, etc. ; dérouté par la profusion des obédiences françaises, un ami, me croyant profane en quête d’être initié me suggéra la Grande Loge Opéra ; on voulait me re-initier ou me « régulariser ».Tout se passa bien ; nous étions deux impétrants ; celui qui sera mon Frère P C était Commissaire divisionnaire ; il sera Docteur en Droit ; il joua un rôle extraordinaire dans ma vie quand Ngarta Tombalbaye, président du Tchad, voulait me faire assassiner après avoir fait abattre le Dr. Bono ( rue de la Roquette, à Paris…)

 

 

J’ai quitté la Grande Loge Opéra quand un autre ami me fit découvrir la GLNF en précisant :« c’est l’obédience reconnue en France par la Grande Loge Unie d’Angleterre »; puisque j’ai été initié dans une obédience anglophone, j’ai adhéré à la GLNF. Ce n’est pas le lieu de raconter mon action avant de démissionner en 1981, mais ceux qui fréquentent les RL La Croix du Sud et Félix Eboué n’oublient jamais de me faire entendre : « tu as laissé des traces indélébiles », « tes empreintes qui perdurent…»

 

 

Je mentionne ici un Frère parce qu’il n’est plus de ce monde : Alec Mellor, un Grand Avocat, catholique et Franc-Maçon que j’ai bien connu ; écrivain de grand talent, auteur d’une…vingtaine ou trentaine d’ouvrages dont certains sont consacrés aux problèmes de l’Eglise et la Franc -Maçonnerie, il a lu mon Récit d’une enquête ; nous nous rencontrions à la GLNF, parfois, à la maison : chez lui à Paris, ou chez moi, à Poissy, avec, souvent Arthur Barnett, Grand Maître provincial dont j’étais un des Assistants ; le trio se croisait parfois à Londres, dans les couloirs de la GLUA quand chacun assistait à une tenue de sa Loge ; nous pouffions doucement, parlions un peu avant d’enfiler un autre couloir. Jean-Claude Desbrosse fréquentait la RL La Croix du Sud ; lui aussi venait à Poissy ; je crois qu’il était Dominicain ; c’est par un Frère, Président du Tribunal de Grande Instance que appris son décès (cancer, je crois).

 

GODF ? Je connais beaucoup de Frères ; mon avocat est de cette grande Obédience ; quant à la GLF, je fréquentais la Fraternelle de la Presse quand je résidais dans la région parisienne ; j’ai des rapports avec quelques écrivains, journalistes, etc. ; nous déjeunons, discutons quand je vais à Paris ; c’est dire que, quelle que soit l’obédience dont il relève, un Frère ou Sœur a mon estime et je respecte son choix.

 

Mon BAF Pascal Vesin, je te suggère la lecture de deux ouvrages du regretté RF Alec Mellor, à savoir : Nos Frères séparés, les Francs-Maçons, et La Franc-Maçonnerie à l’heure du choix.

 

Franc-Maçon de la Grande Loge Unie d’Angleterre, je suis catholique ; feu Cardinal Bernardin CANTIN, mon compatriote, mon aîné, était un Grand Ami qui déjeunait en famille chez moi ou invitait ma femme et moi à déjeuner au Vatican chaque fois que nous allions à Rome ; comme tous les QUENUM ecclésiastiques, il n’ignorait pas mon appartenance à la Franc- Maçonnerie ; jamais il ne m’en faisait la moindre allusion ; au Bénin, notre pays natal, ses lettres, les cartes postales qu’il envoyait à ma femme et à moi lors de ses voyages à travers le monde rendraient jaloux les courtisans et autres grenouilles de bénitier.

 

Tu as choisi d’être Franc-Maçon comme tu avais choisi d’être Prêtre et on t’a ostracisé, excommunié ? Qu’à cela ne tienne, reste toi-même. Tu es mon Frère.

 

 

Très Fraternellement, je te donne l’accolade.

 

 

Olympe BHÊLY-QUENUM.

 

 

www.obhelyquenum.com

 

 

azanmado@aol.comou : bhely-quenum.olympe@neuf.fr

 

 

Tél : o4 66 81 95 47.

 



 

[1] Lettres à Felice, édits Gallimard, Paris 1972.

 
 

 

 

 
 
Tag(s) : #ACTIVITES MILITANTES

Partager cet article

Repost 0