Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Modeste KEREKOU dans un gouvernement au Bénin !?

 

 

La jeunesse béninoise se trouve de plus en plus déboussolée car n’ayant plus de modèles. La politique a été pervertie à tel point que l’on se demande s’il ne faut pas intégrer désormais le concept d’humanisme à la politique.

 

Huit sorties, huit entrées. Surprise pour certains et pour d’autres rien d’étonnant : Modeste Kérékou est membre d’un gouvernement au Bénin, et c’est celui de Thomas Boni Yayi. Le même Thomas Boni Yayi qui, hier, était mauvais gestionnaire de la chose publique, dixit le digne fils à son père. S’est-il découvert des fibres patriotiques, comme cet autre Honorable député à l’Assemblée nationale qui a promis de ramener vers la mouvance présidentielle ses ex partisans ? « Verba volant, scripta manent » disent les Latins. C’est-à-dire : « Les paroles s’envolent, les écrits restent ». Mais les griefs du tout nouveau ministre contre le gouvernement du changement sonnent encore dans les oreilles de ses compatriotes comme si elles dataient d’hier. Les Béninois, ainsi, ont encore à l’esprit les mots forts d’alors, de la jeune recrue du changement sur les chaînes de télévision de la place. On avait cru alors voir un digne fils qui pouvait faire rêver tout père. L’ouvrage, ‘’Mon combat pour la parole’’ de ‘’mademoiselle le Ministre,’’ lancé le vendredi 30 janvier 2009 au SOFITEL ARC DE TRIOMPHE à Paris en France, et le vendredi 13 février 2009 au Bénin Marina Hôtel à Cotonou, a en effet suscité un tollé de désapprobations, au nombre desquelles celle de son désormais collègue. C’était le 13 février 2009 sur la télévision canal 3. Notre nouveau ministre avait fait un développement où il était question de faire ressortir les ‘’contre-vérités’’ qui seraient contenues dans le livre, et qui ne viseraient qu’à jeter l’opprobre sur son ancien président de père. A l’endroit du gouvernement et de son chef, il avait déclaré ceci : « Le non-respect de la parole donnée et des engagements librement souscrits, la corruption politique, le débauchage à coups de millions des responsables et ou élus des partis politiques (RB, PRD, UPR , …) et la non- budgétisation pendant deux ans des revenus de la filière des véhicules d’occasion ont laissé de sérieux doute quant au degré de vertu des nouveaux princes moralisateurs et donneurs de leçons. » On est bien fondé aujourd’hui à demander au citoyen patriote d’alors, si ces actes de mal gouvernance dénoncés ont déjà cessé.

 

En tout état de cause, on peut dire que Monsieur le jeune Ministre des jeunes, aura écrit sur du sable tous les mauvais souvenirs pour qu’enfin le vent du changement les balaie. Mais qu’en est-il de ce qu’il aurait gravé sur la pierre ?

 

Le Canard de la semaine



Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :