Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moussa-Mara1-200x160.jpg

 

 

12/04/2014

 

Mali: Qui est Moussa Mara, le nouveau premier ministre ?

 


Moussa MARA est l’un des jeunes loups de la scène politique nationale. L’ascension du nouveau ministre de l’Urbanisme et de la Politique de la ville  a été fulgurante. A sa nomination au gouvernement de Oumar Tatam LY comme ministre de l’Urbanisme et de la Politique de la ville, il était le maire de la Commune IV du District de Bamako.

 

Moussa MARA est né le 2 mars 1975 à Bamako. Son père, militaire de rang, était en ce moment membre du Comité militaire de libération nationale, Ministre de la Justice et Maire de Kati, une ville garnison située à 15 kilomètres de Bamako. Kati fut ainsi le premier berceau de Moussa MARA. Sa maman, fonctionnaire aux affaires sociales, a eu deux autres enfants avec Joseph (Fanta la grande sœur et Mamadou le petit frère). Comme cela arrive souvent dans les régimes militaires, M. Joseph MARA fut arrêté en 1978. On lui reprochait officiellement sa gestion de la mairie de Kati et du ministère de la justice. Il a été condamné à 5 ans de prisons, peine qu’il purgea à Taoudenni, bagne célèbre et redoutée au Mali.

 

Moussa MARA fit ses études primaires à l’IPEG Annexe entre 1980 et 1989. Il entre ensuite au lycée Askia Mohamed pour des études secondaires. Le jeune MARA obtint son baccalauréat trois ans plus tard avant d’entamer un riche cursus en France à l’Intel de Paris d’où il revient avec un diplôme en expertise comptable.

 

Convaincus de l’originalité de leur démarche et de la possibilité que celle-ci constitue un facteur de progrès dans notre pays, Moussa MARA et ses amis décidèrent de s’engager dans les élections législatives, sous la bannière indépendante qui correspondait le mieux au caractère de leurs actions. La liste franchit ainsi le premier tour en seconde position sur dix sept postulants (avec 30% des suffrages contre 31% pour le premier) mais ne parvint pas à remporter l’élection avec un score de 48,5% au second tour. Cet échec, comme celui de 2004, loin de constituer un découragement galvanisera encore Moussa et ses compagnons qui ont pu constater à quel point les populations, dans la commune et au delà, ont pu adhérer à leur discours et à leurs méthodes. Ils ont constitué une liste aux élections municipales de 2009 sont enfin parvenus, à leur troisième tentative, à remporter cette élection. Mr MARA a été élu maire de la commune IV du district de Bamako le 19 mai 2009.

 

L’expert comptable entre plus tard en politique et se présente aux élections législatives de 2002 en tant que candidat indépendant et met en ballotage défavorable Ibrahim Boubacar Kéïta qui l’emportera quand même au second tour. Mais le jeune Mara fait son chemin. Le 19 mai 2009, il prend la mairie de la Commune IV avant que son mandat ne soit interrompu en février 2010 avec la mise en place d’une délégation spéciale à la tête de la commune. Sans polémiquer sur les motifs de l’annulation de ces élections, il faut simplement noter que la commune IV a été la seule collectivité de Bamako voir ses élections annulées alors que des contentieux similaires ont concerné toutes les autres communes.

 

Après 12 mois d’exercice de la délégation spéciale, des élections ont été organisées en février 2011. Moussa MARA, cette fois ci candidat en tant que tête de liste YELEMA a triomphé de nouveau. Cette fois avec un résultat sans appel et nettement supérieur à celui de 2009 (19 conseillers sur 41 contre 14 conseillers sur 41) et dépassant largement le double de la liste arrivée en seconde position. M. MARA retrouve son fauteuil de maire le 07 mars 2011.

Impliqué au plan local, l’ancien maire (il a démissionné de son poste à la faveur de son entrée au gouvernement) est président du parti YELEMA (le changement en bambara), une jeune formation politique créée en 2010. Candidat à l’élection présidentielle avorté de 2012, il remet ça en 2013. Il est éliminé au premier tour.

 

Il est marié et père de deux enfants.

 

 

Source : Rédaction Financial Afrik – Pour Financial Afrik.

 
 
  
  
Tag(s) : #Politique Africaine

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :