Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Issifou-Mahamadou---Niger.jpg

 

 

02/08/2014

 

 

NIGER : Pour Issoufou Mahamadou, les travaux du chemin de fer Niamey-Dosso- Cotonou ont été lancés mais le pétrole nigérien ne passera pas par le port de Cotonou. L’évacuation, par pipe, se fera par le Tchad et le Cameroun !!!

 

 

 

 

 

MESSAGE A LA NATION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR ISSOUFOU MAHAMADOU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, CHEF DE L’ETAT A L’OCCASION DU 54ème ANNIVERSAIRE DE L’INDEPENDANCE

 

 

NIGERIENS, NIGERIENNES, MES CHERS CONCITOYENS,


Demain 3 Août 2014, notre pays commémore le 54ème anniversaire de son indépendance. Depuis la précédente commémoration, celle du 3 Août 2013, il a connu beaucoup d’évènements dans sa vie politique, économique et sociale.

 Sur le plan politique, c’est, on s’en souvient, au lendemain du 53ème anniversaire de l’indépendance, plus précisément le 13 Août 2013, que le deuxième Gouvernement de la 7ème République a été mis en place. Malheureusement, une partie de la classe politique n’a pas cru bon d’y participer, contrairement aux voeux que j’ai exprimés, à l’occasion de mon message à la nation du 2 Août 2013, d’unir et de rassembler tous les enfants du pays pour faire notamment face aux menaces que le terrorisme et les organisations criminelles font peser sur la région sahélo-saharienne.

Du reste, la dégradation de la situation sécuritaire dans la sous-région confirme la pertinence de ce choix que la majorité des députés a approuvé suite au vote de confiance qu’elle a exprimé pour soutenir l’action gouvernementale.

Je voudrais, ici, l’en remercier, comme je remercie nos forces de défense et de sécurité qui, avec le soutien de l’ensemble de notre peuple, ont su sécuriser nos frontières et notre espace territoriale.

La sécurité qui existe sur notre territoire est un des biens les précieux que le Gouvernement continuera à préserver. Le Gouvernement ne baissera pas la garde et restera attentif à l’évolution de la situation dans les pays voisins, notamment au Nigéria où la menace de Boko-Haram persiste, en Libye où les milices s’affrontent et affrontent les autorités centrales du pays et au Mali.
S’agissant de la Libye, il est regrettable que la communauté internationale soit restée sourde à nos mises en garde.

Quant au Mali, nous nous félicitons de la tenue, à Alger, du dialogue inter-malien inclusif qui a abouti à une déclaration de cessation des hostilités ainsi qu’à l’adoption d’une feuille de route sur les négociations. Notre pays continuera à agir, avec détermination, pour la pacification de la zone sahélo-saharienne en collaboration étroite avec ses voisins.

C’est dans cette perspective que nous nous concertons entre pays voisins de la Libye. C’est aussi dans la même perspective que nous travaillons avec le Bénin, le Cameroun, le Nigéria et le Tchad afin de mutualiser nos capacités de renseignement et nos capacités opérationnelles.

Nous continuerons également notre coopération sécuritaire avec tous les pays amis, notamment avec la France et avec les Etats-Unis d’Amérique. La visite d’Etat effectuée, le 18 Juillet dernier, par le Président Français, Monsieur François Hollande, a permis de renforcer nos liens de coopération dans ce domaine ainsi que dans celui du développement économique et social. Il en sera certainement de même avec les Etats-Unis d’Amérique où je me rends pour participer au Sommet Afrique-Etats-Unis qui se tiendra les 5 et 6 Août 2014.

 

Mes chers Concitoyens,

Nous considérons que la mutualisation des moyens avec les pays voisins et la coopération avec les pays amis ne peuvent être qu’un complément des efforts internes que nous déployons pour assurer notre propre sécurité. C’est pourquoi j’appelle tous les Nigériens à plus de cohésion. C’est pourquoi, comme par le passé, ma main leur reste toujours tendue, à tous, quelles que soient leurs croyances ou leurs opinions.

La sécurité du Niger n’a pas de prix. C’est pour quoi le Gouvernement continuera aussi à créer les conditions de l’approfondissement de la démocratie afin que notre pays puisse disposer d’institutions démocratiques fortes et stables. La démocratie a ses exigences. Elle suppose le débat, c’est-à-dire la confrontation des opinions et des idées. C’est à travers les débats qu’on mesure sa vitalité.

C’est dire que les débats dans une démocratie ne doivent pas être perçus comme des indicateurs de crise. Les débats supposent, bien sûr, le recours à la force des arguments et non à l’argument de la force.

Malheureusement, récemment, certains de nos compatriotes ont cru devoir recourir à l’argument de la force pour faire prévaloir leur opinion avec le mauvais dessein de déstabiliser les institutions. Ce faisant, ils ont décidé de sortir du cadre démocratique pour continuer la politique avec d’autres moyens que ceux que leur offrent la constitution et les lois de la République.
C’est ainsi qu’ils ont saccagé des édifices publics et privés. C’est ainsi qu’ils ont blessé gravement d’autres citoyens.

Le Gouvernement a dû prendre des mesures appropriées pour faire respecter l’Etat de droit et l’ordre démocratique afin que ne s’installe pas l’anarchie dans un contexte sécuritaire déjà difficile.

Nous voulons le meilleur pour notre peuple. Nous voulons que notre pays reste un modèle de démocratie en Afrique et dans le monde. Je demande donc à tous les acteurs de la scène politique de se ressaisir.

Pour sa part, le Gouvernement veillera à ce que tous les citoyens bénéficient des promesses de notre constitution. C’est le serment que j’ai fait devant Dieu et devant le peuple nigérien. Le Gouvernement veillera à protéger les libertés individuelles et collectives. Il protégera les droits de chacun.

Que l’on soit militant de parti politique, de la société civile ou simple citoyen, chacun bénéficiera de la protection de la loi. Mais, le Gouvernement veillera aussi à ce que chacun accomplisse ses devoirs dont le premier de tous est, naturellement, le respect de la loi. C’est l’existence concomitante des droits et des devoirs qui permet à chaque individu d’être le citoyen responsable qu’exige toute démocratie.

 

Mes chers Concitoyens,

Sur le plan économique et social, le Gouvernement poursuivra la mise en oeuvre du programme de renaissance. Il poursuivra ses efforts pour améliorer l’indice du développement humain du pays qui a progressé en 2014 par rapport aux années précédentes : entre 1980 et 2014 l’indice pour le Niger est passé de 0,191 à 0,337.

Notre pays a connu des progrès importants ces dernières années, mais notre retard est tel qu’il faudra de nombreuses années pour le rattraper. Le Gouvernement axera ses efforts sur la maîtrise de la démographie, sur l’accroissement de la richesse nationale notamment avec l’accélération de la mise en oeuvre de l’initiative 3N, l’augmentation de la production des ressources naturelles, minières et pétrolières et le développement des infrastructures ainsi que sur l’accès universel aux services sociaux de base. Permettez-moi d’évoquer toutes ces questions.

La maîtrise de la démographie est au centre des préoccupations du Gouvernement. Le dernier recensement général de la population montre que le taux moyen annuel de croissance de la population est passé de 3,3% à 3,9%. La population nigérienne doublera donc en moins de vingt (20) ans. Il est normal dans ces conditions que l’évolution du PIB par habitant soit plus lente chez nous que dans les pays qui ont créé les conditions de leur transition démographique.

Rien que pour garder le PIB par habitant contant, notre pays doit réaliser, dans les conditions démographiques actuelles, un taux moyen de croissance annuelle de 4% !

C’est dire combien la démographie pèse sur l’évolution du PIB par habitant, un des facteurs intervenant dans la détermination de l’indice du développement humain.

Le Gouvernement doit donc prendre toutes les dispositions pour créer les conditions de la transition démographique. Des pays musulmans comme les nôtres y sont parvenus, pour quoi pas nous : c’est le cas des pays comme le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et l’Egypte.

Ces pays ont bien compris, avec Tabari, un éminent érudit musulman du 9ème -10ème siècle, que si le coran, en plusieurs de ses versets, évoque les richesses avant les enfants, c’est qu’on doit faire des enfants qu’on n’est capable d’éduquer, de soigner et de nourrir. Le contraire serait un pêcher. J’ai eu déjà à évoquer cette question à maintes reprises notamment devant les cadres de commandement à Maradi, au mois de Mai dernier. J’avais insisté sur la nécessiter de procréer de manière responsable.

S’agissant de l’initiative 3N, le Gouvernement continue à porter une attention particulière à la mise en oeuvre de son plan d’accélération. Il se concentre en ce moment sur la mise en place progressive, dans toutes les communes, de la maison du paysan qui comprend un magasin communal de stock de sécurité alimentaire, une centrale communale d’approvisionnement en intrants agricoles (semences, engrais, produits phytosanitaires), une centrale d’approvisionnement en aliments pour bétail, une radio communautaire, une plate-forme multifonctionnelle avec notamment un centre de réparation et de location de matériels agricoles, des moulins, des batteuses etc..

Il crée les conditions de la maîtrise des eaux à travers la réhabilitation des aménagements hydro-agricoles, l’aménagement de nouveaux périmètres y compris pour la petite irrigation, la construction et la réhabilitation des barrages et des seuils d’épandage ainsi que l’aménagement des mares.

L’accroissement et la diversification des productions animales, la restauration et la protection des terres, la salubrité urbaine et rurale, l’amélioration de la nutrition, la conservation, la transformation et la commercialisation des productions agro-sylvo-pastorales et halieutiques, la sensibilisation, l’animation et la communication ne sont pas perdus de vue.

Il ne vous aura pas échappé que la salubrité, en rapport avec l’environnement, est un élément de l’initiative 3N. Le Gouvernement a décidé de promouvoir des activités génératrices de revenus en rapport avec cette question.

Nos villes et nos campagnes doivent être propres en toutes circonstances, conformément aux prescriptions de notre religion. Il a aussi décidé, dans le cadre de la fête de l’arbre, de lancer l’opération « un village, un bois ». Cette opération sera lancée demain 3 Août par le Ministre chargé de l’Environnement.

C’est le lieu de noter aussi combien j’attache du prix à la mise en oeuvre rapide du projet d’actions communautaires pour la résilience climatique et celui relatif à la gestion des catastrophes, notamment les inondations.

Parallèlement à la mise en place de cette réponse structurelle, le Gouvernement n’oublie pas les réponses d’urgence pour faire face au déficit céréalier et fourrager de la campagne agro-pastorale 2013-2014, aux conséquences des inondations et à l’installation tardive des pluies de la saison pluviale 2014-2015, notamment dans certaines parties des zones pastorales.
Ainsi un tonnage important de vivres a été soit vendu à prix modéré, soit fait l’objet de distributions gratuites, des aliments pour bétails ont été mis à la disposition des éleveurs, du transfert inconditionnel d’argent a été opéré, des activités génératrices de revenus ont été exécutées, des enfants et des femmes enceintes et allaitantes victimes de malnutrition ont été pris en charge.

S’agissant de la campagne agro-pastorale pluviale 2014-2015, le Gouvernement a mobilisé plus de 20 milliards pour l’acquisition des semences, des produits phytosanitaires, d’engrais, de matériels et équipements agricoles. Les mêmes dispositions sont prises par rapport à la campagne des cultures irriguées 2014-2015. Plaise à Dieu, nous ne nous laisserons pas surprendre. Nous nous préparons à faire face à toute éventualité.

 

Mes chers Concitoyens,

L’équipement du pays en infrastructures se poursuit : les travaux préparatoires du barrage de Kandadji ont repris, le deuxième échangeur, celui du rond-point des martyrs à Niamey a été lancé comme ont été lancés le chemin de fer du tronçon Niamey-Dosso- Cotonou, la cimenterie de Keita, la centrale thermique au charbon de Salkadamna, le projet Dosso Soga. Parallèlement aux lancements, commence le temps des inaugurations.

Ainsi ont été inaugurés : la route Niamey-Namaro, l’échangeur Malibéro, la route Say-Tapoa , la route Moujia-Illéla-Badaguichiri. D’autres inaugurations vont bientôt suivre : il s’agit de la nouvelle cimenterie de Malbaza, de la route Zinder-Guidimouni, du marché de Maradi, du tronçon de chemin de fer Niamey-Dosso, de la route Niamey-Tondibia-Tondikouareye, de la route Guidan-Roumdji-Madaoua- Tsernaoua.

Les infrastructures scolaires, sanitaires et hydrauliques relèvent du quotidien : il serait donc fastidieux de les inaugurer. D’ici la fin de l’année d’autres projets d’infrastructures majeures seront lancés, plaise à Dieu.

 

Mes chers Concitoyens,

Le Niger est certes un pays agricole, mais c’est aussi un pays minier et pétrolier. La diversification de l’exploitation des ressources naturelles permettra à notre pays d’échapper à la fragilité de la monoproduction.

Récemment, les négociations, menées avec AREVA pendant plusieurs mois, ont abouti à un accord stratégique équilibré avec ce vieux partenaire du Niger. Cet accord a été publié au Journal Officiel car nous tenons beaucoup à la transparence dans le secteur des industries extractives.

Récemment, des dépôts d’or ont été découverts dans le Djado, provoquant une ruée vers l’or que le Gouvernement a décidé de contrôler : les orpailleurs seront organisés, des titres miniers seront donnés à la SOPAMINE. Cette découverte dans le Djado, prouve que notre sous-sol est loin de nous avoir révélé tous ses secrets.

S’agissant de la production pétrolière, le Ministre chargé de l’énergie et du pétrole, vient de conclure les négociations avec son homologue du Tchad en vue de l’évacuation, par pipe, de notre production de pétrole brut à travers ce pays. Un accord similaire a déjà été conclu avec le Cameroun.

Je fonde l’espoir que dans quelques années, la production pétrolière de notre pays atteindra 80 mille barils par jour et au-delà plus tard, ce qui permettra à notre pays de disposer de recettes financières en rapport avec ses ambitions.

En particulier, cet accroissement de ressources permettra de faciliter l’accès universel de nos populations aux services sociaux de base. D’ici là, le Gouvernement continuera à consolider les actions entreprises dans le domaine de l’éducation, de la santé, de l’accès à l’eau et à l’assainissement.

Dans le domaine de l’éducation, par exemple, nous mettrons tout particulièrement l’accent sur l’accroissement de la durée attendue d’éducation et la durée moyenne d’éducation ainsi que l’alphabétisation, conformément à l’objectif de l’école gratuite et obligatoire jusqu’à l’âge de seize (16) ans que s’est fixé le programme de renaissance.

 

Mes Chers Concitoyens,

Nous venons de sortir du mois béni du Ramadan, mois au cours duquel nous avons jeûné, prié, médité. Permettez-moi de vous présenter, à vous tous, mes meilleurs voeux à l’occasion de l’Aid El Fitr.

 

Qu’Allah, le Clément et le Miséricordieux accepte nos oeuvres. Qu’il nous soutienne dans ce que le prophète, paix sur lui, appelait le grand jihad c’est à dire le jihad intérieur contre nos passions, nos faiblesses et autres infirmités.

 

Qu’il nous soutienne dans les résolutions de réarmement moral que nous n’avons pas manqué de prendre pendant ce mois béni de Ramadan. Qu’il nous gratifie d’une campagne agro-pastorale féconde. Qu’il bénisse le Niger et son peuple.

 

Je vous remercie.

 

 

 
  
  
Tag(s) : #Politique Africaine

Partager cet article

Repost 0